Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 22:31

vatican-02.jpg

source : Clément LECUYER sur www.catholique-sedevacantiste.com 15 février 2011

« PEUT-ON RESISTER AU PAPE ? »

 

 « Depuis les années 1970, de nombreux auteurs traditionalistes reconnaissent Paul VI, Jean-Paul II et maintenant Benoit XVI comme Papes mais rejettent les enseignements de Vatican II, la nouvelle « messe », leur oecuménisme, leurs hérésies et leurs réformes. Pour se justifier, ils affirment donc qu'il est permis de désobéir et de résister à un Pape? Mais qu'en dit la doctrine catholique ?

L'enseignement catholique est clair et net : chaque fois qu'un Pape est dans son domaine, l'obéissance de tous les fidèles lui est due ; cette obéissance prompte n'admet pas de contestation. »

 

Les théologiens, les docteurs et les Papes de l'Église « affirment que le domaine du Pape s'étend à toutes les vérités à croire et à pratiquer, à toute la liturgie et à toute la discipline ecclésiastique. Notre Seigneur n'a-t-Il pas promis à saint Pierre et à ses successeurs que «tout ce que tu lieras sur terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.» ?

Rappelons aussi que le Pape représente Dieu sur terre. Il reçoit son pouvoir directement de Dieu. Quiconque résiste au Pape (quand celui-ci est dans son domaine) résiste au Christ dont il est le Vicaire et compromet son salut Éternel. Voici quelques déclarations qui le démontrent :

Boniface VIII : “Nous déclarons, décrétons, définissons et prononçons qu'il est absolument nécessaire au salut de toute créature humaine d'être soumise au Pontife romain1.”

1 Bulle Unam Sanctam

 

Place-St-Pierre-Rome.jpgSix autres Papes ont fait des déclarations (bulles papales) sur ce sujet là, venant confirmer la nécessité vitale de l'obéissance au souverain Pontife. « Toutes ces citations démontrent qu'un catholique ne peut pas résister à un Pape, lui désobéir et refuser de se soumettre à ses ordres. »

“Et Nous ne pouvons passer sous silence l’audace de ceux qui, ne supportant pas la saine doctrine, prétendent que : « Quant à ces jugements et à ces décrets du Siège Apostolique dont l’objet regarde manifestement le bien général de l’Église, ses droits et sa discipline, on peut, du moment qu’ils ne touchent pas aux dogmes relatifs à la foi et aux moeurs, leur refuser l’assentiment et l’obéissance, sans péché et sans cesser en rien de professer le catholicisme. » A quel point cela est contraire au dogme catholique sur le plein pouvoir, divinement conféré par le Christ Notre Seigneur lui-même au Pontife Romain, de paître, de régir et de gouverner l’Église universelle (Encyclique Quanta Cura, 8 décembre 1864).”

“Il s'agit en effet, vénérables frères et bien-aimés fils, d'accorder ou de refuser obéissance au siège apostolique; il s'agit de reconnaître sa suprême autorité même sur vos Églises, et non seulement quant à la Foi, mais encore quant à la discipline : celui qui la nie est hérétique; celui qui la reconnaît et qui refuse opiniâtrement de lui obéir est digne d'anathème. »



Réponse à une objection

Malgré la fermeté et la clarté de ces rappels, l'esprit d'indépendance se rencontre même parmi ceux qui se veulent fidèles à la tradition. Ils ne sont pas rares, en effet, ceux qui prétendent justifier leur désobéissance au magistère en s'appuyant sur l'exemple de certains saints qui, dans le passé, auraient désobéi au Pape.

Encore que ces exemples de saints désobéissants aux Papes de leurs temps miteraient d're vifi, quand bien même ils auraient existé, cette justification n'aurait pas plus de valeur que le raisonnement de ceux qui, aujourd'hui, prendraient pouvoir rejeter le dogme de l'Immaculée Conception sous prétexte que saint Thomas d'Aquin, le prince des théologiens, ne le croyait pas possible. Depuis saint Thomas, l'Eglise a défini clairement cette doctrine. Il n'est plus permis de discuter cette vérité. De la même manière et pour la

même raison, l'Eglise ayant clairement rappelé la nécessité absolue de l'obéissance au magistère, il n'est plus permis de prétendre que l'on peut résister au Pape. »

 

« Voici ci-dessous d'autres propos du Pape Saint Pie X qui condamne ainsi l'opinion de la Fraternité Saint Pie X sur la résistance à un Pape :

 "Si jamais vous rencontriez des gens qui se vantent d'être croyants, dévoués au Pape, et veulent être catholiques mais considéreraient comme la plus grande insulte d'être appelés cléricaux, dites solennellement que les fils dévoués du Pape sont ceux qui obéissent à sa parole et le suivent en tout, non ceux qui étudient les moyens d'éluder ses ordres ou de l'obliger par des instances dignes d'une meilleure cause à des exemptions ou des dispenses d'autant plus douloureuses qu'elles causent plus de mal et de scandale". (allocution au consistoire, 27 mai 1914) »

source : http://www.catholique-sedevacantiste.com/article-saint-pie-x-sur-l-obeissance-au-pape-70043494.html

Ces paroles condamnent la Fraternité Saint Pie X

Voici les messages que ces auteurs traditionalistes véhiculent auprès de leurs sympathisants pour se « dédouaner » et se déculpabiliser de désobéir au souverain Pontife :

« Il est évident que nous ne pouvons pas reconnaître et accepter la nouvelle « messe », les hérésies de Vatican II et celles des “papes » Paul VI, Jean-Paul II et Benoit XVI. Nous devons refuser d'obéir à leurs ordres, de suivre leur enseignement et leurs réformes opposés au magistère, pour garder la foi. Par conséquent, si la foi nous commande de résister et de désobéir à ces « papes », la foi nous assure qu'ils sont démunis de l'Autorité pontificale. Paul VI, Jean-Paul II ne pouvaient donc pas être de vrais Papes et Benoit XVI n'est pas le Vicaire du Christ. »

« La prophétie de Notre Dame de la Salette s'accomplit : « l'Eglise sera éclipsée... Rome perdra la foi et deviendra le siège de l'antéchrist ». Celle de Léon XIII s'applique tout aussi bien à (cette) situation » : « Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de Vérité, là (des ennemis très rusés) ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété ; en sorte que le Pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé. »



« La Fraternité Saint Pie X enseigne-non seulement que l'Eglise catholique a promulgué une réforme liturgique mauvaise et dangereuse mais qu'elle a perdu la foi et conduit les fidèles  à l'apostasie ! Par conséquent, les portes de l'enfer (l'hérésie) auraient prévalu sur l'Eglise ! 

Lettre publique écrite par les quatre évêques de la FSSPX en 2004 :

"L’Église catholique n’agit plus en phare de la vérité qui illumine les cœurs et dissipe l’erreur, mais plonge l’humanité dans la brume de l’indifférentisme religieux, et bientôt dans les ténèbres de l’apostasie silencieuse. …nous vous supplions de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour que le Magistère actuel retrouve bien vite le langage multiséculaire de l'Église… C’est alors que l'Église catholique redeviendra tout à la fois phare de vérité et port de salut…" (De l'oecuménisme à l'apostasie silencieuse - 25 ans de pontificat. Menzingen 2004)

Une telle déclaration, qui est loin d'être la seule, est ahurissante ! Elle contredit une promesse divine et insulte le magistère de toujours. »

Quand je lis de tels mensonges cela me fait penser à ceci : « Rendez un arbre bon et son fruit sera bon ; rendez-le mauvais et son fruit sera mauvais. Car c'est au fruit qu'on reconnaît l'arbre. Engence de vipères, comment pourriez-vous tenir un bon language, alors que vous êtes mauvais ? Car c'est du trop plein du cœur que la bouche parle. L'homme bon, de son bon trésor, sort de bonnes choses ; et l'homme mauvais, de son mauvais trésor en sort de mauvaises Or je vous le dis, de toute parole sans fondement que les hommes auront proférée, ils rendront compte au jour du Jugement. Car c'est d'après tes paroles que tu seras justifié, et c'est d'après tes paroles que tu seras condamné. » (Mt 12 33-37)  

«  Il ne nous reste plus qu'à prier plus que jamais pour l'Eglise et pour les prêtres ainsi que les fidèles de cette Fraternité qui est loin - hélas ! -  de défendre ou de représenter la Tradition catholique... »

Questions :

  • l'allégence à Mgr Lefebvre et à sa position anti-Pape sert-elle la véritable cause et Volonté de Dieu ?

  • Le refus d'obéissance au Pape sert-il la Foi l'Espérance et la Charité ?

  • Est-ce logique de véhiculer des idées racistes (ou sectaires) à travers des idéologies d'extrême-droite alors qu'en même temps on prétend être chrétien, croyant et pratiquant les principes de l'Eglise de Jésus-Christ ? Si jamais on rejette le moindre de nos frères, n'est-ce pas Jésus Lui-même qu'on prend le risque de rejeter ? (réf. : Saint Paul, 1ère épître aux Corinthiens 13, 1-13). Dieu ne nous a-t-Il pas tous crées pour être tous Ses enfants ? (Quelle que soit notre couleur de peau et nos origines ?)



L'exemple de l'obéissance de Jésus

Toute la vie du Christ est un témoignage d’obéissance (Enfant, Il est soumis à ses parents ; adulte, Il accomplit les lois, respecte les autorités légitimes et fait de la Volonté de Dieu sa "nourriture".) Cette obéissance est le moyen choisi par Dieu et accepté par Jésus, pour sauver le monde et lui rendre l’héritage des Cieux ; et nous allons à Dieu en unissant notre obéissance à celle du Christ Jésus, devenu notre tête et notre chef.

(Epître aux Philippiens 2,6-11)  

« Lui, de condition divine,

ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu.

Mais Il s'anéantit Lui-même, portes-de-la-Basiliq-St-Pierre.jpg

prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes.

S'étant comporté comme un homme,

Il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort,

et à la mort sur une croix !

Aussi Dieu l'a-t-Il éxalté et Lui a-t-Il donné le Nom qui est au-dessus de tout nom,

pour que tout, au Nom de Jésus, s'agenouille,

au plus haut des Cieux, ur la terre et dans les enfers,

et que toute langue proclame, de Jésus-Christ,

qu'Il est SEIGNEUR, à la Gloire de Dieu Le Père »

Toutes les misères d’Adam sont tombées sur nous parce que nous avons été solidaires de son péché ; nous avons part à toutes les bénédictions qui débordent de l’âme du Christ quand nous participons à son obéissance.

L'institution du chef de l'Eglise par Jésus-Christ

Le Pape a été investi par Jésus Christ pour être un bon pasteur. C’est pourquoi il ne faut pas voir l’obéissance au Pape comme une soumission terrible mais comme un don que nous fait le Seigneur.

Le Christ nous a quittés pour remonter au ciel. Qu’a-t-il fait pour que nous puissions le reconnaître comme chef ? Il a donné ses pouvoirs à Sa Sainte Eglise et à son Chef  : « Pierre, tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise et les portes de l’enfer ne prévaudront pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux ; tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux et tous ce que tu délieras sur la terre, sera délié dans les cieux » (Mt 1618).

Et encore « Toute puissance m’a été donnée par mon Père ; allez donc, en vertu de cette puissance que je vous délègue, enseignez à toutes les nations à garder mes commandements. (Mt 28 18) Car qui vous écoute m’écoute ; celui qui vous méprise me méprise. » L’Eglise est investie de l’autorité de Jésus-Christ ; elle parle et commande au nom du Seigneur.

On pourrait dire que tout l’Evangile conduit naturellement à faire de la confiance et par là même de l’obéissance la valeur maîtresse du christianisme, source d’unité, de cohésion et de sainteté. Cette valeur est au cœur du message du Christ et constitue l’essence de sa doctrine : ce n’est pas en fonction de notre degré de connaissances que nous seront sauvés, mais de notre foi, c’est-à-dire de notre abandon plein de confiance et d’amour, à la volonté du Seigneur. C’est cela même que Jésus récompense quand il fait marcher Pierre avec lui sur les eaux : un pas en avant qui aurait pu lui coûter la vie, mais qui était nourrit par un acte que l’on appelle justement : « l’obéissance de la foi ». Depuis plus de 2000 ans, l’Eglise s’est structurée et enrichie d’une expérience et d’un savoir qui lui permet de nous guider avec sagesse, pour nous protéger des écueils et des idéologies mortifères... Malgré quelques périodes délicates au cours de son hsitoire et du déferlement incessant d’attaques contre l’Eglise, la promesse du Seigneur s’est réalisée, la succession apostolique n’a pas été rompue et la doctrine de l’Eglise est restée intacte.

La Très Sainte Vierge Marie et la vertu d'obéissance

(source. : http://www.santorosario.net)

La Sainte Vierge était tellement attachée à la vertu d'obéissance, que, lorsque l'archange Gabriel lui annonça qu'Elle était choisie pour devenir la Mère de Dieu, Elle ne voulut se donner d'autre titre que celui de servante. " Je suis, dit-Elle, la servante du Seigneur ".

" O vraie et fidèle servante, s'écrie saint Thomas de Villeneuve, qui jamais dans aucune parole, dans aucune action, dans aucune pensée, n'a fait opposition au Très-Haut, et qui, dépouillée de toute volonté propre, vécut toujours et en tout, soumise à la divine volonté " ! Elle-même déclare qu'Elle doit à son obéissance d'avoir ravi le coeur de Dieu : " Il a regardé, dit-Elle, l'humilité de sa vatican.jpgservante " (Lc 1,48), car l'humilité d'une servante consiste à être toujours prête à obéir. Et Saint Augustin attribue à l'obéissance de Marie la réparation du mal causé par la désobéissance d'Eve. " De même, dit-il, qu'Eve en désobéissant, est devenue pour elle-même et pour tout le genre humain une cause de mort, ainsi c'est en obéissant que Marie devint pour Elle et pour tous les hommes la cause du salut ".

L'obéissance de Marie fut beaucoup plus parfaite que celle de tous les autres saints. Enclins au mal par suite du péché originel, les hommes éprouvent toujours quelque difficulté à faire le bien, à obéir, mais il n'en fut pas de même de la Sainte Vierge. Exempte de la faute originelle, Elle ne ressentait aucune résistance dans l'exercice des vertus. " Comme une roue libre, dit Saint Bernardin de Sienne, Elle cédait à toutes les impulsions du Saint-Esprit ". " Son unique soin, ajoute-t-il ailleurs, était de tenir les yeux fixés sur le bon plaisir de Dieu et de s'y conformer avec toute la ferveur de son âme ". Aussi c'est à bon droit qu'on lui applique cette parole du Cantique sacré : " Mon âme s'est liquéfiée à la voix de mon Bien-Aimé " (Ct 5,6). " En effet, dit Richard de Saint-Laurent, l'âme bénie de la Sainte Vierge, devenue par l'action d'un immense incendie d'amour, comme un métal en fusion, était toujours prête à couler dans le moule de la Divine Volonté pour en épouser toutes les formes ".

Marie nous a bien montré dans sa conduite la perfection de son obéissance. Nous la voyons se soumettre, pour plaire à Dieu, à l'ordre de l'empereur romain et parcourir la distance de quatre-vingt-dix milles qui sépare Nazareth de Bethléem, étant enceinte et si pauvre que le Fils de Dieu dût naître dans une étable.

Quelle parfaite obéissance encore quand, avertie par saint Joseph au milieu de la nuit, Elle se mit aussitôt en route pour l'Egypte, voyage bien plus long et plus fatigant. C'est pour la Sainte Vierge une belle occasion de faire un acte de la vertu si chère à son coeur, un acte d'obéissance.

Lorsque la femme de l'Evangile s'écria : " Heureux le sein qui vous a porté " ! Jésus répondit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent " (Lc 11 27-28). " Oui, s'écrie le vénérable Bède, commentant cette parole du Sauveur, Marie fut heureuse d'avoir été l'instrument choisi par le Verbe pour se faire homme, mais combien plus heureuse encore a-t-Elle été de le garder toujours dans son coeur par un amour éternellement fidèle ". Mais l'héroïsme de son obéissance éclata par-dessus tout lorsque, pour obéir à Dieu, Elle offrit son Jésus en sacrifice.

Elles sont donc très agréables à la Sainte Vierge les âmes qui aiment l'obéissance. Elle apparut un jour à un religieux franciscain, nommé Accorso, qui priait dans sa cellule. Mais celui-ci, appelé en ce moment-là même auprès d'un malade, partit aussitôt à la voix de l'obéissance. A son retour, il retrouva Marie qui l'attendait et qui le loua beaucoup de sa fidélité à obéir. Par contre, elle reprit fortement un autre religieux qui, après le signal donné pour se rendre au réfectoire, s'attardait dans sa cellule pour achever ses dévotions.

S'entretenant avec Sainte Brigitte de la sécurité qu'on trouve à obéir à son directeur de conscience, " c'est l'obéissance, lui dit-Elle, qui conduit à la gloire tous les élus ". Saint Philippe Néri assurait que Dieu ne nous demandera pas compte des choses faites par obéissance, puisque Jésus-Christ Lui-même a dit aux supérieurs chargés de nous instruire et de nous diriger : " Qui vous écoute, m'écoute ; qui vous méprise, me méprise " (Lc 10 16).

Enfin, nous savons par une révélation faite encore à Sainte Brigitte que c'est à cause de son obéissance que Marie a obtenu que le pardon serait accordé à tous les pécheurs, si lourdement chargés soient-ils, qui recourent à Elle avec le repentir dans le coeur. Coeur Immaculé de Marie

Ô notre Reine et notre Mère, priez Jésus pour nous.

Par le mérite de votre obéissance, obtenez-nous d'obéir fidèlement

à Sa Sainte Volonté et aux ordres de nos pères spirituels.

Ainsi soit-il.

Ce qu'en dit Saint Pie X : Voici ci-dessous d'autres propos du Pape Saint Pie X qui condamne ainsi l'opinion de la Fraternité Saint Pie X sur la résistance à un Pape :  "Si jamais vous rencontriez des gens qui se vantent d'être croyants, dévoués au Pape, et veulent être catholiques mais considéreraient comme la plus grande insulte d'être appelés cléricaux, dites solennellement que les fils dévoués du Pape sont ceux qui obéissent à sa parole et le suivent en tout, non ceux qui étudient les moyens d'éluder ses ordres ou de l'obliger par des instances dignes d'une meilleure cause à des exemptions ou des dispenses d'autant plus douloureuses qu'elles causent plus de mal et de scandale". (allocation au consistoire, 27 mai 1914) Saint-Pie-X.jpg

Ce qu'en dit le cathéchisme de Saint Pie X :(page 49 leçon 14 – Les marques de l'Eglise) :

  • « Jésus n'a établi qu'une seule Eglise, qui a le Pape pour Chef »

  • « Jésus a donné quatre marques à Son Eglise : elle doit être Une, Sainte, Catholique et Apostolique »

  • « L 'Eglise doit être Une parce que Jésus-Christ a ordonné à tous ses membres (donc à tous les chrétiens) de croire aux même vérités et d'obéir aux mêmes pasteurs légitimes »

  • « L 'Eglise doit être Sainte parce que Jésus-Christ l'a établie pour produire toujours des Saints et procurer aux fidèles tous les moyens de se sanctifier »

    (page 51 leçon 15 – Les pasteurs de l'Eglise) :

  • « On appelle pasteurs de l'Eglise ceux qui sont chargés de l'enseigner, de la gouverner et de lui communiquer la grâce »

  • « Le pasteur suprême de toute l'Eglise est notre Saint-Père le Pape. Le Pape est le vicaire ou représentant de Jésus-Christ, le successeur de Saint Pierre et le Chef visible de l'Eglise »

  • « Non, le Pape ne peut pas se tromper quant il enseigne à toute l'Eglise ce qu'il faut croire ou pratiquer pour aller au Ciel : Dieu l'assiste alors pour qu'il soit infaillible »

  • « La Tradition est la Parole de Dieu transmise jusqu'à nous par les Apôtres et par leur successeurs »

  • « L'Eglise ne peut pas se tromper quand elle enseigne la religion, puisque Jésus-Christ a promis d'être avec elle jusqu'à la fin des siècles »

    (page 54 leçon 16 – Les fidèles de l'Eglise) :

  • « On appelle fidèles de l'Eglise, les chrétiens soumis à l'autorité des pasteurs légitimes »

  • « Pour être un vrai fidèle de l'Eglise, il faut croire ce qu'Elle enseigne, pratiquer ce qu'Elle commande et recevoir ses sacrements »

  • « Les devoirs des fidèles à l'égard de leurs pasteurs sont : * de les respecter

    •  
      •  
        •  
          •  
            •  
              • * de leur obéir

                * et de les assister »

  • « Les fidèles doivent respecter leurs pasteurs et leur obéir, parce que Jésus-Christ a dit aux Apôtres et à leurs successeurs : « Celui qui vous écoute m 'écoute, celui qui vous méprise me méprise ».

  • « Ceux qui sont hors de l'Eglise sont les infidèles (non baptisés et qui ne croient pas) ; les hérétiques (ceux qui refusent de croire une ou plusieurs vérités que l'Eglise enseigne) ; les schismatiques (ceux qui se séparent des pasteurs légitimes de l'Eglise en refusant de reconnaître leur autorité) ; les excommuniés (rejetté de la société des fidèles à cause de ses crimes) et les apostats (ceux qui ont renié leur foi en Dieu) »

  • « Hors de l'Eglise point de salut = celui qui reste en dehors de l'Eglise, par sa faute, ne peut être sauvé »

Citations du R. Père Bryan Houghton sur la question

Je me suis permise de relever un certain nombre de citations du R. Père Bryan Houghton (voir les annexes 1 à 8 ci-jointes) sur la question de l'obéissance au Pape, qui sont tirées ici de son livre autobiographique intitulé « Prêtre rejeté » édité en 2005 par Dominique Martin Morin.

La citation du R. Père Houghton qui m'a le plus interpellée est celle-ci : « On ne sauve pas la Foi en démolissant l'Eglise !» que le Père Houghton adressait, en 1975, à Mgr Lefebvre lors d'un dîner chez les Prieur (ses amis) à Richerenches où il était convié « comme une sorte de clown clérical propre à égayer une réunion... ».

Les principales citations en question (jointes en annexe à ma lettre) concernent son avis quant à Mgr Lefebvre, qu'il avait rencontré à plusieurs reprises, et ses actions vis à vis de Rome.

Citations du R. Père R. Thomas Calmel - extrait de son article « Apologie pour l’Église de toujours » suite et fin par R.-Th. Calmel, O. P. Itinéraires n° 155

L' Église est ici à l'honneur dans les termes du Père Calmel. Concernant le Chef de l'Église, aussi réformateur moderniste exubérant soit-il, doit rester notre Berger à qui nous devons l'obéissance, comme nous l'a ordonné Jésus-Christ Lui-même, envers et contre tout ! (« Hommes de peu de Foi ! Pourquoi as-tu douté ? » Mt 14,31)

« ...veiller avec Jésus qui est en agonie dans l’Église. .... Bien loin de dire que nous souffrons par l’Église, nous dirons plutôt que nous souffrons avec l’Église, en union avec elle, et cela grâce aux divins secours que l’Église, du fond de sa détresse, continue de nous prodiguer.
Restant plus que jamais unis à l’Église dans cette situation exceptionnellement cruelle, nous confessons par là
notre foi dans l’Église. Cette veille pendant l’agonie telle est en ces temps de persécution sèche la forme que revêt notre confession de la foi... »

« Confesser la foi dans l’Église, dans ses dogmes et ses sacrements (...) Confesser la foi dans l’Église en face du modernisme, être heureux d’avoir à souffrir pour rendre un beau témoignage à l’Église trahie de toute part, c’est veiller avec elle dans son agonie ou veiller avec Jésus qui continue dans son Épouse affligée et trahie son agonie du Jardin des oliviers. Dans la mesure où nous serons des veilleurs fidèles, inaccessibles à la crainte mondaine et au découragement, nous saurons d’expérience que la Sainte-Église est un mystère de force surnaturelle et de paix divine : Urbs Jerusalem beata, dicta pacis visio. (la ville dont le bien commun est la doctrine révélée, fidèlement transmise, les sept sacrements et au-dessus de tous le Saint-Sacrifice, la charité des saints inépuisable, la ville des huit béatitudes évangéliques. Urbs Jerusalem beata.)»

« ...l’Église, spirituellement engendrée par la Vierge sur le Calvaire et gardée par l’intercession de son Cœur Immaculé (…) la seule Église catholique fondée sur Pierre, et les Apôtres ; – l’Église des confesseurs qui ont témoigné jusqu’à la mort de sa doctrine irréformable ; – l’Église des martyrs qui ont donné leur vie pour le Credo et le Saint-Sacrement ; – l’Église des vierges consacrées, exclusivement réservées pour le Seigneur qui est leur époux. Voilà l’Église dont Notre-Dame est mère et reine, corédemptrice auprès du Rédempteur, Regina apostolorum et martyrum ; confessorum et virginum. »

« Elle (l'Église) ne lui sera pas unie sans participer à sa croix, priant et veillant pendant son agonie, qui se perpétue en elle tout au long de l’histoire. Mais par la croix et l’amour, l’Époux sait unir à lui son Épouse avec tant de douceur et de force que rien ne peut plus les séparer. Dans la céleste Jérusalem, c’est en vertu d’une disposition d’amour permanente et immuable que les élus de Dieu occupent leur place bienheureuse, à l’honneur et à la gloire de la Trinité Sainte. »


Conclusions :

  1. Obéir au Pape c'est imiter Jésus dans l'accomplissement de la Volonté de Son Père, et c'est surtout Lui être reconnaissant pour l'immense Sacrifice de Sa Passion ;

  2. Obéir au Pape c'est respecter la Volonté de Jésus-Christ pour l'unité de sa Sainte Eglise : c'est donc respecter l'unité de Son Corps Mystique «  Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, à mon tour Je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est dans les Cieux ; mais celui qui me reniera devant les hommes, à mon tour je le renierai devant mon Père qui est dans les Cieux. » Mt 10 32-33 ;;

  3. Obéir au Pape est une marque d'humble soumission devant la Volonté Divine et une marque de notre abandon plein de confiance et d’amour, à la Volonté du Seigneur ;

  4. Obéir au Pape c'est donner un bon exemple du comportement chrétien aux plus jeunes, exemple dont nous devrons rendre compte devant Dieu ;

  5. Ne pas accepter d'obéir au Pape c'est mettre orgueilleusement son âme en danger et prendre le risque de gaspiller son salut pour l'Eternité.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens