Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 17:22

 LA ROYAUTÉ DE MARIE - 1ère partie

 

Chapîtres

 

Marie Reine de Miséricorde

Marie Reine dans nos litanies

De la plénitude de grâce de Marie
Marie Reine toute Sainte

 

 couronnement-de-Marie.jpg

 

           « L'auguste Vierge Marie ayant été élevée à la dignité de Mère du Roi des rois, la sainte Église a raison de l'honorer et de vouloir que tous l'honorent du glorieux titre de Reine. Si le Fils est Roi, dit saint Anathase, la Mère a le droit d'être tenue pour Reine et d'en porter le nom. Oui, ajoute saint Bernardin de Sienne, quand Marie consentit à être la Mère du Verbe éternel, à l'instant même et par ce consentement, elle mérita et obtint la principauté de la terre, le domaine du monde, le sceptre et
la qualité de Reine de toutes les créatures.

            Et, comme l'observe Arnauld de Chartres, si par la chair Marie est unie si intimement à Jésus, comment cette divine Mère serait-elle séparée de son Fils quant à la puissance souveraine ? Il faut donc le reconnaître, la dignité royale n'est pas seulement commune au Fils et à la Mère, mais ils n'ont qu'une seule et même royauté.

             Or, si Jésus est Roi de l'univers, c'est de l'univers aussi que Marie est Reine : " Reine du ciel, dit l'abbé Rupert, elle commande à bon droit à tout le royaume de son Fils ". De là cette conséquence exprimée par saint Bernardin de Sienne : Autant de créatures servent Dieu, autant doivent servir Marie. Les anges, les hommes et tout ce qui existe au ciel et sur la terre, étant soumis à l'empire de Dieu, le sont pareillement à la domination de cette glorieuse Vierge. De là aussi cette exclamation de l'abbé Guéric, s'addressant à la divine Mère : Continuez donc, ô Marie, continuez de régner en toute sécurité ; disposez à votre gré des biens de votre Fils ; puisque vous êtes la Mère et l'Épouse du Roi de l'univers, vous êtes Reine, et avez droit à l'empire et à la domination sur toutes les créatures. »



 Ave Maris Stella

Salve Regina



 

Salve, Regina, Mater Misericordiae.
Vita, dulcedo et spes nostra, salve.
Ad te clamamus, exsules filii Evae.
Ad te suspiramus, gementes et flentes
in hac lacrimarum valle.
Eia ergo, advocata nostra,
illos tuos misericordes oculos
ad nos converte.
Et Jesum, benedictum fructum
ventris tui,
nobis post hoc exilium ostende.
O clemens, o pia,
O dulcis Virgo Maria ! Amen.
Salut, ô Reine, Mère de Miséricorde,
notre vie, notre douceur,
et notre espérance, salut.
Vers vous nous élevons nos cris,
pauvres exilés, malheureux enfants d'Eve.
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
De grâce donc, notre Avocate, tournez
vers nous vos regards miséricordieux.
Et, après cet exil, montrez-nous Jésus,
le fruit béni de vos entrailles.
Ô clémente, ô miséricordieuse,
ô douce Vierge Marie.
Amen

 

Lors de la cérémonie du couronnement de la Vierge « Salus populi Romani », qui fut le complément de l’institution de la fête de la royauté de Marie, (1 novembre 1954). Pie XII déclara dans un discours prononcé dans la basilique Saint-Pierre :

Marie Médiatrice

« L’origine des gloires de Marie, le moment solennel qui illumine toute sa personne et sa mission, est celui où, pleine de grâce, elle répondit à l’archange Gabriel le « Fiat » qui exprimait son acquiescement aux dispositions divines. C’est ainsi qu’elle devenait Mère de Dieu et Reine, et recevait la charge royale de veiller sur l’unité et la paix du genre humain. Par elle, Nous avons la ferme confiance que l’humanité s’engagera peu à peu sur cette voie du salut ; elle guidera les chefs des nations et les cœurs des peuples vers la concorde et la charité...

Si la royauté de Marie peut suggérer à ceux qui régissent les nations des attitudes et des desseins qui répondent aux exigences de l’heure — où, en tant de régions, la juste liberté est opprimée, la vérité offusquée par l’action d’une propagande mensongère et les forces du mal semblent comme déchaînées sur terre, — la Vierge ne cesse aussi de déverser sur tous les peuples de la terre et sur toutes les classes sociales l’abondance de ses grâces.

 

Après l’atroce spectacle de la Passion au pied de la croix où elle avait offert le plus dur des sacrifices qui puissent être demandés à une mère, elle continua à répandre sur les premiers chrétiens, sur ses fils d’adoption, les témoignages de sa sollicitude maternelle. Reine plus que toute autre par l’élévation de son âme et par l’excellence des dons divins, elle ne cesse de prodiguer tous les trésors de son affection et de ses douces attentions à la pauvre humanité »

 

Marie Reine dans nos litanies :



« Reine élevée au Ciel, priez pour nous

Reine immaculée de l'Univers, priez pour nous
Reine des Anges, priez pour nous
Reine des Patriarches, priez pour nous
Reine des prophètes, priez pour nous
Reine des apôtres, priez pour nous
Reine des martyrs, priez pour nous

Reine des pasteurs, priez pour nous
Reine des docteurs, priez pour nous
Reine des vierges, priez pour nous
Reine des fidèles, priez pour nous
Reine de tous les saints, priez pour nous

Reine conçue sans le péché originel, priez pour nous

Reine du Saint Rosaire, priez pour nous

Reine de la Paix et de l'Unité, priez pour nous
Reine du monde à venir, priez pour nous »



 

De la plénitude de grâce de Marie


Un dessein éternel déployé dans le temps (source : http://j.leveque-ocd.pagesperso-orange.fr/tetatheologiques/mcdg.htm)

           « Rien ne laissait présager que Dieu prendrait pour le salut des hommes une initiative aussi folle : donner son Fils unique, et le faire naître d'une femme de chez nous. Depuis Ève, la Mère des Vivants, et la promesse d'une victoire sur le serpent (Gn 3,15) jusqu'à la Vierge, Mère de l'Emmanuel (Is 7,14; Mi 5,2-3; Mt 1,22-23), la Mère du Rédempteur apparaît progressivement comme choisie par Dieu. Humble et pauvre, la-Servante-du-Seigneur saura répondre à l'appel de Dieu avec toute sa confiance.

Sur la base de l'Évangile et de la présence de Marie au Cénacle (Act 1,14), l'Apocalypse pourra présenter la Mère du Messie dans sa gloire et dans sa victoire (12,1-6), fille de Sion par excellenclourdes vitrail apparition marie bernadettee, désormais inséparable de l'Église. Toute la théologie de Marie, Mère de Dieu, part d'un étonnement, qui va grandissant : que Dieu ait voulu à ce point lier la Vierge Marie à son dessein éternel de salut. Le dessein de Dieu, toujours stable, se montre irrévocable et infaillible ; nul homme ne saurait y faire obstacle, et Dieu ne se contente pas de réaliser des délais humainement prévisibles.

La racine ml' (remplir, être rempli) apparaît parfois en hébreu dans le sens de l'achèvement d'un délai, et nulle part la LXX ne nous parle d'autres délais que les jours, les mois, les années, mesurés à la manière humaine. La formule qu'emploie Paul : to plèrôma tou chronou (la plénitude du temps) innove à bon escient, car la décision de Dieu échappe à tout calcul. L'heure est venue, selon son dessein, de faire connaître aux croyants le "mystère de sa volonté" (Ep 1,9), le plan d'amour longtemps voilé et maintenant dévoilé dans le Christ. Paul, en Ga 4,6, nous parle du chronos, du temps comme durée qui s'écoule au long des siècles et qui est marqué de loin en loin par de grandes dates. Dieu, créateur du temps, est le seul maître de ce temps. Seul Il peut en souligner et en fixer les heures irréversibles. Seul Il peut décider que telle date sera le point de départ d'un renouveau dans l'histoire des hommes. Et c'est cela que Paul veut faire comprendre.

            Il nous faut prendre conscience que cette décision de Dieu, marquant par la Maternité de Marie le point d'arrivée d'une longue préparation et le point de départ d'un monde tout nouveau illuminé par l'Incarnation, cache un mystère, dans lequel Marie est enveloppée. C'est dire la liberté de Dieu ; c'est dire aussi la grandeur de Marie. Avec elle, une pliure apparaît sur la page du temps des hommes, et toute l'histoire tourne sur ce gond. L'un des aspects les plus remarquables dans la vie de Marie, par quoi elle est consonante au mystère du Verbe fait chair, c'est que les perspectives immenses de son amour pour Dieu coïncident dans sa personne avec l'humilité d'une servante. Jamais la place centrale réservée par Dieu à cette femme dans l'œuvre du salut des hommes ne l'a empêchée de vivre jour après jour le pèlerinage de la foi. »





Marie Reine toute Sainte

 

           « Ainsi donc le temps est arrivé, la somme des jours est complète, et la folie de Dieu va manifester Son insondable sagesse. Le Fils préexistant est envoyé "pour une mission dont le premier acte est de devenir fils de la femme". Bien qu'il s'agisse clairement de la naissance dans la nature humaine (ek gunaikos, cf. Mt 11,1), Paul, ici et ailleurs (Rm 1,3; Ph 2,7) se garde d"employer le terme Marie Jésus et Angesde "naissance", qui pourrait être mal compris et paraître contester son engendrement éternel.

             Si l'heure voulue par Dieu peut s'exprimer avec le langage de la plénitude (plèrôma), la faveur faite à Marie se dit dans le registre de la grâce et de l'amour. Kecharitôménè : cette salutation de l'Ange est un participe parfait passif, qui souligne le résultat présent d'une action passée. La tradition  l'a rendu par "pleine de grâce" ou "comblée de grâce", ce qui est théologiquement exact. Littéralement l'expression signifie "en grâce" . Marie est prise pleinement et définitivement dans la charis (grâce) du Très-Haut parce qu'elle a "trouvé grâce" auprès de Lui (heures gar charin para tô théô, Lc 1,30). Plus que toute autre, Marie a été et est encore l'objet de cette charis, de ce hesed, de cette bonté miséricordieuse dont Dieu entoure tous ceux qui le cherchent et le prient.

             Comblée de grâce, Marie, fille de notre race, peut être dite la première "bénie", la première "choisie dans le Christ" avant le commencement du monde (Ep 1, 3-4), et c'est à bon droit que le pape Jean-Paul II, dans les premières pages de son Encyclique, a proposé une lecture mariale de cette bénédiction qui ouvre l'Épître aux Éphésiens. La sainteté de Marie s'appuie ainsi à la fois sur Ga 4 et Ep 1, à la fois sur l'appel de Dieu à la plénitude du temps, qui allait faire d'elle la Mère du Messie, et sur la bénédiction d'avant le temps, qui la plaçait, elle, la toute sainte, à la tête des sauvés. »





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens