Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 16:39

 

LA ROYAUTÉ DE MARIE - 3ème partie

 

Chapîtres

Fécondités de Marie Reine
      La fécondité de Marie, en tant que Co-rédemptrice du genre humain 

      La fécondité de Marie en tant que Reine du saint Rosaire :

      Exemple de la fécondité de Marie en tant que Notre-Dame du Perpétuel Secours

Marie Reine, éducatrice et médiatrice

Marie Reine des Anges

      Angelus

      Regina Coeli

      Prière à la Reine des Anges

      Ave, Regina caelorum

     Salut ! Ô Marie Reine du Ciel

 

 

Fécondités de Marie Reine
« Divinisée par l'Esprit Saint au moment de l'Annonciation, Marie montre à chacun de nous la nature humaine complètement transfigurée, juste comme elle devrait l'être selon la volonté de Dieu.

Marie est aussi l'image de chaque âme fécondée par l'Esprit qui génère le Seigneur. Cet événement absolument unique dans l'histoire devient un paradigme (modèle, exemple) de la vie mystique de chaque âme, un modèle de la Foi trinitaire qui a besoin de la Mère, Marie.

Voilà les principales caractéristiques de la vénération de la Mère de Dieu dans l'Église orthodoxe. Cependant, lorsqu'on commence à réfléchir à l'expérience « mariale » en Orient, on est toujours frappé par la similarité ou la parenté avec la même expérience en Occident, malgré une différence dans les formes et les dogmes. Cette affinité intime, vitale, existentielle, qui porte les germes de l'inévitable unité, est un autre secret de Marie qui reste encore à découvrir. »

(Père Vladimir Zelinsky-revue La Vraie Vie en Dieu magazine n°11, sept 2011)

 

« Le Saint-Esprit a la fécondité parce qu’il est Dieu (…) et possède la fécondité en tant que Dieu et ne la possède pas en tant que troisième personne de la Très Sainte Trinité. Puis, à cause de ce second point de vue, il nous montre le Saint-Esprit « devenu fécond par Marie qu’il a épousée » (…) c’est principalement à cause de ses rapports avec le Saint-Esprit que la Très Sainte Vierge a été appelée le complément de la Très Sainte Trinité. »

(source : http://laportelatine.org/district/oeuvres/confrer/marierei/reine/reine20.pdf)

 

La fécondité de Marie, en tant que Co-rédemptrice du genre humain : par la source intarrissable des grâces découlant de toutes les douleurs et souffrances de Son Cœur Immaculé, le vendredi saint. Marie était en union d'amour et en communion parfaite avec Son Fils Jésus-Christ, subissant les cruelles souffrances de la Passion rédemptrice. « Marie, la puissance de Votre intercession auprès de Votre Fils, au Ciel, est en rapport avec Votre participation à Son Sacrifice sur le Calvaire. Votre prière est donc toujours éxaucée (Père R. Th. Calmel o.p. « Le rosaire de Notre-Dame »)

 

La fécondité de Marie en tant que Reine du saint Rosaire :

« Réciter le rosaire, c'est avant tout passer du temps avec la Vierge, Très Sainte Mère de Dieu, en nous souvenant de son union aux mystéres du Christ, Lui présentant notre requête Elle-même. En nous remettant pour toutes choses à l'efficacité de sa prière qui ne peut être que parfaitement agréable au cœur de Son Fils Jésus-Christ. Réciter le rosaire, c'est perdre du temps dans une sorte de conversation avec la Vierge Marie ; une belle conversation pénétrée de Foi, de confiance et d'amour avec Marie notre douce et tendre Mère du Ciel, Médiatrice de toutes les grâces, la Reine des Anges et des Saints. » (Père R. Th. Calmel o.p. « Le rosaire de Notre-Dame »)

Exemple de la fécondité de Marie en tant que Notre-Dame du Perpétuel Secours, pour nous porter secours : La Source Vivifiante de Constantinople :

« Les interventions de Marie à Constantinople (aujourd’hui Istanbul) ont été très fréquentes, notamment au sanctuaire de la Source Vivifiante, toujours très célèbre, à l’ouest de la ville, un peu à l’extérieur des remparts, près de la porte de Silivri. C’est le lieu d’une multitude de miracles qui se sont réalisés et continuent de l’être depuis plus de 15 siècles par l’intercession de la Vierge, « Source de Vie ».
L’historien byzantin Nicéphore Calliste Xanthopoulos (13e-14e siècle) rapporte que c’est l’Empereur Léon 1er le Thrace (5e siècle), qui retrouva l’emplacement de la Source. Alors qu’il était encore simple soldat, une voix céleste le conduisit en lui parlant comme au souverain : « Empereur Léon, entre au plus profond de ce bois, prends avec tes mains de l'eau bourbeuse et guéris la soif de l'aveugle ; enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis, moi qui depuis longtemps suis l'habitante de ce lieu. » L’aveugle recouvra la vue et Léon, devenu Empereur, bâtit une église à ce même emplacement vers 474. Longtemps après, alors que le grand temple menaçait de s'écrouler, la Mère de Dieu apparut et le souleva jusqu'à ce que fût sortie la foule qui le remplissait. Après la prise de Constantinople par les Turcs (1453), l’église et le monastère ne sont plus que ruines, mais les malades continuent à accourir à la Source où se multiplient miracles et guérisons : «Quelle langue pourra décrire tout ce que cette eau a produit et tout ce qu'elle opère jusqu'à ce jour, car ils surpassent en nombre les gouttes de pluie, les astres du ciel ou les plantes de la terre, les miracles que nous observons tous les jours ! » (Triode de Carême, Diaconie Apostolique 1993).
Au 19e siècle, l’église est reconstruite telle qu’elle existe encore aujourd’hui, ainsi qu’une autre plus petite abritant la Source. Cet endroit est appelée actuellement "Balikli" ou "Baloukli", du turc "balik" qui signifierait "poisson" ; l’eau y est en effet très poissonneuse.

Depuis 1824, tous les patriarches de Constantinople sont enterrés au monastère. Cette eau de salut coule toujours... pour la guérison des maladies du corps et de l’âme : « O Vierge, tu es en vérité la Source de l’eau vive ; toi seule effaces à ton contact les cruelles maladies des âmes et des corps, en nous versant le Christ comme l’eau du salut » (matines orientales de la fête de ce jour). »

Coeur Immaculé de Marie

 

 

Marie Reine, éducatrice et médiatrice

« O ma Souveraine, si vous priez pour moi je serai sauvé ;
car vous obtenez par vos prières tout ce que vous voulez ;
priez donc pour moi, auguste Mère de Dieu,
puisque votre divin Fils vous écoute et vous accorde tout ce que vous lui demandez.
Il est vrai que je suis indigne de votre protection ;
mais vous n'avez jamais abandonné aucun de ceux qui ont eu recours à vous.
O Marie ! je vous confie mon âme, c'est à vous de la sauver.
Obtenez-moi la persévérance dans la grâce de Dieu
et l'amour envers votre Fils et envers vous.
Je vous aime, ô ma Reine ! et j'espère vous aimer toujours ;
aimez-moi aussi, recevez-moi près de vous et ayez pitié de moi ;
faites-le pour l'amour que vous portez à Jésus.
Considérez la confiance que j'ai en votre miséricorde
et ne cessez pas de m'aider dans toutes mes peines.
Je sais que vous ne manquerez pas de me secourir,
quand je me recommanderai à vous ;
mais vous devez m'obtenir encore cette grâce,
de recourir toujours à vous dans les tentations et au moment
où je pourrais perdre la grâce de Dieu.
Assistez-moi à l'heure de ma mort ;
faites que je rende le dernier soupir, ayant sur les lèvres votre nom
et celui de votre Fils, et redisant : Jésus, Marie, je vous recommande mon âme ! »
Saint Alphonse-Marie de Liguori (1696-1787)

« Je vous salue, Marie, Fille de Dieu le Père,
Je vous salue, Marie, Mère de Dieu le Fils,
Je vous salue, Marie, Epouse du Saint-Esprit.
Je vous salue, Marie, Temple de toute la Divinité.
Je vous salue, Marie, Lys blanc de la resplendissante et toujours immuable Trinité.
Je vous salue, Marie, Rose éclatante d'un charme céleste.
Je vous salue, Marie, Vierge des Vierges,
Vierge fidèle dont le Roi des cieux a voulu naître,
et dont il a daigné être nourri.
Je vous salue, Marie, Reine des martyrs,
dont l'âme a été transpercée d'un glaive de douleur.
Je vous salue, Marie, Souveraine de l'univers,
à qui toute puissance a été donnée au ciel et sur la terre.
Je vous salue, Marie, Reine de mon cœur, ma Mère, ma vie,
ma joie et mon espérance très chère.
Je vous salue, Marie, Mère aimable.
Je vous salue, Marie, Mère admirable.
Je vous salue, Marie, Mère de miséricorde.
Vous êtes pleine de grâce, le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
Et béni soit le fruit de vos entrailles, Jésus.
Et béni soit votre époux, Saint Joseph.
Et béni soit votre père, Saint Joachim.
Et béni soit votre mère, Sainte Anne.
Et béni soit votre fils, Saint Jean.
Et béni soit votre ange, Saint Gabriel.
Et béni soit le Père éternel, qui vous a choisie.
Et béni soit le Fils, qui vous a aimée.
Et béni soit le Saint Esprit, qui vous a épousée.
Et bénis soient à jamais tous ceux qui vous bénissent et qui vous aiment.
Que la Vierge Marie nous bénisse avec son tendre Fils.
Amen. »

St Jean Eudes (1601-1680)

 

 

Marie Reine des Anges

La royauté de Marie sur les anges par le Fr. Bernard-Marie, o.f.s.
« Marie, Reine des anges ? Qui d'entre nous, récitant les célèbres litanies de la Vierge rédigées dès la fin du XII° siècle, ne s'est jamais interrogé sur le sens profond de cette invocation venant tout de suite après celle de Marie, Reine élevée au ciel ? Si l'on saisit assez bien ce que peut recouvrir l'assomption de la Vierge, en est-il de même du titre qui célèbre sa royauté sur les anges ? Là, rien n'est moins sûr, et le simple fait de s'y arrêter un moment pourra passer aux yeux de certains pour un retour vers une théologie et une dévotion révolues, voire inopportunes dans le contexte oecuménique actuel.
Méditer sur la royauté de Marie, on peut encore l'admettre, mais sur les anges, est-ce bien raisonnable ? Pourquoi s'interroger sur les esprits célestes, puisqu'ils nous dépassent à tel point qu'on ne peut ni les voir, ni les toucher, ni même vraiment les comprendre ? Sans ambages, les théologiens répondent qu'une telle réflexion s'impose, puisque l'Ecriture en parle souvent et la tradition ecclésiale également.

 

Regina cæli, lætare, allelúia.
Quia quem meruisti portáre, allelúia.
Resurréxit sicut dixit, allelúia.
Ora pro nobis Deum, allelúia.

V/. Gaude et lætáre, Virgo Maria, allelúia.

R/. Quia surréxit Dominus vere, allelúia.



Oraison : Deus, qui per Resurrectiónem Fílii tui Dómini nostri Jesu Christi mundum lætificáre dignátus es, præsta, quæsumus; ut per ejus Genitricem Virginem Mariam perpétuæ capiámus gáudia vitæ. Per eúmdem Christum.

Reine du Ciel, réjouissez-vous, alleluia:
Parce que Celui que vous avez mérité de porter, alleluia,
Est ressuscité, comme il l'avait prédit, alleluia :
Priez Dieu pour nous, alleluia.

V/. Vierge Marie, réjouissez-vous, et exultez, alleluia.
R/. Car le Seigneur est vraiment ressuscité, alleluia.

Oraison : O Dieu, qui avez daigné réjouir le monde par la Résurrection de Jésus-Christ votre Fils, Notre Seigneur, faites, nous vous en supplions, que par sa sainte Mère, la Vierge Marie, nous goûtions les joies de la vie éternelle. Par le même Jésus-Christ Notre Seigneur.

 

À LA REINE DES ANGES

Auguste Reine des cieux et Maîtresse des Anges,

Vous qui avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de satan,

nous Vous le demandons humblement, envoyez les légions célestes pour que,

sous vos ordres, elles poursuivent les démons, les combattent partout,

répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme.

« Qui est comme Dieu ? »
Ô Bonne et Tendre Mère, Vous serez toujours notre Amour et notre Espérance.
Ô divine Mère, envoyez les saints Anges pour me défendre

et repousser loin de moi le cruel ennemi.

Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous.

Amen !

 

 

 Saint Dominique de Guzman 08

Ave, Regina caelorum

Ave, Regina caelorum,
Ave, Domina angelorum,
Salve, radix, salve, porta,
Ex qua mundo lux est orta.

Gaude, Virgo gloriosa,
Super omnes speciosa ;
Vale, o valde decora,
Et pro nobis Christum exora.

Salut, Reine des cieux
Salut, Souveraine des anges
Salut, tige de Jessé, porte du ciel
Par laquelle la lumière s’est levée sur le monde.

Réjouis-toi, Vierge glorieuse
Belle entre toutes les femmes
Salut ô Vierge toute belle,
Implore le Christ pour nous.

 

V. Dignare me laudare te, Virgo sacrata.
R. Da mihi virtutem contra hostes tuos.

Oremus
Concede, misericors Deus, fragilitati nostrae praesidium; ut, qui sanctae Dei Genetricis memoriam agimus; intercessionis eius auxilio, a nostris iniquitatibus resurgamus. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.

 

 

 

« Salut ! Ô Marie Reine du Ciel et de la Terre, Majesté du Céleste Royaume, Salut !
Beauté de tous les coeurs, Lys de la Très Sainte Trinité, Salut !
Ô Splendeur du matin qui, dans votre Sainte Bonté,

me donnez vos yeux pour voir et me faites entendre la voix des Anges, Salut !
Ô Marie Médiatrice, le lien d'amour pour nous avec le Divin Coeur de votre Fils,

l'Agneau du Très Puissant Dieu l'Eternel, Salut !
Ô Mère du Fils, l'Agneau du Tabernacle, Salut !
Ô Refuge de nos Âmes, Salut !
Ô Rose Céleste qui avez été choisie par le Très Haut

entre toutes les roses d'ici-bas, Salut !
Je vous salue, ô Marie notre Mère !
Éclatante Rose du Matin, Salut ! »

 

« Prière de Marie » : imprimatur du 25 mai 1953, de Mgr Patrice Flynn (évêque de Nevers de 1932 à 1963, d'origine Irlandaise ; il a introduit en France la Légion de Marie).

 

 

Les anges font partie de la Révélation biblique et, à leur place, ils sont eux aussi une révélation qui nous est faite en vue de notre bien naturel et surnaturel, les deux marchant ensemble en vie chrétienne. Ils sont l'objet d'un acte de foi, mais peuvent aussi se faire connaître et reconnaître de divMarie Jésus et Angeserses manières, selon les vocations de chacun. Pour ce qui est de nous dans ces pages, nous traiterons surtout ici des relations qu'entretiennent entre eux la Reine du ciel et le monde angélique. Nous n'en oublierons pas pour autant le monde des hommes pécheurs qui se trouve immédiatement concerné par ces relations célestes dont on parle si peu et qui font pourtant partie intégrante du mystère de notre salut. » (source : http://spiritualite-chretienne.com/anges/ange-gardien/ref-14.html)

 

« Si les anges couronnent Marie, c'est qu'elle est Reine, Reine de tout l'univers créé, donc aussi reine de ces anges qui la glorifient à leur manière, comme un diadème. Le fondement historique et théologique de cette royauté mariale est connu : Marie est la mère du Fils du Très Haut (Le 1, 32), la mère du Seigneur lui-même (Le 1, 43), et elle est associée par Lui gracieusement à sa mission royale qui s'étend à tout l'univers visible et invisible (Jn 2,11 ; 19, 27).

Ici, il est important de voir que la Mère du Seigneur n'est pas seulement reine d'une manière en quelque sorte honorifique, mais que son titre correspond aussi à son action concrète, à sa libre et souvent douloureuse participation à l'oeuvre de la Rédemption opérée par son Fils. En plus de sa maternité divine, sa parfaite collaboration lui a mérité une communion toute particulière à l'exercice de la royauté universelle de son Fils glorifié, notamment sur ces zélés serviteurs de toutes les volontés divines que sont les anges. »

 

Angelus

L'Ange du Seigneur apporta le message à Marie.
R/. Et elle conçut du Saint-Esprit.

Je vous salue, Marie, pleine de grâce, Le Seigneur est avec vous, Vous êtes bénie entre toutes les femmes, Et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
R/. Sainte Marie, Mère de Dieu, Priez pour nous, pauvres pécheurs, Maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il.

 

Voici la servante du Seigneur
R/. Qu'il me soit fait selon votre parole.
Je vous salue, Marie... etc.

 

Et le Verbe se fit chair.
R/. Et il habita parmi nous.
Je vous salue, Marie... etc.

 

Oraison : Daignez, Seigneur, répandre votre grâce dans nos âmes, afin qu'ayant connu par le message de l'Ange l'Incarnation du Christ, votre Fils, nous arrivions, par sa Passion et par sa Croix, à la gloire de la Résurrection. Par le même Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

 

Pendant le Temps pascal, du Samedi saint jusqu'à la Trinité exclusivement, on récite le Regina Cæli :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens