Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 21:20

Marthe Robin attire toujours les foules

Article mis à jour le 4/2/11 - 01 H 012011_2_3_marthe-robin_article

 

Marthe Robin attire toujours des foules

« Trente ans après sa mort et alors que son dossier en béatification est désormais à l'étude à Rome, la mystique de Châteauneuf-de-Galaure, inspiratrice et fondatrice des Foyers de charité, continue de susciter une dévotion impressionnante. Témoignages.

Didier se souvient d'abord de sa surprise lorsqu'il est entré pour la première fois dans la chambre, plongée dans la pénombre. Lui qui avait « perdu la foi » ne savait quoi dire. Il se lance finalement et déverse ses reproches : contre Dieu, contre le scandale de la mort des enfants. « Et pourtant… » , entend-il Marthe Robin lui répondre de sa voix claire. Quarante ans plus tard, ce « Et pourtant » résonne encore en lui : « Ces deux mots tout simples m'ont bouleversé, une grande paix m'a envahi. Et dans la chambre de Marthe, j'ai vécu ma conversion ».

Comme Didier, aujourd'hui retraité au Raincy, des milliers de personnes racontent avoir été transformés par leur rencontre avec Marthe Robin. D'après ses carnets de rendez-vous, elle aurait reçu dans sa petite chambre, en cinquante ans, 103 000 visiteurs, attirés par sa qualité d'écoute, la justesse de ses conseils piqués d'humour, sa prière.

Plusieurs mètres d'archives de remerciements

Rien, pourtant, de la vie de cette fille d'agriculteurs, espiègle, simple et peu instruite, rongée par une encéphalite et alitée pendant cinquante-trois ans, ne laissait présager une telle aura. Trente ans après sa mort, le 6 février 1981, alors que son dossier de béatification est désormais à l'examen à Rome, le flot de pèlerins n'a pourtant jamais tari vers La Plaine (Drôme), la ferme où elle vécut. Au contraire.



Qui est Marthe Robin ? , vidéo des Foyers de charité.

Il a même doublé en dix ans, avec 40 000 visiteurs par an. « Le peuple chrétien l'a déjà béatifiée dans son coeur, résume le P. Bernard Peyrous, postulateur de la cause (1). Beaucoup de gens la prient. Nous avons stocké plusieurs mètres d'archives de remerciements ! »

«D'ici on ne ressort jamais pareil»

Si, de son vivant, beaucoup la rencontraient à l'occasion d'une retraite au Foyer de Châteauneuf-de-Galaure, dont elle fut la fondatrice avec le P. Georges Finet, aujourd'hui les pèlerins montent souvent directement à La Plaine, de tous horizons. Des plus modestes aux plus aisés, jeunes et vieux, seuls ou en familles, croyants ou simples curieux ayant entendu parler d'elle à la télévision ou dans un livre.

« On se demande toujours comment certains sont arrivés jusque-là, s'étonne Honorine Grasset, membre des Foyers de Charité, qui a participé à l'édition d'un recueil de témoignages (2). On pourrait penser que c'est une mystique éloignée de la vie du chrétien lambda, mais les gens nous parlent de sa proximité, des petits coups de pouce qu'ils lui attribuent dans leur quotidien. »

À « La Plaine », la chambre a été conservée en l'état : le minuscule divan sur lequel elle vécut alitée, la commode avec la statue de la Vierge. « On sent toujours sa présence. Dans cette chambre où elle a beaucoup aimé et beaucoup souffert, les gens continuent de déposer leurs fardeaux : des mamans qui désirent un enfant, des personnes en recherche, des membres de communautés nouvelles dont elle a aidé les fondateurs de son vivant, des prêtres, des évêques. Cette chambre est un lieu d'Église », affirme Christiane, membre du Foyer de Chateauneuf qui assure régulièrement l'accueil à « La Plaine ». « D'ici on ne ressort jamais pareil : les gens affichent un sourire, un visage apaisé. »

«Je lui confie tout»

Chacun a une histoire à raconter. Il y a ceux qui l'ont connue de son vivant, mais aussi ceux qui ont découvert son héritage spirituel après sa mort. Ainsi de Joseph Lebèze, qui a passé plusieurs années dans la rue avant de vivre une résurrection spectaculaire (3).

« Je venais d'être baptisé , raconte-t-il. Mais je ne parvenais pas à pardonner à mon père qui avait tué ma mère lorsque j'avais sept ans. J'avais une telle haine en moi que je ne pouvais pas dire le Notre Père. J'ai beaucoup prié Marthe lors d'une retraite à Chateauneuf, et j'ai pu enfin demander le sacrement de réconciliation. Aujourd'hui, j'ai pardonné et j'ai pu me reconstruire. À 42 ans, je viens de réussir mon CAP de restauration. »

Brigitte, assistante familiale de 54 ans, qui s'est installée à quelques kilomètres avec sa famille il y a quinze ans, dit même avoir noué une amitié avec Marthe Robin en venant dans cette chambre après sa mort : « Je n'ai pas du tout l'impression de me recueillir sur une page morbide du passé ! , assure-t-elle. Je lui confie tout : ma famille, les personnes que je rencontre. Elle m'a toujours donné des réponses et réconfortée. »

Beaucoup témoignent de «choses simples»

Retraitée en Maine-et-Loire, Marie-Claude se rend souvent à La Plaine pour « dire merci » . Avec son mari, elle attribue à l'intercession de Marthe Robin et des foyers de Charité les quatre filles qu'ils ont eu tant de mal à avoir.

« Ce qui m'émerveille, c'est la fécondité de cette femme qui est restée toute sa vie clouée au lit. Sans elle, je ne serais pas ce que je suis : aujourd'hui je suis engagée dans l'équipe d'animation de ma paroisse. Vu mon origine modeste, je ne serais jamais allée aussi loin sans la force qu'elle m'a donnée. »

Si certains lui attribuent des miracles, beaucoup témoignent de « choses simples » , qui relèvent de l'intime. « Les cadeaux de Marthe » , comme les nomme Michel, 56 ans, avocat à Paris. « Marthe, c'était une voix flûtée, rieuse et pleine de vie qui commençait par demander "qui est là ?" À ma grande surprise, lorsque je l'ai rencontrée, elle m'a demandé comment allaient mes parents, mes frères et soeurs. Elle avait une mémoire extraordinaire et s'intéressait à tout. C'était quelqu'un d'excessivement proche, accessible et humain.»

 

Céline HOYEAU, à Chateuneuf-de-Galaure (Drôme)

 

(1) Vie de Marthe Robin , avec la collaboration de Marie-Thérèse Gille. Éditions de l'Emmanuel/Éditions Foyer de Charité.
(2) Merci Marthe ! Éditions Foyer de Charité.
(3) Dé-chaîné , Éditions Dumoulin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lucbreton 03/02/2012 12:23


Un site regroupant de nombreuses prières, paroles de Marthe, des témoignages


http://marthe-robin.blogspot.com

pecesita26 19/05/2012 22:03



Que Dieu bénisse Marthe Robin et l'oeuvre des Foyers de Charité ! 



Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens