Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 00:05

 

Oui, l'enfer éternel existe ! Pour qui ?

 

Un chrétien peut-il aller en enfer ?



           « Ce soir, je voudrais vous parler d'un sujet que je n'aborde pas souvent, mais comme il faut annoncer tout le conseil de Dieu, il faut en parler. Il faut en parler aussi autour de nous. Je vais vous parler de l'enfer et du jugement. C'est un message qui, normalement, s'adresse en priorité à des païens, à ceux qui ne sont pas convertis. Mais il s'adresse aussi à nous, chrétiens, car nous devons connaître quel est le sort terrible de ceux qui rejettent le salut, qui ne veulent pas de Jésus-Christ.

           Quand on a sous les yeux les flammes de l'enfer, on voit ce que le Seigneur, dans sa justice, a préparé pour les rebelles qui ne veulent pas du salut.

Cela nous donne une incitation à parler aussi du Seigneur. Parce que le Seigneur dit qu'après la mort vient le jugement, et il n'y a pas trente-six endroits ! Ou bien on est avec le Seigneur, ou bien on est loin du Seigneur, en enfer pour l'éternité. Beaucoup entrent par la porte large, le grand boulevard qui mène à la perdition éternelle. Et Jésus dit qu'il y en a peu qui trouvent la porte étroite et le sentier montant qui mènent à la vie éternelle. Si le Seigneur nous a placés ici, sur cette terre, c'est pour parler de Lui à ceux qui sont perdus et aider ceux qui sont sauvés à avancer dans la perfection que Jésus a prévue pour eux.

                      Ce soir, je voudrais vous parler de l'enfer. Vous savez que la Bible parle beaucoup du feu éternel, de la géhenne, de l'enfer, et du châtiment des impies. Je ne vais citer que l'évangile de Matthieu, et quelques passages dans les épîtres. Mais déjà, dans l'évangile de Matthieu, et dans les paroles mêmes de Jésus-Christ, on voit à quel point le Seigneur parle souvent de la géhenne, de l'enfer, du châtiment éternel, et du châtiment qui attend les rebelles, ceux qui refusent le Seigneur, ou ceux qui ne veulent pas se repentir.

           Nous devons nous aussi parler de l'enfer. Quelquefois j'entends des Chrétiens dire : "Ah, moi, je ne veux surtout jamais parler de l'enfer, parce que cela fait peur. Je veux que les gens viennent par amour pour le Seigneur, et pas par peur !" C'est vrai. Mais il vaut mieux venir au Seigneur par peur que d'aller brûler dans l'enfer pour l'éternité. Et de toute façon, il y a des âmes qui sont endurcies contre l'amour du Seigneur. Quand on leur parle de l'amour du Seigneur, elles se moquent. Il faut leur parler de l'enfer, et des flammes éternelles, de ce qui les attend, des terribles jugements qui viennent sur les rebelles. Il faut leur en parler. Il ne faut pas avoir de crainte à parler de l'enfer. Il ne faut pas, bien sûr, passer notre temps à parler de l'enfer à ceux qui nous entourent, mais il faut en parler.

           Le Saint-Esprit va nous conduire, par moments, à parler uniquement de l'amour du Seigneur à des âmes, parce que ce sont des âmes qui ont été brisées, qui ont été fatiguées par la vie, qui sont malades, qui sont souffrantes, et qui cherchent une délivrance.

Il y a aussi des âmes endurcies, des âmes dans le péché, des âmes qui ont dix fois, vingt fois, entendu la grâce de Dieu et qui ont refusé... Il faut leur parler du jugement éternel et de l'enfer. Il faut leur annoncer qu'il y a un Dieu de sainteté qui ne va pas laisser passer le péché et les moqueurs, et qu'après la mort, le jugement attend toutes ces âmes.

 

           C'est un jugement éternel, dans des souffrances atroces et horribles, qui n'ont pas de fin. Il y en a qui ne comprennent pas et qui disent : "Mais enfin, si Dieu est un Dieu d'amour, Il ne peut pas avoir imaginé un châtiment aussi horrible que l'enfer éternel pour ceux qui le refusent !" On ne peut pas juger Dieu, ni ce qu'Il fait. Ce n'est pas à nous de Lui dire : "Mais, que fais-Tu ? Pourquoi as-Tu fait cela ?" Dieu nous a prévenus, Il nous a dit : "Il y a un jugement, et pour ceux qui le méritent il y a un enfer !" Et cela rend le paradis et le Ciel encore plus désirables, quand on voit les merveilles que Dieu a prévues pour Ses enfants, pour ceux qui acceptent le Seigneur, les merveilles du nouveau Ciel, de la nouvelle terre, de la nouvelle Jérusalem (la Jérusalem Céleste), et de l'éternité avec Dieu, et combien c'est simple d'accepter le Seigneur par la foi et de rejeter toute notre vie de péché pour nous tourner vers Lui.'

 

(source : http://www.sourcedevie.com/html/C083-enfer-existe.htm)

 

         « L’Enfer, dont on s'imagine souvent, hélàs, que c'est du folklore, ou une légende des temps jadis.... on oublie trop facilement l’existence, ou bien on refuse tout simplement d'y croire.... Et pourtant, combien d'âmes pourraient être sauvées si seulement elles y avaient cru pendant leur temps de vie sur Terre.....

 

             Au 19e siècle, un grand prédicateur populaire terminait ainsi un sermon de

 

carême réservé aux dames : « Mesdames, vous direz à vos maris que, ce soir, je leur prouverai qu’il n’y a pas d’enfer ». Vous pensez s’il y eut foule à l’instruction du soir. Le prêtre monte en chaire et commence : « Mes frères, il n’y a pas d’enfer… (il s’arrête pour jouir de l’effet) ; non, mes frères, il n’y a pas d’enfer pour ceux qui aiment Dieu, qui observent les commandements et qui fréquentent les sacrements. Pour les autres, il y a un enfer ».

 

             C’est de la réalité de cet enfer éternel pour les pécheurs qui ne se repentent pas que je voudrais vous parler aujourd’hui. Dans tous les temps, il y a eu des hérétiques pour nier l’existence de l’enfer ou l’éternité des peines, mais jamais plus que de nos jours…

 

C’est vraiment la grande ruse de Satan que de se faire nier, et l’on trouve même des prêtres et des catholiques pratiquants pour édulcorer la doctrine de l’Église sur ce point. On admet bien les autres vérités, mais celle-là non.

            Qu'aucun être humain ne soit dupe : Satan voue une haine GIGANTESQUE et SURPUISSANTE (SANS LIMITES) au genre humain : c'est sa principale raison de vouloir nous anéantir tous et de perdre le plus d'âmes possible en Enfer pour l'éternité ! 

 

 

             Et leur grande objection est celle-ci : « Dieu est trop bon pour damner ». En effet, Dieu est tout amour. « Il est Charité » dit saint Jean. C’est le même Dieu qui est mort sur le calvaire pour notre salut et qui a créé l’enfer. Seul l’enfer venge l’amour infini méprisé.

Durant son temps de vie sur Terre, Dieu harcèle le pécheur de sa miséricorde, de sa bonté sur la terre, mais le pécheur la rejette. Ce n’est pas Dieu qui le damne, c’est lui qui se damne. Si Dieu est bon, il est juste aussi ; il faut que sonne l’heure de la justice, celle du jugement. L’homme est tellement aveugle que, puisqu’il ne peut pas voir les preuves incessantes de la bonté divine, Dieu a créé un moyen terrible mais salutaire pour nous sauver du péché : la crainte de l’enfer.

 

            Certains émettent l’objection suivante : « N’y aurait-il pas d’autres moyens de punir le pécheur ? : l’anéantissement du pécheur ou une longue expiation ; et pourquoi une faute d’un instant, le châtiment éternel ? » :

 

  • L’anéantissement ! Si les justes seuls étaient immortels, et que les pécheurs soient anéantis, cela serait contre la Sagesse de Dieu. L’âme des pécheurs est ainsi immortelle par nature. Dieu ne créé pas quelque chose d’immortel pour le détruire ensuite. D’autre part, le pécheur ne serait pas puni car, que demandent les méchants pour le lendemain de leur mort ? Qu’espèrent-ils sinon le néant ? Notre sens de la justice réclame après cette vie où la justice n’est pas respectée un châtiment pour ceux qui en ont joui en égoïste en face des souffrances des autres.

     

  • Une très longue expiation ne serait pas suffisante pour satisfaire la Justice. Ainsi le mal triompherait de Dieu. Ne va en enfer que le pécheur impénitent. Or par la séparation du corps et de l’âme, la volonté est fixée définitivement ou dans le bien ou dans le mal. Tant que nous sommes sur terre, notre volonté peut changer. La possibilité d’une conversion existe toujours. Après la mort, pour le pécheur, la volonté est immobile définitivement fixée dans la perversion. Donc le pécheur triompherait finalement de Dieu, puisque perverti irrémédiablement même après une longue expiation, il forcerait en quelque sorte Dieu à lui ouvrir le ciel. Sans repentir, il gagnerait le ciel.

     

  • Enfin pour l’enfer éternel pour une faute d’un instant ? Ce n’est pas la durée qui en fait la gravité, un homicide ne dure qu’un instant. En certains pays, la justice des hommes lui inflige une peine « éternelle », la peine de mort. La gravité des péchés mortels se mesure à ceci qu’ils s’attaquent à la majesté divine qui est infinie, d’où une malice infinie, d’où un châtiment équivalent ; ce châtiment sera infini non dans sa densité, mais dans sa durée.

           La raison, si elle découvre la nécessité d’un châtiment pour les pécheurs impénitents après la mort, laissée à elle-même, elle ne saurait apporter des preuves convaincantes de son éternité. Il a fallu pour l’en assurer la révélation de Dieu. Or elle est formelle. Il y a un enfer, un enfer éternel. Il est de foi parce que révélé par Dieu et défini par l’Église que l’enfer existe, qu’un châtiment éternel est infligé aux pécheurs morts impénitents, et qui comporte avec la privation de la vision de Dieu, une autre peine, appelée peine des sens.

 

L’enfer éternel existe. L’Ecriture l’affirme :

- « Et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière se réveilleront, les uns pour une vie éternelle, les autres pour les opprobres pour la réprobation éternelle, etc. » (Daniel 12, 2).

- «  Et ceux-ci s’en iront au supplice éternel, et les justes à la vie éternelle » (Matthieu 25, 46).

- « Ils subiront la peine d’une perdition éternelle, loin de la face du Seigneur et de l’éclat de sa puissance… » (2 Thessaloniciens. 1, 9), etc…

 

           Les châtiments que subiront les damnés sont dépeints comme ne devant pas finir. « Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ; mieux vaut pour toi entrer mutilé dans l’autre vie, que, ayant deux mains, aller dans la géhenne, dans le feu inextinguible, là où le ver ne meurt point, où le feu ne s’éteint point » (Marc 9, 43-49).

   

En enfer, il existe une double peine : la peine du dam et la peine des sens.

 

Qu’est-ce que la peine du dam ?

            C’est la privation de la vision béatifique. La sentence du jugement dernier le dit expressément : « Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel » (Matthieu 25, 41).

Le pécheur a rejeté Dieu, Dieu le rejette.

            Nous avons peine à comprendre ce malheur car ici-bas, nous ne connaissons Dieu que bien imparfaitement et nous jouissons des biens trompeurs de la terre. Dans l-au-delà nous n’aurons plus d’illusion. Nous comprendrons que Dieu est le seul vrai bien ; et les damnés s’en seront éternellement privés par leur faute. Portés naturellement vers Lui par leur nature de fils de Dieu, ils s’en détourneront avec haine, éternellement.

 

Il y aura encore la peine des sens.

            Il est difficile de préciser la nature de ce feu, car il a des propriétés qui dépassent celle du feu de la terre. Il fait souffrir les démons, purs esprits « au feu éternel qui a été préparé pour le démon et ses anges (Matthieu 25, 41).

            Il fait souffrir les âmes séparées également esprits. Quant aux corps, il les brûlera éternellement sans les consumer. On peut dire à ceux qui s’en inquiètent ce que saint Jean Chrysostome disait à ses auditeurs au sujet du lieu de l’enfer : « ne cherchez pas où il est, mais comment faire pour l’éviter ». Ne cherchons pas, par simple curiosité philosophique, quel est ce feu, mais comment faire pour l’éviter.

 

           Il y a encore bien d’autres peines que ressentent les damnés. Dans la Sainte Écriture, il est aussi parlé de remords comparé à un ver qui ronge et ne meurt pas, de ténèbres, de l’horrible compagnie des démons et des damnés fixés dans la haine et la souffrance. Les textes si clairs de l’Évangile doivent nous suffire. Si l’amour de Dieu n’est pas suffisant en nos cœurs pour allumer l’horreur du péché, du moins que les tourments de l’enfer y allument la crainte.

 

             Cette réalité d’un enfer éternel étant trop oubliée, la très Sainte Vierge Marie a voulu nous la rappeler dans ses apparitions à Fatima, au Portugal.

 

 Sœur Lucie écrivit à ce sujet en 1942 « par pure obéissance et avec la permission du ciel » une description effrayante de cette vision :

            « Le faisceau de lumière projeté sembla pénétrer la terre et nous vîmes comme une grande mer de feu. En cette mer, étaient plongés, noirs et brûlés, des démons et des âmes sous forme humaine ressemblant à des braises transparentes. Soulevés en l’air par les flammes, ils s’élevaient au-dessus d’elles en même temps que des nuages de fumée, puis ils retombaient de tous les côtés comme des étincelles dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, au milieu de grands cris et de hurlements de douleur et de désespoir qui faisaient frémir et trembler d’épouvante ».

 

             Cette pensée de l’enfer, où tombent tant d’âmes doit nous inciter à prier avec plus de ferveur pour les pécheurs. Il y a un enfer éternel. Saint Alphonse de Liguori disait : « Si l’on demandait aux damnés pourquoi ils sont en enfer, la plupart répondraient : ‘C’est parce que nous n’avons pas assez songé à l’enfer.’ ».

 

           Soyons de ceux qui y songent souvent et ce sera pour nous le moyen de ne pas y aller, parce que nous éviterons le péché mortel qui y conduit. Il faut regarder le péché comme le grand mal, l’éviter car il conduit à l’enfer, et se souvenir que la vertu et la confession suppriment l’enfer. Puis recommandons-nous humblement à la miséricorde du divin Maître.

Paroles d’un abbé. »

 

- Sainte Thérèse d’Avila : Notre-Seigneur Jésus-Christ lui fit la faveur de voir la place que Satan lui avait préparée en enfer si elle n’avait pas aimé Dieu." <<cliquez ici : link >>

- Jugement d'un damné et d'un élu (Sainte Brigitte) << cliquez ici : link >>

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Peter Harfouche 18/02/2014 20:41

Je comprends que les pêcheurs vont en enfer, après tour on récolte ce que l'on sème. Bien que je ne veuille pas mettre en doute le jugement de dieu, j'aimerais savoir si il n'existe pas un juste milieu, un endroit où les âmes impures (n'ayant pas commis de graves pécher), un endroit où les âmes iraîent pour achever leur purification avant de connaître le paradi. Bien que le seigneur n'ait pas parler de cela certains Saints en on fait allusion, et j'aimerais savoir si c'est vrai.
Cordialement, Peter

pecesita26 18/02/2014 22:48

voici : (source : http://www.eglise.catholique.fr/foi-et-vie-chretienne/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/toussaint/lenfer-et-le-purgatoire.html)

"L'enfer et le purgatoire existent-t-il ?

On se représente souvent l'enfer comme un châtiment éternel (le feu de l'enfer) que Dieu impose aux pécheurs. Cette représentation est fausse : ce n'est pas Dieu qui nous impose un châtiment. Il ne cesse pas d'aimer tous les hommes, mais par amour, il respecte notre liberté jusqu'au bout, il nous laisse la possibilité de refuser totalement son amour. C'est une tragique possibilité. Ainsi, l'enfer consiste à être volontairement séparé de Dieu. Mais personne ne peut dire si quelqu'un se trouve dans cette situation. L'Eglise elle-même s'est toujours refusée à prendre position, même dans les cas des plus grands pécheurs ! Dieu seul connaît le cœur de chacun !

Et le purgatoire ? Pour pouvoir rencontrer Dieu face à face, l'homme pécheur a besoin d'une purification et cette purification est éprouvante car elle opère une sortie totale de l'égoïsme, de son quant à soi, de son amour-propre. Et cela n'est pas facile ! C'est le sens qu'il faut donner au terme purgatoire quand on l'utilise. Le Purgatoire n'est pas un lieu intermédiaire entre le ciel et l'enfer (qui eux-mêmes ne sont pas des lieux !), il est un état, une attente, une ouverture définitive du cœur et de l'esprit à l'amour de Dieu.

Publication dans le dossier « Pour approfondir le thème de la Fête des morts ». Site CEF Toussaint 2007"

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens