Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 00:32

 

Père Paul-Marie : la présence de Marie dans le combat spirituel

 

Mardi 27 janvier 2009

 

« Le Père Paul-Marie a donné ce enseignement au Festival Marial le 18 août 2008. Nous prévenons le lecteur qu'il s'agit plutôt d'un témoignage que d'une conférence universitaire, transcrit de l'oral.

Frère Paul-Marie de Mauroy Frère Paul-Marie est prêtre de la Communauté Saint-Jean et responsable de l'Association internationale de délivrance (AID). Cette association travaille sur la guérison intérieure et l’exorcisme,avec une réflexion forte sur le discernement. »
www.stjean.com et www.vade-retro.fr

Ave Maris Stella

« Je suis très heureux d’être parmi vous ce matin pour vous parler du mystère de Marie dans le cadre du combat spirituel en essayant de l’actualiser c'est-à-dire comment aujourd’hui Marie nous aide dans ce combat spirituel. Nous avons entendu tout à l’heure l’interview de Mgr Rey qui disait que l’évangélisation consistait entre autre à montrer comment la parole de Dieu vient nous rejoindre aujourd’hui dans notre vie de tous les jours. C’est ce que j’aimerais faire avec vous en m’appuyant sur le livre qui nous parle principalement des luttes du chrétien, le livre de l’Apocalypse au chapitre 12 et au chapitre 13.

Nous venons de fêter l’Assomption de la Vierge Marie qui est un grand mystère et qui est comme le dévoilement d’un mystère plus caché et plus profond. Un peu comme la résurrection de Jésus. Jésus ressuscite d’entre les morts, c’est la manifestation d’un mystère qui est plus caché, c’est la manifestation du mystère de Jésus qui est la résurrection.

L’événement de la résurrection, n’est que la manifestation de quelque chose de plus profond. Et je crois que c’est analogue pour le mystère de l’Assomption de Marie. C’est la manifestation d’un mystère plus caché et plus profond. Quel est ce mystère ? C’est l’assomption de toute la personne humaine par la grâce, c'est-à-dire l’amour du Père qui vient nous chercher dans toute notre personnalité pour nous assumer. C’est cela, le mystère de l’Assomption, et vous voyez bien que ce mystère est actuel pour tous les hommes de tous les temps de toute l’Eglise mais spécialement quand la vie chrétienne se déroule dans des combats et dans les luttes contre l’ennemi, que nous connaissons par la révélation et par l’expérience, le démon, l’ennemi, le Satan.

Dans le livre de l’Apocalypse au chapitre 12 et 13, nous est montrée la femme victorieuse, entièrement victorieuse de l’ennemi : « Un signe grandiose apparut dans le ciel : une femme. La lune est sous ses pieds, douze étoiles couronnent sa tête, elle est dans les luttes et les douleurs de l’enfantement. » On la décrit d’abord comme femme puis comme reine avec ses douze étoiles puis comme mère dans les douleurs de l’enfantement. On la décrit comme femme, reine et mère. Ces  3 regards sur la Vierge Marie sont très importants, car en face d’elle il y a un autre signe grandiose, énorme plus exactement: c’est le dragon rouge feu, à 7 têtes et 10 cornes. Comment comprendre ce signe énorme ? Vous le savez bien, Jésus dit dans l’Evangile[1] que le démon est le père du mensonge et homicide dès le commencement.

L’homicide est la 2nde mort, ce n’est pas la mort physique, mais c’est de nous couper de Dieu. Et comment le fait-il ? Par le mensonge. Le mensonge du démon, c’est la confusion. Entretenir les confusions en caricaturant tout ce que fait Dieu et tout ce que fait l’Eglise en particulier. La femme grandiose dans le ciel, c’est Marie, femme, Reine, Mère. Le démon caricature un aspect, un seul aspect. Puisque cela nous est révélé, il y a là quelque chose de très grand. En effet le démon a une intelligence angélique et il ne se trompe pas de cible. Qu’est ce qu’il caricature : il a les têtes couronnées … c’est la royauté de Marie qu’il caricature. C’est en même temps la couronne de la victoire qui est caricaturée. Il ne reprend que cela parce que c’est le point central et focal qui explique que l’enfant aussitôt né est enlevé au ciel, c'est-à-dire qu’il échappe au dragon. C’est la grande victoire par la maternité de Marie, par sa royauté et par son mystère de femme.

Autrefois le dragon, l’antique serpent avait été victorieux d’Eve qui devait par son alliance avec Adam non seulement être source par la génération de l’humanité mais aussi être instrument de la communication de la grâce, cette assomption de la personne humaine par la grâce devait se faire par la génération. Et le dragon a été victorieux, il a cassé cela. Face à cette chute terrible de l’humanité, Dieu a répondu dans l’amour en suscitant une nouvelle Eve, qui serait victorieuse, contre laquelle le démon ne pourrait rien, et dont la fécondité lui échapperait. C’est ce qui est dit ici. Marie est la nouvelle Eve. Son enfant aussitôt né, est élevé au ciel. Son enfant n’est pas le Christ parce que la femme est dans les douleurs de l’enfantement[2]. Il s’agit plutôt du mystère de l’Eglise. C’est Marie à la croix qui souffre du Christ crucifié mais qui connaît la grande victoire de l’amour du Christ crucifié et sur laquelle le démon ne peut rien faire. L’enfant aussitôt né enlevé au ciel : c’est cette grâce que l’enfant de Dieu reçoit à partir du moment où il est de bonne volonté, où il cherche à aimer. Et contre cela, le dragon ne peut rien faire.

C’est la grande victoire, le don de Dieu, le don de  l’amour du Père, que nous avons reçu au plus profond de notre âme et qui fait qu’on échappe au démon. C’est déjà le ciel qui est présent en nous. Le dragon est vaincu mais comme tout orgueilleux, il ne reconnaît pas sa défaite. Il pense que ce n’est que partie remise. Alors que fait-il ?  Il suscite la bête de la mer et la bête de la terre[3]. La bête de la mer est présentée comme une bête monstrueuse avec 7 têtes et 10 cornes, donc comme le dragon. C’est une filiation, elle lui ressemble parce qu’elle est comme sa progéniture. Sur ses cornes, 10 diadèmes, encore la royauté ! mais cette fois-ci, ce ne sont plus les têtes qui sont couronnées comme chez le dragon, ce sont les cornes, c'est-à-dire le symbolisme de la puissance, de la domination. La bête de la mer domine et elle semble être victorieuse par sa domination. Et sur ses têtes, des titres blasphématoires.

« La bête que je vis, ressemblait à une panthère avec des pattes comme celles d’un ours et la gueule comme une gueule de lion ». Monstrueuse, vous imaginez : un ours, une panthère et un lion. Quelle caricature ! Mensonge du démon ! Ce sont les quatre vivants caricaturés, le visage d’homme, l’aigle, le taureau, le lion. Le Christ est les quatre vivants. C’est le Christ dans son mystère d’Incarnation, de cette alliance fabuleuse d’amour avec l’homme. Le Verbe a assumé, la nature humaine dans l’incarnation, c’est l’assomption. Le démon veut caricaturer, il veut faire des alliances avec l’homme… c’est la bête de la mer. Mais quelle alliance veut-il avec l’homme ? Il a des titres blasphématoire sur la tête.

L’alliance du dragon avec l’homme, la bête de la mer, c’est faire que l’homme blasphème Dieu et le blasphème est celui du nom de Dieu. Dans la Bible, le nom de Dieu est « JE SUIS ». Le nom premier révélé à Moïse et que Jésus reprend est : « JE SUIS ». « Quand je serai élevé de terre alors vous saurez que je suis »[4]. Le blasphème du nom de Dieu, c’est de dire « je suis n’est pas » : l’athéisme, l’idéologie athée. L’athéisme a toujours existé mais comme système philosophique, comme système de pensée qui envahit la culture à travers Nietzsche, Sartre, et bien d’autres, c’est récent. C’est l’œuvre de la bête de la mer. C’est une fausse alliance du dragon avec l’intelligence spéculative de l’homme qui aboutit à la négation de Dieu. Comment ? Une des têtes de la bête de la mer paraissait blessée à mort et elle a repris vie. Ce phénomène de tête qui est blessée à mort et qui reprend vie, étonne tous les habitants de la terre qui sont stupéfaits et ils suivent la bête. C’est un prodige, une caricature de la résurrection : la tête blessée à mort qui reprend vie. La tête, symbolisme de l’intelligence, est blessée à mort. L’intelligence blessée à mort, si on est attentif à la vie de l’intelligence, c’est la négation, primat de la négation. Quand on est toujours tenté de critiquer, de nier, c’est l’œuvre de la bête de la mer. Ceci est très séduisant parce que grâce à ce primat de la négation, la négation de la négation, etc., on aboutit non seulement à  la négation de Dieu, mais on aboutit aussi à tout expliquer. C’est un système étonnant qui donne raison de tout. Cela séduit l’intelligence de l’homme.

Et face à l’intelligence blessée à mort et qui a repris vie, l’homme est séduit, et il suit la bête de la mer. Alors face à cela, Marie nous donne l’Emmanuel, Dieu avec Nous, c’est la réponse d’amour de Dieu, Dieu avec nous, l’alliance de Jésus avec l’homme, l’alliance de Dieu avec l’homme.

 

Puis il y a la bête de la terre. Et c’est surtout  là-dessus que je vais m’arrêter parce que je crois qu’aujourd’hui, c’est cela le point de vue le plus important dont on n’est pas forcément lucide. La bête de la terre avait deux cornes comme un agneau mais parlait comme un dragon. Deux cornes comme un agneau, c’est l’apparence extérieure, c’est une caricature du mystère de l’Agneau de Dieu : la rédemption. La bête de la mer caricature les quatre vivants, l’Incarnation. La bête de la terre caricature l’Agneau mais elle parlait comme un dragon. C’est sa filiation avec la bête, le dragon, mais elle caricature le mystère de la Rédemption de Jésus, mort par amour pour nous, pour nous libérer du péché et du dragon. « Au service de la première bête, elle en établit partout le pouvoir, amenant la terre et ses habitants à adorer cette première bête dont la plaie mortelle fut guérie. Elle accomplit aux yeux de tous des prodiges étonnants, jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre »[5].

La bête de la terre se différencie de la bête de la mer parce qu’elle est une alliance avec l’intelligence pratique de l’homme jusqu’à faire descendre le feu du ciel sur la terre. Jésus dit dans l’Evangile : « Je suis venu jeter un feu sur la terre »[6]. On voit bien le mensonge du démon, la caricature, la confusion qu’il produit en imitant ce que fait Jésus « Je suis venu jeter un feu sur la terre ». Lorsque Jésus dit cela, de quoi parle-t-il ? Il le dit au moment où il annonce sa passion. Ce feu qu’il vient jeter sur la terre, c’est la lumière, symbolisme du feu. C’est la lumière mais c’est aussi l’amour, la charité. Jésus est venu sur terre pour nous donner toute la lumière de Dieu et tout l’amour de Dieu, traduit à travers l’alliance avec l’homme, avec l’humanité. Comment le démon va-t-il caricaturer cela pour créer la confusion ? : une lumière qui semble venir d’en haut mais qui n’est pas la lumière divine, c’est quoi ? c’est une caricature du charisme de prophétie, la divination.

Tous ceux qui prétendent donner une lumière d’en haut pour aider l’humanité, pour aider les personnes qui sont dans une situation terrible, impossible, qui sont dans une situation limite, alors on va les aider, on va leur donner une lumière sous prétexte de charité fraternelle, de philanthropie si vous voulez, on va aider l’humanité en donnant une lumière qu’on prétend venue dans haut. Il y a aujourd’hui beaucoup de personnes qui prétendent être en contact avec des entités et même quelquefois avec la Vierge Marie, avec Jésus, avec des saints du ciel, cela peut être vrai, mais cela peut être aussi le mensonge du démon. La bête de la terre fait descendre le feu du ciel sur la terre. Vous le savez bien, dans l’ancien testament Dieu a interdit la divination, mais elle prend des formes nouvelles.

Du côté de la charité, faire descendre le feu du ciel sur la terre, c’est l’amour divin qui vient embraser la terre comme le feu ardent du buisson que Moïse a vu. Ce feu de l’amour de Dieu qui a déjà pris possession de la nature humaine de Jésus dans l’Incarnation sans le consumer, cet amour qui brûle l’humanité sainte du Christ sans la détruire mais au contraire en l’ennoblissant. Quelle est la caricature démoniaque ? Ce feu de l’amour divin qui vient sur terre, c’est une compassion à l’égard du pauvre, du pécheur que nous sommes, du misérable. Jésus meurt sur la croix en donnant sa vie, il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime, c’est la compassion. La caricature démoniaque est une fausse compassion, l’apparence de la compassion.

L’autre jour, une personne vient me voir, elle me dit :  « Mon père, ma fille est malade, elle va vers la mort. Je l’ai montrée à tous les médecins, personne ne peut la guérir. Alors qu’est ce que j’ai fait ? Je me suis laissée initier au Reikki et je l’ai guérie ». Comment voulez-vous faire comprendre à cette femme que ce n’est pas du bon Dieu ? Elle a guéri sa fille. Tout est bien. Elle a fait du bien à sa fille. Evidemment elle avait quelques problèmes après et c’est pour cela qu’elle est venue me voir. Comment lui montrer que c’est une alliance avec le démon ? Oui, le démon se sert de la bonne volonté. Cette une femme était croyante, elle croyait en Dieu et elle ne recherchait que le bien. Donc elle était de bonne volonté et sincère en plus de cela. La bête de la terre est capable de faire des alliances avec des âmes de bonne volonté qui sont sincères.

Aujourd’hui ; la bête de la terre propose des thérapies nouvelles, plus efficaces que la médecine et parfois gratuites. Pourquoi s’en priver ? C’est terrible. Des thérapies nouvelles, qui ne sont pas toutes mauvaises rassurez vous, il y en a qui sont excellentes et naturelles mais le démon s’infiltre dedans pour caricaturer, imiter et tout dévier, tout fausser. Il y a beaucoup de thérapies aujourd’hui et si l’on n’est pas éclairé, notre bonne volonté ne suffit pas à être dans la lumière. Il ne s’agit pas de dire seulement : « Mais moi je veux faire le bien, moi je veux faire du  bien à l’humanité, et en face de Dieu, je crois que ce moyen est bon, donc je le prends ». En face de Dieu, cela ne suffit pas. Il faut être éclairé aujourd’hui.

Voyez quelle est l’œuvre de la bête de la terre aujourd’hui. C’est redoutable ! C’est pernicieux, subtile. Ceci est la première action de la bête de la terre : le feu qui descend du ciel est un faux feu : du coté de la lumière, tout ce qui est de l’ordre de la divination, du côté de l’amour, tout ce qui est de l’ordre d’une fausse compassion.

Aujourd’hui, la médecine traditionnelle fait ce qu’elle peut pour éliminer le mal et elle a raison, elle fait bien. On ne doit pas aimer le mal, même sous prétexte de la croix, le mal est le mal et on doit le fuir et lutter contre lui. Mais la science et la technique sont tellement développées qu’aujourd’hui on est capable d’éradiquer la plupart des maux, bien qu’il y en ait quelques-uns qui nous échappent encore, mais à quel point, jusqu’à quel prix ? Lorsque l’efficacité contre le mal atteint même ce qui est bon en nous, la personne humaine, est-ce que c’est encore juste, quelle est la limite, jusqu’ou la thérapie peut-elle aller ? il faut respecter la personne humaine.

L’efficacité est telle qu’elle peut atteindre la personne et sa dignité et du coup ce n’est plus du bon Dieu parce que la personne n’est plus respectée. L’œuvre de la bête de la terre est d’occulter le mystère de la croix. Elle propose  d’éradiquer le mal si fortement que le mystère de la croix est évacué, complètement, on n'en parle plus sous prétexte de bien. Il y a quelque chose de juste. Encore une fois, il faut lutter contre le mal. Jésus dit : «  si on vous persécute dans une ville, fuyez dans une autre ». Cela n’est pas de la lâcheté. Je ne dois pas m’exposer au mal. Il n’y a que lorsque je suis obligé de vivre le mal après avoir lutté contre lui que je choisis la croix. Et vous voyez, là il y a un petit dérapage qui est assez subtil. La lutte contre le mal est si puissant qu’il peut complètement occulter le mystère de la Croix. Et cela est l’œuvre de la bête de la terre.

Marie au pied de la croix n’a pas évité la souffrance, elle est debout dit Saint Luc. Elle n’a pas fui la croix, elle était là comme la mère du crucifié. Elle a vécu pleinement ce mystère douloureux mais glorieux, ô combien glorieux parce que c’est l’amour qui domine. Et si elle a pu tenir comme Jésus sur la croix, c’est la révélation que cet amour est plus fort que la mort, c’est un amour divin car l’amour humain n’est pas victorieux de la mort. C’est la Résurrection qui nous le montre, l’amour divin est victorieux de la mort. Et Marie au pied de la croix est debout, elle montre déjà cette victoire. Elle n’occulte pas cette souffrance. Mais elle la vit dans un regard de lumière, à sa juste place.

Puis la deuxième action, encore plus redoutable que la première, de la bête de la terre, c’est qu’elle fait une image de la bête de la mer, et elle lui donne de l’animer, de la faire parler. Alors vous voyez bien ici, l’image est confondue, parce qu’elle parle, avec une présence. C'est la confusion du virtuel avec le réel. Avec le progrès de la technique, de l’électronique, de l’informatique, la deuxième action de la bête de la terre peut se développer. Tout ce progrès de la technique est une chose bonne encore une fois. J’ai personnelement un ordinateur qui me fait gagner du temps. Il permet de stocker beaucoup de choses et facilite le travail. Mais il y a un moment donné où on risque de ne plus être tout à fait dans la lumière.

L’ordinateur est un outil au service de l’homme. Il est finalisé par le labeur de l’homme. Et lorsqu’il prend trop de place alors il y a un déséquilibre qui se fait, et petit à petit. Ce déséquilibre, au-delà de l’aspect moral est plus profondément vital. Le virtuel remplace le réel. Parmi les jeunes d’aujourd’hui, beaucoup sont très tentés par cela. On passe des heures devant l’ordinateur, sous prétexte, bien sûr, de beaucoup de bonnes choses. Petit à petit, il se crèe une déformation de la nature humaine : on devient hypersensible. Et là il y a un paradoxe dont je voudrais vous faire part car cela a touché très concrètement mon expérience d’exorciste.

Rapidement je me suis trouvé en face de personnes qui étaient visiblement malmenées par le démon et qui pourtant menaient une vie chrétienne authentique, une vie sacramentelle, la prière personnelle, la communion, la confession, la lecture de la Parole de Dieu. Comment se fait-il qu’elles pouvaient être agressées par le démon de cette manière-là, jusqu’à présenter des symptômes qui étaient pratiquement ceux de l’infestation ou de la possession démoniaque ? Paradoxe ! Comment est-ce possible ? Et pourtant ce phénomène est bien réel et plus répandu qu’on ne le pense. Eh bien cela est l’œuvre de la bête de la terre. Et vous pouvez faire tous les exorcismes que vous voulez, toutes les prières de libération, vous ne libérerez pas ces personnes-là.

Donc je me suis heurté à ce problème- là et je me suis dit : comment est ce possible ? Donc je suis allé voir mon évêque, je suis allé voir d’autres exorcistes qui avaient une grosse expérience de 20 ans, 30 ans et ils me disaient tous : « Mais c’est vrai, nous nous retrouvons devant certaines situations et nous sommes en échec ». Il y a des personnes qu’on ne peut pas libérer.

Je me suis dit que ce n’était pas normal, que la grâce est victorieuse de tout. Alors, j’ai beaucoup échangé avec ces personnes. J’ai découvert qu’elles avaient toutes quelque chose en commun, c’est qu’elles étaient hypersensibles. Une sensibilité développée anormalement qui introduisait dans la nature humaine un désordre.

Dieu a créé l’âme humaine qui est le sujet de la grâce, pour que l’ensemble de la personne soit gouvernée à partir de l’esprit : intelligence et volonté. Mais si la sensibilité prend trop de place, la personne n’est plus gouvernée par l’intelligence et la volonté. Ceci au plan naturel, je ne parle même pas au plan chrétien, au plan naturel. Si la sensibilité prend trop de place, la personne ne peut plus se gouverner à partir de l’intelligence et de la volonté. C’est un désordre vital, non pas moral. Et le démon, puisque ce désordre est contraire à l’intention de Dieu sur la personne, attaque. Ce désordre l’attire et il attaque. Et vous pouvez mener une vie chrétienne fervente, vous êtes quand même sujet et victime des agressions du démon. Il y a un petit désordre vital qui ne se voit pas, qui n’est pas moral. Vous menez une vie droite, théologale, et vous avez quand même des agressions du démon parce qu’il y a ce désordre vital.

Alors vous voyez, l’avènement du virtuel, le développement étonnant de l’informatique, de toute l’électronique, représente un danger réel aujourd’hui de favoriser ce qui en nous capte le virtuel, c'est-à-dire l’imagination. On développe un imaginaire très fort qui prend le pas sur l’intelligence. C’est cela le désordre vital.

Et figurez-vous que ce désordre vital est héréditaire. Il se transmet de génération en génération. Donc, si la personne est victime de cette déformation, sans s’en rendre compte, elle va communiquer cette déformation et ses descendants, même s’ils mènent une bonne vie chrétienne, seront victimes des agressions du démon. Mais rassurez-vous, on peut y faire quelque chose.

 

Marie nous montre comment elle est Mère, Mère du Verbe Incarné, Mère à la croix. Jésus lui dit « Femme voici ton fils »[7]. A travers ce fils, Marie est Mère de toute l’Eglise. Après le mystère de l’Assomption, qui a été officiellement déclaré dogme de la foi en 1950, le concile Vatican 2 a déclaré Marie Mère de l’Eglise. L’assomption de la grâce sur toute la personne de Marie, Marie étant Immaculée et pleine de grâce, devient le modèle de toute autre assomption : pour nous, Marie est le modèle de notre chemin de sainteté et exerce sa maternité sur nous pour cela. L’Eglise a donc déclaré Marie Mère de l’Eglise après l’avoir déclarée assomptée au ciel.

Elle nous montre comment elle lutte contre le dragon qui vomit un fleuve d’eau pour l’engloutir : la terre vient au secours de la femme et elle engloutit le fleuve[8]. La terre, c’est le réalisme. Et le réalisme, c’est l’œuvre de l’intelligence, à l’opposé de l’imaginaire, qui lorsqu’il n’est pas canalisé par l’intelligence, nous fait partir en dehors de la réalité. On rêve, on est ailleurs. L’intelligence nous met dans le réel, et la terre qui vient au secours de la femme, c’est le réalisme de la Vierge Marie au pied de la croix. Elle est Mère, Mère de l’Eglise, c'est-à-dire elle n’est pas seulement le modèle, elle nous éduque, parce qu’on est enfant de Dieu et un enfant, ça s’éduque tout le temps. Marie est mère et elle nous éduque dans ce réalisme. Comment nous éduque-t-elle dans ce réalisme ? Elle nous le montre à la croix puisque c’est Jésus qui nous la désigne à la croix pour que nous la recevions comme Mère. Et si elle est Reine, c’est pour que sa maternité aille jusqu’au bout. C’est sa royauté d’amour.

Alors comment nous éduque-t-elle dans la lutte ? Pour être victorieux il faut que l’amour domine, et pour cela, on a besoin de Marie parce qu’Elle saisit notre cœur et l’alliance avec Marie nous maintient dans l’amour, au cœur de la lutte. C’est comme cela qu’Elle est notre Mère, notre Reine et qu’Elle nous rend victorieux.

Le réalisme dans la lutte est toujours très difficile parce qu’on est pris par la lutte et on perd la signification de la lutte. Pour rester dans le réalisme au cœur de la lutte, l’amour, apaise l’imaginaire. Quand l’amour prend possession de notre cœur, notre agitation intérieure dûe à notre imagination, se calme. Jésus a voulu que nous ayons une femme comme Mère pour que l’amour soit victorieux de cette propension à l’imaginaire de tout prendre. Et quand on est dans la lutte, c’est vraiment le lieu où l’on risque bien de tomber dans une espère ce paranoïa, de croire que tout le monde nous en veut, de croire qu’on nous fait du mal tout le temps, etc. L’amour est victorieux de cela. Jésus nous donne Marie pour cela.

Le développement de l’hypersensibilité fait se repère à des symptômes qui sont nuisibles pour la vie de l’homme : fatigue permanente, légère, mais permanente. Pourquoi cette fatigue ? Parce que l’imaginaire cogite tout le temps, tout le temps, tout le temps. Ce n’est pas l’intelligence, c’est l’imaginaire. Et cela fatigue beaucoup parce que ce n’est pas le mode humain de vivre. Du coup, le sommeil n’est plus réparateur. Et on se réveille le matin fatigué, on ne sait pas pourquoi. C’est parce que l’imaginaire n’est pas en repos et cela fatigue. Et on se réveille le matin épuisé. Puis on craint les foules, on ne supporte plus la foule parce que forcément quand on est hypersensible, on ressent le milieu et les personnes. Et on ne fait pas que ressentir, on capte. On prend tout et toutes les forces positives mais du coup aussi les négatives. On les absorbe, on est comme une éponge, on ramasse tout. Alors évidemment cela conduit à des états de dépression qui mènent au suicide, sans que l’on sache pourquoi.

Et vous pouvez consulter les psychiatres, les psychothérapeutes, toutes les personnes compétentes que vous voulez, vous aurez des médicaments qui vous abrutissent mais qui ne guérissent pas. Parce que l’origine de cette dépression n’est pas biologique, elle est dûe à ce désordre vital. Et cela peut conduire à des états de dépression.

L’autre jour, il y a un mois, je recevais une jeune fille, 26 ans, haïtienne, tellement hypersensible qu’elle avait une oppression respiratoire permanente. Elle n’arrivait pas à être libre dans sa respiration. Et elle avait des crises d’angoisse tellement fortes qu’elle était suicidaire. On a même été obligé une fois de la retenir pour qu’elle ne saute par la fenêtre. Aucune prière d’exorcisme ou de délivrance ne l’a libérée. Et quand j‘ai découvert qu’elle avait cette hypersensibilité, je lui ai dit ce qu’il fallait faire pour la perdre. En 15 jours elle a perdu son hyper-sensibilité. Toutes les oppressions ont disparu, les états suicidaires ont disparu, les angoisses ont disparu. Tout est redevenu normal.

Il y a beaucoup de personnes, beaucoup plus qu’on ne le pense, qui ont ces désordres vitaux à cause de ces phénomènes de virtualité qui aujourd’hui prennent le pas sur tout. Ceci à cause du progrès de la science qui encore une fois est bon, mais qui réclame un discernement dans l’usage de ses fruits. L’Eglise a toujours dit que face à la science, il faut un surcroît d’humanité.

Face au progrès de la science qui est tellement séduisant, parce que par la science sont règlés beaucoup de problèmes, il faut un surcroît d’humanité, il faut que l’homme grandisse pour gérer son produit qui est la science. Il doit s’en servir à bon escient, selon la vérité de la personne humaine. Donc, tous ces phénomènes engendrés par une excroissance de la sensibilité, conduisent à des états suicidaires et morbides où aucune prière de délivrance ou d’exorcisme ne peut aider car ils engendrent une déformation naturelle.

 

 L’hyper-sensibilité donne aussi, figurez vous, des pouvoirs, des pouvoirs étranges qui sont les caricatures  démoniaques des charismes. Quand vous êtes hypersensible, vous pouvez avoir des visions et vous croyez que c’est un charisme de connaissance. Vous pouvez imposer les mains et guérir, ce que fait le magnétiseur qui imite et caricature le charisme de guérison. Vous pouvez avoir beaucoup d’autres pouvoirs qui sont des caricatures démoniaques des charismes, et qui ne sont pas des charismes mais qui sont dûs à un développement de l’hyper sensibilité. L’exercice de ces pouvoirs entretient ce désordre qui permet au démon de nuire, de mettre des obstacles dans la vie, d’entraver, d’empêcher des relations amicales.

Ces personnes n’arrivent pas à trouver l’âme sœur, n’arrivent pas à trouver de travail, ils ont plein d’obstacles dans leur vie parce qu’il y a la bête de la terre qui œuvre à travers son mensonge. Son but est de conduire au désespoir.  Quand vous êtes chrétien fervent et que vous êtes entravé, vous vous dites : « mais qu’est ce que fait Dieu, pourtant je prie ? Pourquoi ne m’aide-t-Il pas ? »  Et la révolte est tout de suite là, proche. Mais le problème n’est pas surnaturel car le démon ne peut rien faire contre la grâce. Il se sert donc de la nature humaine désordonnée pour agresser. Le problème est naturel, pas surnaturel. Les pouvoirs que donne l’hyper-sensibilité sont paranormaux. Ils ne sont pas du tout un don de Dieu, pas du tout. N’importe qui peut acquérir ces pouvoirs car ils s’acquierent par l’exercice de l’hypersensibilité. Je ne dirai pas la recette parce que je ne veux pas vous tenter. Mais n’importe qui, qui s’exerce à certaines activités de sensibilité, devient hypersensible et acquiert ces pouvoirs.

Quelles sont les causes qui développent l’hyper-sensibilité ? Toutes les méthodes de méditation transcendentale développent cette hypersensibilité. Le Yoga qui paraît inoffensif, du moins certains yogas comme le tantrisme. Même les yogas qui ne sont que de la gymnastique, ont l’air tellement inoffensifs et pourtant ils sont sous-tendus par une philosophie qui n’est pas en accord avec une vraie anthropologie humaine. La sophrologie prétend être au service du bien des personnes, pour les aider à gérer leurs souffrances. Alors je ne dis pas que c’est démoniaque, bien sûr que non. Mais ce sont des dispositions, qui petit à petit peuvent conduire à quelque chose de beaucoup plus grave. Partout où l’on demande de renoncer à l’exercice de l’intelligence, c'est-à-dire de la présence au réel de la personne, ce n’est plus humain. Je ne dis pas que c’est démoniaque mais il faut faire attention, cela peut engendrer des dispositions mauvaises. Toutes les thérapies à base d’énergies, kinésiologie, biokinésie, etc... sont tout autant dangereuses.

Et aujourd’hui il s’en invente de nouvelles tous les jours. Ces manipulations énergétiques sont simplement liées à un développement de l’hypersensibilité parce que l’énergie est liée à la matière et que la sensibilité est liée à la matière. La sensibilité est celle du corps.

Développer une hyper-sensibilité, rend capable de mobiliser ses énergies et de les communiquer ou de les capter, d’être un canal, c’est la médiumnité. Et quand on s’y adonne, l’hyper-sensibilité est développée et c’est un serpent qui se mord la queue au sens propre. L’état de la personne se dégrade progressivement. Et on a beau prier, être fervent, faire des retraites, l’état se dégrade quand même, car la personne s’engage dans ces activités qui déforment sa nature humaine et qui permettent après au démon de l’agresser. C’est tellement sournois !  Que peut-on faire lorsque l’on n’est pas informé ? Heureusement, la prédestination de l’hyper-sensible n’est pas remise en cause. La prédestination vient de la présence de la grâce dans l’âme et le démon ne peut pas l’enlever car l’enfant est aussitôt enlevé au ciel. Même avec ces thérapies, même avec ces exercices de sensibilité, rien n’est changé au chemin de sainteté mais celui-ci peut être entravé.

Revenons à l’image de la bête de la mer qui est animée, à la confusion du virtuel et du réel. Il n’y a pas si longtemps que cela, il y a quelques années, est sorti ce film ‘Matrix’ que beaucoup d’entre vous ont vu, surtout les jeunes. Moi je me suis obligé à le regarder pour voir. Dans le film, à un moment donné, vous ne savez plus du tout si vous êtes dans le virtuel ou dans le réel. La confusion est complète. Le film est entièrement basé sur cette confusion. La drogue, même la petite drogue, le shit, ça engendre ce désordre vital. Car vous faites un voyage dans l’imaginaire et vous déformez votre imaginaire plastiquement si bien qu’après l’intelligence n’a plus le dominium. C’est l’imaginaire qui prend tout. Même si le drogué se convertit, il garde cette déformation vitale tant qu’il ne fait pas ce qu’il faut pour la perdre. Et heureusement on peut la perdre.

La dernière action de la bête de la terre consiste à marquer les adorateurs de la bête de son chiffre, 666, dont on nous dit qu’il faut un esprit doué de finesse pour savoir ce qu’il veut dire[9]. Elle les marque au front ou à la main de telle sorte qu’ils ne pourront plus ni acheter ni vendre, c'est-à-dire qu’ils seront exclus de la société humaine et ils pourront mourir. Ni acheter ni vendre, c’est dire que vous ne pouvez plus vous nourrir et vous pouvez mourir. Autrement dit, en ayant cette marque de la bête de la terre, vous entrez dans la société des hommes pour pouvoir survivre, pour acheter et vendre. Et si vous n’avez pas cette marque vous êtes exclus.

Caricature démoniaque de quoi ? Caricature démoniaque de l’initiation chrétienne dans laquelle vous pouvez participer à la vie surnaturelle grâce à la liturgie. C’est par le baptême, la confirmation, l’eucharistie, qu’on entre dans cette vie de l’Eglise et qu’on vit de cette vie surnaturelle. Le démon caricature en faisant ses initiations à lui. Une initiation qui vous fait entrer dans le secret. Une initiation qui vous fait entrer dans une connaissance qui sauve. C’est l’ésotérisme, et pratiquement l’occultisme. Aujourd’hui les sociétés secrètes initiatiques surabondent. Il existe des initiations occultes qui ne vous font pas entrer dans une société secrète mais qui vous marque en vue d’un pouvoir occulte. Le Reikki implique souvent une initiation. Donc vous voyez aujourd’hui la bête de la terre est redoutable, elle entretient des confusions en vue de faire perdre la vie de la grâce. Comme la bête de la terre ne peut rien faire pour enlever directement la grâce, elle atteint l’homme autrement, indirectement, sournoisement, en créant les confusions.

 

Si nous recevons Marie comme Mère, Elle vient au secours de l’homme par son réalisme de l’amour, sa maternité divine, et Elle nous évite toutes ces embûches, même si on n’est pas éclairé comme je viens de le faire pour vous, sur toutes ces activités de la bête de la mer et de la bête de la terre. En prenant Marie comme Mère, la maternité de Marie s’exerce sur nous, sa royauté et Elle nous maintient dans le primat de l’amour. C’est toujours cela la Sagesse de Dieu, c’est le primat de l’amour. Eve a succombé à la tentation du serpent. Dieu avait donné ce commandement négatif : « Vous ne mangerez pas du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal »[10]. Ce n’était pas pour tenter l’homme, c’était pour le prémunir et le fortifier contre une attaque du démon. Car l’ange de lumière a chuté à cause de cela : il voulait le primat de l’intelligence sur l’amour. Dieu savait qu’il viendrait tenter l’homme. Alors pour fortifier l’homme dans la lutte contre le serpent, il a demandé à Adam et Eve de faire passer l’amour devant l’intelligence en réclamant d’eux la confiance : « Vous ne mangerez pas du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal ». La confiance passe devant le désir de  connaitre le bien et le mal. C’était fortifier Adam et Eve dans la lutte contre le serpent. Pour eux, ce commandement négatif n’était pas une épreuve parce que faire confiance à quelqu’un qu’on aime de tout son cœur et de toute son âme, ce n’est pas une difficulté.

Et le serpent est intervenu d’une manière si subtile. ‘Alors Dieu vous prédestine au bonheur éternel qui est de voir Dieu face à face, tout connaître puisque Dieu est la réalité absolue. Il vous prédestine à cela mais Il vous donne un commandement qui restreint votre connaissance. C’est contradictoire. Si c’est contradictoire, c’est parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Dieu a peur que vous deveniez comme lui’. Le serpent a réussi à corrompre en suspicion, en doute, la confiance que Dieu réclamait d’Adam et d’Eve. C’était cela, l’astuce du Serpent : le mensonge.

Et face à la nouvelle Eve, le dragon veut s’imposer. Il veut s’imposer face à la Femme qui est dans un état de vulnérabilité puisqu’elle est dans les douleurs de l’enfantement. Alors il se montre dans sa puissance pour impressionner la femme, pour avoir du pouvoir sur elle par la peur. La peur est directement contraire à la foi. Pourquoi est-ce que le démon multiplie les phénomènes paranormaux ? Des bruits dans les maisons, (ce n’est pas toujours le démon du reste mais quelquefois) dont on ne connaît pas l’origine, des voix qu’on entend dans sa tête, des objets qui bougent tout seuls. Pourquoi est ce qu’il fait tout cela ? Un objet qui bouge tout seul est-ce source de mal ? Non. Est-ce source de bien ? Non. Mais pourquoi fait-il cela ? Pour susciter la peur. Car il sait que si on a peur, on sort de la confiance en Dieu. La foi est une confiance. Quand on a confiance en Dieu on n’a pas peur car on sait que Dieu est providence, qu’il est amour et qu’on est dans ses mains. Le démon fait tout pour susciter la crainte et la peur parce qu’il sait qu’elle nous fait sortir de la foi et donc qu’il pourra acquérir un pouvoir sur celui qui a peur. Il veut rendre l’homme vulnérable. Voyez comme la foi aujourd’hui peut être attaquée de multiples manières : par le point de vue de la peur, de la crainte, de l’angoisse.

 

Par le point de vue d’un excès de virtuel développant l’hypersensibilité, l’imaginaire devient trop fort et prend le pas sur l’intelligence. Or la foi est reçue dans l’intelligence qui est la faculté du réel, si bien que la Foi ne peut plus être exercée. C’est cela, la subtilité des attaques du démon,. Comme il sait qu’il ne peut pas enlever la foi, l’espérance et la charité, il fait tout pour que nous ne puissions plus les exercer, les rendre vains. Déjà, face aux réalités qu’on expérimente grâce à nos sens liés à l’intelligence, ce n’est pas toujours facile d’être présent au  réel.

Face à une réalité qu’on n’expérimente pas à partir de nos sens comme Dieu, Jésus, Marie, si on n’a pas une intelligence qui est très forte du point de vue du réalisme, on est mis à mal dans l’exercice de la foi. Contre l’espérance, vous savez bien que l’espérance se porte sur la vision béatifique, sur le bonheur éternel et sur les moyens que Dieu nous donne pour atteindre ce but. Face à cela, le progrès de la science, gigantesque aujourd’hui, et s’accélèrant, séduit le cœur de l’homme au point que petit à petit il s’appuie sur la science comme le vrai secours de l’homme et il oublie tout l’aspect surnaturel du secours divin. Et l’homme finit par se persuader qu’il arrivera toujours à trouver des solutions.

Contre la charité, la bête de la terre veut développer en l’homme une fausse compassion qui n’est que sensible. Tout à l’heure je rencontrais, pas ici mais ailleurs, une dame qui me disait : «  grâce à mon hypersensibilité j’ai une compassion extraordinaire pour les gens. Je vis au rythme de la souffrance de l’autre. Je compatis de façon extraordinaire à la souffrance de l’autre. ». Elle était dans le ministère des accompagnants des mourants. Elle affirmait : « je peux les accompagner de façon extraordinaire parce que je vis ce qu’ils vivent. ». Seulement, à la fin de la journée elle n’était pas belle à voir, complètement laminée, réduite à l’état animal. Et elle pensait : « mais c’est ça la compassion chrétienne ?!?».

Alors attention, la compassion chrétienne implique bien sûr une compassion sensible, mais la compassion chrétienne est d’abord spirituelle. Marie au pied de la croix. Si Marie était hypersensible comme cette femme, elle se serait écroulée par terre au pied de la croix. Et Saint Luc dit « Elle est debout ». Non pas que Marie n’ait pas de compassion sensible, mais c’est la compassion spirituelle qui domine en elle. L’astuce de la bête de la terre est de faire croire qu’on est dans une charité fraternelle débordante parce qu’on vit ce que l’autre vit. Mais on le vit sensiblement. On ne le vit pas spirituellement.

Autre aspect des conséquences de l’hyper-sensibilité : quelqu’un qui a une hypersensibilité très développée, aura tendance par exemple à prendre ses décisions en fonction de ce qu’il ressent. Il a une décision à prendre et il va dire « ça je ne vais pas le faire parce que je ne le sens pas du tout. Par contre ça je le sens bien je vais faire comme ça ». Quand on vit ainsi, avec le feeling, c’est le ressenti qui commande l’orientation qui est prise. C’est la vie sensible qui commande à la décision qui relève de la volonté. Le désordre vital engendré par l’hyper-sensibilité amène à poser des actes à l’envers.

Les animaux fonctionnent à partir de leur ressenti. Une brebis qui voit le loup, que fait-elle ? Elle fuit, car elle sent qu’il y a là une réalité qui n’est pas bonne pour elle, elle fonctionne au feeling. L’hypersensible aura tendance à vivre ainsi, c'est-à-dire qu’il se rabaisse au niveau animal. Et il croit en plus qu’il a des pouvoirs extraordinaires qui lui permettent de ressentir les choses et donc de bien se diriger. Le démon laisse faire parce qu’il veut que les personnes aient confiance en leur ressenti. Pourquoi ? Parce que le ressenti l’intéresse. Il connaît le ressenti. Il n’a pas accès à l’esprit, à l’intelligence et à la volonté. Même en cas de possession démoniaque, le démon n’a jamais accès à l’intelligence et à la volonté. Il entrave leurs exercices, bien sûr, mais il n’y a jamais accès directement. Par contre le ressenti, il sait tout et il y a un accès. Alors imaginez-vous, si vous prenez une décision en fonction de ce que vous ressentez, il sait à l’avance ce que vous allez faire. Donc qu’est ce qu’il fait ? Il vous met des entraves et votre vie est bloquée. Vous avez beau entreprendre tout ce que vous voulez, vous aurez des barrages, des pépins, des ennuis anormaux et vous êtes entravés dans votre vie.

Alors comment prendre ses décisions ? avec l’intelligence. J’ai une décision à prendre ? Je réfléchis, je cherche la vérité : qu’est ce qui est bon pour moi ? Je ne me fie pas à ce que je ressens si je suis hyper-sensible, parce que non seulement le démon sait tout ce que je ressens mais il peut intervenir, changer mon ressenti, me faire sentir bon ce qui est mauvais et mauvais ce qui est bon. Donc il va attendre la décision de ma vie, l’orientation de vie et il va tromper le ressenti à ce moment là pour que je prenne une décision qui me mette dans une impasse. Autrement, le démon me laisse ressentir bon ce qui est bon et mauvais ce qui est mauvais parce qu’il veut que j’ai confiance dans mon ressenti, il veut que ce soit cela qui me guide. De toute façon cela ne le gêne pas parce qu’il mettra des obstacles.

Comment faire pour perdre cette hypersensibilité ? Car malheureusement étant un habitus, plus elle est exercée, plus elle se développe comme l’art. Et si je ne sais pas que je suis hypersensible, en l’exerçant, je la développe et mon état se dégrade, même si je prie. Alors pour la perdre, il faut créer un habitus contraire, c'est-à-dire développer la vie de l’esprit au plan naturel.

Voyez, souvent on entend parler de l’accompagnement psycho-spirituel. Cela fait beaucoup de bien, mais quelquefois ce n’est pas suffisant parce qu’on occulte, entre le spirituel entendu au sens de surnaturel et le psychologique, ce qui est intermédiaire, c'est-à-dire la vie de l’esprit au plan naturel : chercher la vérité, développer la volonté. Et si on occulte la vie de l’esprit au plan naturel, il y aura un ordre qui ne pourra pas se faire dans la personne humaine. Evidemment Dieu peut tout faire même si on ignore tout de ces choses là. Dieu fait ce qu’Il veut et si on prie et qu’on est une âme de bonne volonté, Dieu nous aidera. Mais si on peut coopérer, c’est mieux. Il ne faut donc pas occulter cette dimension capitale de notre personne humaine qui est la vie de l’esprit au plan naturel : recherche de vérité, rechercher à aimer au plan spirituel, naturel. Et si je développe cette dimension de ma personne humaine, je remets l’ordre voulu par le Créateur et cela ferme la porte au démon. C’est la victoire, la victoire de Marie, la terre qui vient au secours de la femme. Cette petite terre si humble, si petite, vient au secours de ce qu’il y a de plus élevé dans la vie de l’homme, la vie de l’esprit. Occulter la dimension spirituelle naturelle de l’homme ouvre la porte aux influences mauvaises.

 

Une petite anecdote et je terminerai par là. Je suis allé en Afrique plusieurs fois et j’organisais un colloque par mon association, l’I.A.D., c’était au Cameroun. Lors de ce colloque, des possédés sont venus me demander de l’aide puisque l’archevêque de Yaoundé m’avait donné les pouvoirs d’exorciste. Effectivement, dès que je faisais une prière d’exorcisme, les gens tombaient par terre avec des symptômes révélant une crise de possession, alors que c’étaient des gens qui étaient chrétiens, qui menaient une vraie vie chrétienne. Donc j’ai arrêté la prière parce que je savais que c’était anormal. J’ai attendu qu’ils reviennent à eux et je les ai interrogés, leur demandant s’il n’y avait pas cette hypersensibilité et effectivement elle était présente.

Donc j’ai dit à l’un d’eux : « je recommence la même prière, je te parie que tu ne tombes plus, que tu n’as plus de crise, mais pendant la prière tu ne fermes pas les yeux. Tu restes éveillé dans ton intelligence, bien présent au réel. » Je recommençai la prière et il ne tombait plus. Pourquoi ? Faire une prière de grand exorcisme, cela excite le démon, le met en colère et il veut se venger. Et si la personne a une porte ouverte, il la terrasse et lui donne une crise de possession alors qu’elle n’est pas possédée.

Le Christ habite dans la personne chrétienne fervente et pour cette raison, elle ne peut pas être possédée ni infestée. Pourquoi la seconde fois que je recommençais la prière, la personne ne tombait plus, ? J’excitais toujours le démon par cette prière, mais cette fois-ci, le démon ne pouvait plus se venger parce que la personne n’était plus dans son hypersensibilité, elle était dans son intelligence et comme le démon n’y a pas accès, il ne pouvait plus se venger et la terrasser.

Donc rendons-nous compte : la personne croyait qu’elle était possédée parce qu’à chaque fois qu’on priait sur elle, elle manifestait une crise de possession. Et elle pensait que la prière de l’Eglise ne pouvait rien faire pour elle parce qu’on arrivait pas à la libérer. En deux minutes, elle a vu qu’il n’y avait rien du tout. Il suffisait d’être présent au réel, à son intelligence. Cela ne veut pas dire que le problème a été réglé. Il fallait qu’elle s’exerce à bien être présente au réel dans l’intelligence et petit à petit la porte se fermait aux attaques de l’ennemi.

Mais c’était la démonstration que ce n’est pas parce que des manifestations démoniaques sont présentes que la personne est infestée ou possédée, pas du tout. Il peut y avoir une faille, dont le démon se sert pour faire croire à une possession ou une infestation. Le but est de désespérer les personnes. Croyez-moi les personnes étaient dans un état pitoyable en croyant qu’elles étaient possédées et que la prière de l’Eglise ne pouvait rien faire pour elles, qu’elles n’avaient pas d’issue.

Après, je me suis dit : ‘tous les gens qui me disent : mais est ce qu’on ne m’a pas fait du mal, est ce qu’on ne m’a pas jeté un sort, est ce qu’on ne m’a pas fait de la sorcellerie ?’ Au début je pensais que c’était la peur de la sorcellerie qui faisait dire cela. Mais j’ai compris que ce n’était pas cela. L’hypersensibilité rend perméable aux influences si bien que partout où va celui qui est hyper-sensible, il ressent les influences mauvaises comme des agressions quasi physiques pouvant prendre l’apparence de symptômes de l’infestation.

Donc, il suffit de comprendre qu’il y a cette déformation de la nature humaine, qui peut rendre victime des agressions du démon, sans qu’il habite dans la personne hyper-sensible surtout si elle est chrétienne puisque c’est le Christ qui habite en elle.

On peut remédier facilement à l’hyper-sensibilité en rétablissant l’ordre vital de la personne humaine. Du coup, cela ferme les portes au démon, sans aucune prière de délivrance ou d’exorcisme. Alors c’est cela l’assomption, le mystère de l’assomption, c’est l’assomption de la nature humaine qui se remet droite, qui se remet dans l’ordre voulu par Dieu. Notre vocation est une vocation à l’amour, humainement et spirituellement parlant, surnaturellement parlant. Et s’engager dans cette vocation à l’amour exige de chercher la vérité pour discerner le vrai bien. Marie nous a été donnée pour ça : pour que l’amour soit premier.

 

Encore un aspect dont je voudrais vous faire part  parce que vous faites partie de ces communautés du renouveau. Lorsqu’il y a l’effusion de l’Esprit Saint, les gens tombent à la renverse, c’est une expérience réelle de l’Esprit Saint mais il peut advenir que dans le repos de l’Esprit, il se passe des manifestations bizarres : des gens qui se mettent à hurler, à se tordre, etc… Qu’est ce que cela veut dire ? Cela signifie que l’Esprit Saint permet ces manifestations pour que l’on comprenne qu’il y a quelque chose à faire pour ces personnes. Il faut les prendre en charge, et souvent ce sont des blessures d’enfance qui sont manifestées ainsi.

 J’ai eu le cas de plusieurs personnes qui sont venues me voir à cause de cela. Ayant vécu le repos dans l’Esprit, il s’était passé quelque chose de bizarre. Souvent il a été discerné que ce sont des blessures d’enfance qui se manifestent dans le repos de l’Esprit. Ces blessures d’enfance entravent la vie parce que ces blessures d’enfance peuvent engendrer des états dépressifs, voire morbides, suicidaires ou des comportements qu’on ne maîtrise pas, qu’on ne veut pas mais qu’on ne maîtrise pas : propension à la colère, qu’on ne veut pas, dont on souffre, mais qu’on arrive pas à juguler. Les blessures d’enfance peuvent engendrer des phénomènes étranges. Les blessures d’enfance font partie de ce qu’on appelle des portes ouvertes, c'est-à-dire des failles qui permettent au démon malgré une vie chrétienne fervente d’agresser et de nuire.

Il existe d’autres portes ouvertes. Une fois je recevais une personne qui m’avait été envoyée par un évêque. Elle était fervente, mariée, et faisait des retraites au carmel, pais elle souffrait. Dès qu’elle subissait une prière de délivrance, elle tombait par terre et elle se déplaçait comme un serpent à toute allure. Comment cela peut-il arriver malgré une vraie vie chrétienne ? C’était l’hérédité, une hérédité mauvaise. Dans l’ascendance de cette personne, il y avait des ancêtres qui avaient touché à des pratiques occultes. Celles-ci créent des dispositions mauvaises dans le corps qui se transmettent par génération.

Quand dans l’ascendance, vous avez des personnes qui ont fait du spiritisme, du magnétisme, des choses mauvaises, elles créent dans leurs corps des dispositions mauvaises qui se transmettent par génération. Ces dispositions sont de véritables portes ouvertes qui permettent au démon d’agresser les descendants.

 Heureusement on peut y remédier. Il n’y a rien de systématique dans l’hérédité. La loi de l’hérédité est étrange : quelquefois une génération est épargnée, et quelquefois dans la même génération il y en a un qui reçoit toute l’hérédité mauvaise et l’autre rien. Mais ce sont autant de portes ouvertes qui permettent à l’ennemi d’attaquer.

Marie, Immaculée Conception, n’a aucune hérédité mauvaise. Et comme Elle est notre Mère, Elle nous fait la grâce de nous enfanter, c'est-à-dire de nous communiquer quelque chose de sa vie surnaturelle. On ne sera jamais Immaculée Conception, mais on peut vivre de cette naissance d’en haut. L’ Immaculée Conception, c’est bien cela : Marie est née d’en haut. A l’origine, Elle est sans faute sans tâche et dans sa vie contemplative, Elle naît d’en haut. Et c’est cela qu’Elle nous apprend : à vivre de cette grâce, de cet amour du Père qui nous fait naître d’en haut. »

 Marie et bb Jésus

[1] Jn 8, 44

[2] En raison de son Immaculée Conception, Marie ne pouvait pas souffrir les douleurs de l’enfantement du Christ car les douleurs de l’enfantement sont la conséquence du péché originel.

[3] Ap 13

[4] Jn 8,28

[5] Ap 13,12-13

[6] Lc 12,49

[7] Jn 19,26

[8] Ap 12,16

[9] Ap 13,18

[10] Gen 2,17

(source : http://www.relaisdelatouques.org/article-27240833.html)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nadia 23/06/2013 17:20

pourquoi des femmes musulmanes ressentent
une tristesse profonde le coeur lourd et se mettent a pleurer chaque fois en présence de la statue de Marie
j en fait parti
besoin d une explication
merci

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens