Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 00:19

Ste-Philomene.jpg

Trois révélations intéressantes

 

Les recherches humaines, même celles des plus grands savants du XIXème siècle, n'ont donné aucun renseignement sur la vie de sainte Philomène. Mais à trois personnes, fort éloignées géographiquement et ne se connaissant pas, Philomène a révélé sa vie: un jeune artisan d'une conscience pure et d'une piété solide; un prêtre zélé, honoré plus tard des dignités de l'Église, une religieuse napolitaine de trente-cinq ans, consacrée à Dieu dans une maison austère de Naples. Nous rapportons ci-dessous la révélation qui fut faite à la religieuse: sœur Marie-Louise, Supérieure générale de la Congrégation des Sœurs des Douleurs de Marie, décédée en 1875.

 

Sainte Philomène raconte sa vie

 

Ma chère sœur, je suis la fille d'un prince qui gouvernait un petit État de la Grèce. Ma mère était aussi de sang royal. Comme ils étaient sans enfant et tous deux encore idolâtres, pour en obtenir, ils offraient continuellement des prières et des sacrifices à leurs faux dieux. Un docteur romain qui professait le christianisme, nommé Publius... vivait dans un palais au service de mon père.. Voyant l'affliction de mes parents,… sous l'impulsion de l'Esprit Saint, il leur parla de notre foi et les assura que leurs prières seraient entendues s'ils embrassaient la religion chrétienne… Finalement, après mûre réflexion, ils reçurent le sacrement de baptême.

Je suis née au début de l'année suivante, un 10 janvier, et à ma naissance, ils me donnèrent le nom de 'Lumena', ou 'Lumière', car j'étais née à la lumière de la Foi à laquelle mes parents étaient maintenant ardemment dévoués. Le jour de mon baptême, ils me nommèrent 'Philomena', c'est-à-dire 'Fille de la lumière'. L'affection que mes parents me portaient était si grande qu'ils voulaient toujours m'avoir près d'eux. C'est pour cette raison qu'ils m'amenèrent à Rome avec eux à l'occasion d'un voyage que mon père devait faire en raison d'une guerre injuste dont il était menacé par l'arrogant Dioclétien. J'allais sur la fin de mes treize ans. Arrivés dans la capitale du monde, nous nous rendîmes au palais de l'empereur où on nous accorda une audience…

Tandis que mon père plaidait sa cause avec ardeur et cherchait à se justifier, l'Empereur ne me quittait pas des yeux et à la fin il déclara :

Cesse de te tourmenter; tu peux être parfaitement rassuré; il n'y a plus de raison de s'inquiéter. Au lieu de vous attaquer, je mettrai toutes les forces de l'Empire à votre disposition à la condition que tu me donnes la main de ta fille, la jolie Philomène.

Mes parents accédèrent à sa requête et, de retour chez nous, ils cherchèrent à me convaincre que j'allais être heureuse comme Impératrice de Rome. Je rejetai leur offre sans aucune hésitation en leur disant que j'étais devenue l'épouse de Jésus-Christ par un vœu de chasteté prononcé lorsque j'avais onze ans. Mon père s'efforça alors de montrer qu'une enfant de mon âge ne pouvait pas disposer d'elle-même comme elle l'entendait et il exerça toute la force de son autorité pour me faire obéir.


Lorsque l'Empereur reçut ma réponse, il la considéra comme un simple prétexte pour briser la promesse qui lui avait été faite :

Amène-moi la princesse Philomène, dit-il à mon père, je verrai si je peux la persuader.

Mon père vint vers moi mais, voyant que j'étais inébranlable, lui et ma mère se jetèrent à mes pieds en m'implorant.

Mon enfant, aie pitié de ton père, de ta mère, de ton pays! Aie pitié de notre royaume!

Non, non, ai-je répondu; Dieu et ma virginité que je lui ai consacrée passent avant tout; avant vous, avant mon pays! Mon royaume, c'est le Ciel.

Mes paroles les plongèrent dans le désespoir et il leur fallut m'emmener devant l'Empereur qui, de son côté, fit tout en son pouvoir pour me gagner. Mais ses promesses, ses séductions, ses menaces furent également vaines. Il fut alors saisi d'un violent accès de colère et, influencé par le démon de l'impureté, il me fit jeter dans les prisons de son palais où l'on me chargea de chaînes.

Croyant que la douleur et la honte affaibliraient le courage que mon divin Époux m'inspirait, il vint me voir chaque jour; puis, après avoir détaché mes chaînes pour me permettre de prendre la petite portion de pain et d'eau que je recevais comme nourriture, il renouvela ses attaques dont certaines, sans la grâce de Dieu, auraient été fatales à ma pureté. Les échecs qu'il continua de rencontrer furent pour moi le prélude à de nouvelles tortures, mais la prière me soutenait. Je ne cessais de me recommander à Jésus et à sa Mère très pure.

Ma captivité durait depuis trente-sept jours lorsque, au milieu d'une lumière céleste, je vis Marie tenant son divin Fils dans ses bras.

Ma fille, me dit-elle, encore trois jours de prison et, après quarante jours, tu sortiras de cet état de douleur.

Mon cœur battait de joie à l'annonce de cette nouvelle mais, comme la Reine des anges avait ajouté que je devrais quitter cette prison pour soutenir, dans des tourments effrayants, un combat bien plus terrible que les précédents, je passai immédiatement de la joie à l'angoisse la plus cruelle; je pensai qu'il me tuerait.

Courage, mon enfant, me dit Marie, ne sais-tu pas l'amour de prédilection que je te porte? Le nom que tu as reçu au baptême en est l'assurance, par sa ressemblance avec celui de mon Fils et avec le mien. Tu es appelée Lumena ou Lumière. Mon Fils, ton Époux, est appelé Lumière, Étoile, Soleil. Et ne suis-je pas moi-même appelée Aurore, Étoile, Lune dans la plénitude de son éclat, et Soleil? Ne crains pas, je t'aiderai. C'est maintenant l'heure de la faiblesse humaine et de l'humiliation, mais au moment de l'épreuve, tu recevras grâce et force. En plus de ton ange gardien, tu auras aussi le mien, l'archange Gabriel, dont le nom signifie "La force du Seigneur". Lorsque j'étais sur terre, il était mon protecteur. Je te recommanderai tout spécialement à ses soins, mon enfant bien-aimée.

Ces paroles de la Reine des vierges me redonnèrent courage et la vision disparut en laissant ma prison emplie d'un parfum céleste.


L’empereur, désespérant de me faire accéder à ses désirs, eut alors recours à la torture pour me terrifier et m'amener à rompre mon vœu avec le Ciel. Il ordonna qu'on m'attache à un pilier pour être fouettée sans merci tandis qu'on me lançait d'horribles blasphèmes.

Puisqu'elle est obstinée au point de préférer à un Empereur un malfaiteur condamné à mort par ses propres compatriotes, dit-il, elle mérite un châtiment approprié.

Le tyran, me voyant toujours aussi déterminée bien que je ne sois qu'une plaie béante, ordonna qu'on me ramène en prison pour y mourir dans les souffrances. Je souhaitais la mort pour m'envoler dans les bras de mon Époux lorsque deux anges brillants apparurent qui versèrent un baume céleste sur mes plaies et je fus guérie. Le lendemain matin, l'Empereur fut surpris en apprenant la nouvelle. Me voyant plus forte et plus belle que jamais, il entreprit de me convaincre que je devais cette faveur à Jupiter, qui me destinait au diadème impérial.

Sous l'inspiration du Saint-Esprit, je rejetai ce sophisme et résistai à ses caresses. Fou de rage, il ordonna qu'on m'attache au cou une ancre de fer et qu'on me précipite dans le Tibre. Mais Jésus, pour montrer Son pouvoir et confondre les faux dieux, envoya deux anges pour m'aider. Ils coupèrent la corde et l'ancre tomba dans la rivière où elle demeure enfoncée dans la boue. Ils me déposèrent ensuite sur la rive sans qu'une seule goutte d'eau ait mouillé mes vêtements.

Ce miracle convertit un grand nombre de spectateurs et Dioclétien, plus obstinément aveugle que Pharaon, déclara alors que je devais être une sorcière et ordonna qu'on me transperce de flèches. Mortellement blessée et sur le point de mourir, on me jeta à nouveau en prison. Au lieu de la mort qui aurait normalement dû survenir, le Tout-puissant me fit tomber dans un sommeil paisible dont je me réveillai plus belle qu'auparavant. Ce nouveau miracle mit l'Empereur dans une fureur telle qu'il donna l'ordre de répéter cette torture jusqu'à ce que mort s'en suive. Mais les flèches refusèrent de quitter les arcs. Dioclétien affirma que c'était le fait de la magie et, espérant que la sorcellerie serait impuissante contre le feu, il ordonna que les flèches soient rougies au feu dans un brasier. Cette précaution fut inutile. Mon divin Époux me sauva de la torture en retournant les flèches contre les archers, et six d'entre eux furent tués. Ce dernier miracle entraîna d'autres conversions et la foule commençait sérieusement à montrer des signes de mécontentement envers l'Empereur, et même de révérence pour la sainte Foi. 

Par crainte de conséquences plus sérieuses, le tyran donna l'ordre de me couper la tête. Mon âme, glorieuse et triomphante monta vers le Ciel où je reçus la couronne de virginité que j'avais méritée par tant de victoires. Il était trois heures de l'après-midi, un dix août, qui était un vendredi.

Voilà pourquoi Notre-Seigneur a voulu que mon corps soit ramené à Mugnano un dix août, et pourquoi Il accomplit tant de miracles en cette occasion.



Des merveilles peu ordinaires

 

Le sang de la Sainte

 

Le sang de Philomène contenu dans un vase de cristal est très sec et ressemble à des cendres. Tous les visiteurs peuvent le voir parfaitement. Cette poussière devrait normalement demeurer inerte. Or il n'en est rien. Sous les yeux des pèlerins, le sang se transforme et des pierres précieuses apparaissent: des rubis, des émeraudes, des particules d'or et d'argent. Parfois, il y a aussi des particules noires : on dit qu'elles présagent des désagréments, des affliction, ou révélent l'indignité de ceux qui vénèrent la relique. Ces transformations ont été vérifiées et déclarées authentiques par les plus hautes autorités ecclésiastiques.

 

On peut citer, notamment :

 

le Cardinal Ruffo Scilla qui, apposant les sceaux sur le vase contenant le sang de sainte Philomène, vit ce sang se changer en plusieurs pierres précieuses brillantes...

le Cardinal Deschamps, archevêque de Malines, qui raconta, lors d'un pèlerinage à Mugnano: "J'ai vu ce précieux sang... qui était d'abord terne et durci; et voici que Jésus-Christ, en lui communiquant un rayon de la gloire de l'âme qui l'a offert pour lui, le rend éblouissant comme un arc en ciel. C'est vraiment merveilleux. Je le savais pour l'avoir lu, mais je peux dire maintenant que je l'ai vu de mes propres yeux."

 

La "figure" de cire

 

Une "figure" de cire contenant les ossements de Philomène est conservée dans une urne vitrée qui permet de voir l'image. Cette image, somptueusement vêtue porte, sur un doigt de la main droite, une grosse bague ornée d'une topaze, offerte par le pape Pie X. À plusieurs reprises la statue se transforma. Une première fois le 29 septembre 1805: à la surprise des personnes présentes, la statue, de facture grossière et mal installée dans son coffret d'ébène trop petit, prit une position plus gracieuse, et le visage, assez laid, devint superbe. Vingt ans plus tard, en 1824, lorsqu'on eut remplacé le premier coffret par un autre plus beau et plus grand, on eut la surprise de voir les yeux s'ouvrir et les pieds et les jambes s'allonger comme pour occuper toute la place.

 

En 1841, la statue était placée de telle sorte que tout le monde ne pouvait pas la voir; soudain tout l'assemblée vit la statue se tourner de trois-quarts pour devenir visible à tous. Le 27 mai 1892, la statue changea encore de position. 

 

La grande statue

 

La grande statue offerte par le Cardinal Ruffo-Scilla en 1806, sert, entre autres, lors des processions publiques de la sainte. En 1823, lors d'une procession, les porteurs la sentirent soudain anormalement lourde. Des couleurs fleurissaient sur son visage, le rendant comme vivant. Le lendemain une sorte de transpiration perlant sur le front de la statue, remplissait l'air d'un parfum délicieux. Ce prodige dura longtemps. Il fut examiné et authentifié par les autorités civiles et ecclésiastiques.

 

Les signes

Parfois sortent de l'urne des sons cristallins comme si le verre était frappé par quelque chose de dur. Ce signe est bien connu.

D'autres signes ont été signalés; nous citerons la multiplication de livres racontant la vie de sainte Philomène, ou d'images de la Sainte. Une fois des reliques furent confiées à des personnes qui ne les traitèrent pas avec assez d'amour: elles disparurent. On les retrouva plus tard dans l'urne contenant les ossements de la sainte...

 

Les merveilles de Mugnano

 

Les premiers miracles :

Il est impossible de rapporter tous les miracles accomplis grâce à l'intercession de sainte Philomène. Nous n'en mentionnerons que quelques-uns choisis parmi des centaines d'autres.

 

Une veuve supplia Philomène, pendant une messe, de guérir son enfant infirme. Au moment de la consécration, on vit l'enfant sauter sur ses jambes et courir jusqu'à l'urne qui contenait les reliques de Ste Philomène pour la remercier. À Mugnano la joie fut vive, et les manifestations de reconnaissance, bruyantes... Dès lors, les foules affluèrent.

 

Une maman affligée trempa son doigt dans l'huile de la lampe qui brûlait devant la sainte et l'appliqua sur les yeux de son enfant aveugle; instantanément l'enfant recouvra la vue. De très nombreux autres aveugles recouvrèrent la vue à Mugnano, près des reliques de Ste Philomène.

 

De nombreuses femmes ayant des difficultés pour mettre au monde leurs enfants furent immédiatement soulagées après avoir invoqué sainte Philomène.

 

Un point important est à signaler. Philomène veut qu'on remplisse les engagements qu'on a pris envers elle, et qu'on tienne ses promesses, sinon, elle se fâche...

 

Présence Merveilleuse à Lyon et Ars

 

La guérison de Pauline Jaricot - Le voyage vers Mugnano

Pauline Jaricot, issue d'une famille très fortunée, avait été à l'origine del'Œuvre de La propagation de la Foi et la fondatrice du Rosaire Vivant. Elle avait joué également un rôle important dans l'établissement de l'association de la Sainte Enfance. Nous sommes maintenant en 1834 et Pauline a 35 ans. Elle était gravement malade du cœur, sa faiblesse était extrême, et bientôt on crut qu'elle allait mourir.

C'est alors qu'elle décida d'aller à Mugnano. C'était une pure folie car elle était bien incapable de supporter un tel voyage, mais laissons-la raconter:

Totalement épuisée par la douleur, je me disais en moi-même: "J'ai survécu au choc terrible et à l'excitation du bombardement et je suis toujours en vie, alors que bien des semaines et des mois ont passé. Il y a sûrement en cela un secret dessein de la Providence divine... Je réussis à obtenir du médecin qu'il me dise que mon état était si désespéré que ce que je pouvais faire n'avait plus d'importance. Cette déclaration calma mes scrupules... j'ai entendu le médecin murmurer sans savoir que j'étais éveillée: "Laissez-la tranquille, laissez-la partir, elle n'ira pas bien loin."

 Le voyage fut terrible, et à chaque instant on croyait que Pauline allait mourir. Lorsque les hommes qui accompagnaient Pauline eurent atteint le sommet du mont Cenis, il s'arrêtèrent pour contempler le paysage. C'est à ce moment qu'apparut soudain un bel enfant qui s'approcha de Pauline, lui sourit gentiment et lui offrit une rose blanche. Personne ne savait d'où venait cet enfant, les guides ne l'avaient jamais vu auparavant. Puis l'enfant disparut aussi soudainement qu'il était venu... Or dans ces régions enneigées, les roses ne poussaient pas.

 

Pauline Jaricot et le pape Grégoire XVI

 

Le voyage reprit. Pauline était presque inconsciente quand elle arriva à Rome, et c'est le pape Grégoire XVI lui-même qui se déplaça pour aller voir "sa chère fille", chez les religieusess du Sacré-Cœur, à la Trinité des Monts, où elle était logée. Le pape loua le courage de Pauline et la bénit: il pensait ne plus la revoir, jamais...

Mais Pauline ne mourut pas encore. Elle arriva à Mugnano la veille de la fête de Sainte Philomène. Les habitants de Mugnano prièrent avec force leur sainte chérie, à la manière italienne, en criant et en frappant l'urne qui contenait les reliques: "Tu nous entends, Philomène! Si tu ne réponds pas immédiatement à notre prière, nous ne t'invoquerons plus; tout sera fini entre nous." Philomène entendit et guérit Pauline.

 

La guérison de Pauline Jaricot

 

Nous sommes le 10 août 1835. Pauline était installée près de l'urne de sainte Philomène. Après avoir reçu la sainte Communion, elle ressentit dans tout son corps des douleurs si violentes qu'elle s'évanouit. Croyant que Pauline était morte la foule se mit à hurler, mais bientôt Pauline Jaricot reprit conscience; sa joie était telle qu'elle se crut arrivée au paradis, mais ce n'était pas encore l'heure: elle était simplement guérie la petite Philomène avait accompli un nouveau miracle. Pauline resta quelque temps à Mugnano, puis quand il fallut partir, elle emporta avec elle une grande relique de sainte Philomène.

Sur la route qui l'emmenait à Rome, les foules manifestaient leur joie et leur enthousiasme. À Rome elle fut reçue par le pape Grégoire XVI qui lui demanda de rester à Rome pendant un an, afin qu'une enquête approfondie puisse être menée sur ce miracle dont elle était la bénéficiaire. Puis Pauline rentra en France, à Lyon Fourvière.

 

Le 30 janvier 1837, le pape Grégoire XVI autorisait le culte de sainte Philomène.

curedars2

Philomène et le saint Curé d'Ars

Nous savons que Jean-Marie Vianney avait rencontré plusieurs fois Mademoiselle Pauline Jaricot. Après sa guérison spectaculaire, et son retour en France, Pauline donna un morceau de la grande relique qu'elle avait rapportée de Rome au Curé d'Ars en disant :

 

Monsieur le Curé, ayez grande confiance en cette Sainte; elle vous obtiendra tout ce que vous lui demanderez.

Désormais Jean-Marie Vianney et la petite Philomène, Vierge martyre, ne se quitteront plus. Il lui parlait constamment, et elle faisait tout ce qu'il voulait. Quelque faveur qu'on lui demandât en son nom, elle l'accordait… Le curé d'Ars se sentait parfois mal à l'aise devant tant de miracles que les gens lui attribuaient à lui. Mais la petite sainte continuait ses miracles; elle voulut même en faire un pour le saint curé.

C'était en 1843. À force de se priver de tout, de nourriture et de feu, le saint homme avait gagné une fluxion de poitrine. Il était très mal; on lui administra les derniers sacrements, et l'on attendait la fin. Tout à coup, pendant la célébration d'une messe dite pour lui en l'honneur de Sainte Philomène, il s'endormit doucement, et se réveilla peu de temps après absolument guéri. Durant ce sommeil mystérieux, on l'entendit murmurer plusieurs fois le nom de sa protectrice. On a dit que Philomène lui serait apparu. Un tableau placé dans la belle chapelle de la Sainte, à Ars, perpétue le souvenir de cette miraculeuse guérison.

Dès lors s'établit entre le saint curé et sa protectrice une familiarité encore plus grande, une sorte de présence réelle.

 Beaucoup de curés de paroisses de France voulurent imiter Jean-Marie Vianney. On peut vraiment affirmer que sans quitter son village, Jean-Marie Vianney a couvert la France de sanctuaires en l'honneur de sainte Philomène. En 1859, l'année de sa mort, il avait mis la France aux pieds de sa sainte et douce amie.

Ligny image ADe

Prières à Sainte Philomène

 

Illustre vierge et martyre, bienheureuse Sainte Philomène,

dont le nom et les miracles sont connus jusqu’aux extrémités du monde,

soyez sensible à ma confiance en votre intercession,

et au désir que j’ai de voir votre culte s’étendre dans tout l’univers.

Glorieuse vierge et martyre, je me réjouis avec vous de la puissance

que le Seigneur vous a donnée, pour la gloire de son nom

et pour l’édification de son Église.

J’aime à vous voir si pure, si généreuse, si fidèle à Jésus, si élevée dans la gloire.
Attiré(e) par vos exemples à la pratique de la vertu,

plein(e) d’espoir à la vue des récompenses accordées à vos mérites,

je veux fuir le péché, et accomplir tout ce que Dieu me commande.

Aidez-moi, grande Sainte, à obtenir une pureté à jamais inviolable,

une générosité qui ne se refuse pour l’amour de Dieu à aucun sacrifice,

un dévouement sans bornes la foi catholique,

et . . . (nommez la faveur spéciale que vous désirez).

Ce Dieu si bon pour lequel vous avez donné votre sang et votre vie,

ce Dieu qui m’a tant aimé, ne refusera rien à vos prières.
Ainsi soit-il.

Je vous salue, ô innocente Philomène qui, par l’amour de Jésus,

avez conservé dans tout son éclat le lis de la virginité.

Je vous salue, ô illustre Philomène,

qui avez répandu si courageusement votre sang pour Jésus-Christ.
Je bénis le Seigneur pour toutes les grâces qu’Il vous a accordées pendant votre vie,

et tout spécialement à l’heure de votre mort.

Je Le loue et Le glorifie pour l’honneur et la puissance avec lesquels Il vous a couronnée,

et je vous supplie d’obtenir pour moi auprès de Dieu

les grâces que je demande par votre intercession.
Sainte Philomène, fille bien-aimée de Jésus et de Marie,

priez pour nous qui avons recours à vous. Ainsi soit-il.

 

Prière quotidienne

 

Ô sainte Philomène, vierge et martyre, priez pour nous,

afin que par votre puissante intercession

nous puissions obtenir cette pureté de cœur et d'esprit

qui conduit à l'amour parfait de Dieu.

Amen.

 

Ste-Philomene--02.JPG

 

(source : http://eglise.gallicane.de.lyon.over-blog.com/article-sainte-philomene-100645510.html)

Repost 0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:30
 La fin des temps est de plus en plus proche, préparons-nous par le Coeur Immaculé de Marie et nous ne craindrons rien. 
 
La Fin des Temps est soudain à l’ordre du jour

Message de Notre Dame de la Lumière à Ned Dougherty, donné le 1er juillet 2012 au Sanctuaire de Notre-Dame de l'île, Eastport, New York, à 13 heures 00

Mon cher fils, Je viens à vous aujourd'hui en tant que votre Dame de la Lumière, à un moment de votre pays (les USA) où
 la Fin des Temps est soudain à l’ordre du jour, car vous êtes bien conscients maintenant que le monde n'est plus le même que celui que vous avez connu, et vous vivez les moments où de grands changements sont en cours, plus grands qu’à n'importe quel autre moment de l'histoire de l'humanité ! 

La bonne nouvelle : beaucoup de ces changements auxquels vous assistez sont consécutifs au plan du Père Céleste pour apporter un Nouveau Ciel et une Terre Nouvelle à ses fils et ses filles. La mauvaise nouvelle : beaucoup de ces changements à venir découlent de l'ingérence du malin dans les questions du monde – des changements de nature démoniaque qui font partie de son propre plan pour tenter d'interférer avec le plan du Père Céleste.

Malheureusement, le malin exhale ses derniers souffles sur l'humanité, car ce sont les temps prédits où le mal va revenir dans les entrailles de la perdition, et où une nouvelle ère de paix va avoir lieu pour l'humanité. Dans l'intervalle, les grandes tribulations de ces temps vont se dérouler et vous assistez maintenant aux débuts des événements encore à venir.

Dans votre nation qui a été inspirée et créée par le Père Céleste, les ténèbres ont pris le contrôle des affaires de l'humanité, comme vous pouvez le voir dans vos lois et votre droit conçus pour restreindre votre liberté de religion et de culte dans l'Église de Mon Fils Jésus [l’Eglise Catholique].

Vous voyez également les tentatives faites par vos gouvernements et par vos dirigeants pour éliminer toute mention même de Dieu le Père, qui a créé chacun d'entre vous ici-bas. En raison de ce plan démoniaque, dirigé par les sbires terrestres de Satan, un grand tort vous est fait, mes enfants, par les dirigeants puissants, malveillants et sinistres, qui se sont alliés avec l’obscur pour créer un empire du mal, un empire mondial dans lequel le mal opère secrètement dans les coulisses pour amener la destruction de votre monde et le désespoir dans vos cœurs et vos âmes.

Maintenant vous pouvez voir clairement dans les politiques de vos gouvernements et de vos dirigeants : elles orientent leurs efforts ténébreux et sournois en ciblant l’Église de Mon Fils, ainsi que toutes les religions, parce que c'est l'intention du malin de jeter l'humanité dans la servitude et le désespoir. Le malin est désormais sans pitié dans ses attaques, en particulier pour ceux qui ont choisi une vie de célibat et de dévouement à l'Église de Mon Fils, ainsi que pour beaucoup d'entre vous, mes frères et sœurs laïcs [Marie est notre Mère, mais en tant que fille du Père, elle est aussi notre sœur].

Je suis sûre que vous êtes tous confrontés maintenant à une accélération des attaques du malin contre vous, personnellement ; c’est à cause des temps dans lesquels nous nous trouvons. Car le malin sait que vous, les membres laïcs de l’Église de Mon Fils, avez un rôle très important à jouer dans sa défaite et il tente [par là] de cracher à la face du Père Céleste, comme une dernière tentative de rébellion contre tout ce qui est bon.
Encore une fois, Je vous dis que vous n’avez pas à avoir peur, car la capacité du malin à vous détruire est de plus en plus faible. Toutefois, dans sa frustration, il accélère ses attaques ; il met sa dernière énergie et ses derniers souffles à attraper un grand nombre d'entre vous, mes frères et sœurs, et à vous conduire sur la route de la perdition avec lui et ses disciples.
Ave Maris Stella

Il a malheureusement beaucoup de sous-fifres en sa compagnie, qui acceptent volontiers de faire son travail, parce qu'il leur a promis la gloire et la fortune, et des plaisirs et des occupations matérialistes qu'ils ont choisis en se liguant avec lui.

Vous devez avertir vos frères et sœurs qu’en ces temps ils ont besoin d'être beaucoup plus vigilants contre le malin, parce que ses jours sont comptés, et parce qu'il crache son venin de manière à vous faire tomber dans ses pièges et vous emprisonner à la fin dans un monde qui semble au premier abord agréable, mais qui se révèlera être surtout un lieu de ténèbres et de désespoir.

Certes, vous pouvez voir maintenant que Je vous dis la vérité, parce que vous pouvez tous constater l'obscurité [qui règne], et la façon dont la subversion de votre famille et de vos amis par le malin rendent de plus en plus difficile pour vous de garder votre santé mentale dans un monde de chaos et de confusion croissante. Donc, retenez bien mes paroles : vous devez être plus vigilants que jamais pour être conscients des tentatives du malin pour vous piéger.

Vous devez également vous rendre compte que les conditions climatiques capricieuses et irrégulières de la Fin des Temps sont sur vous, tout comme il a été prédit. Non seulement vous devez vous préparer à ces temps difficiles en étant conscients des erreurs de vos dirigeants, mais vous devez aussi être désormais à l'affût des changements de temps qui continueront de vous affecter avec plus de tornades, d’ouragans, de tempêtes de vent, et même de conditions météorologiques étranges et bizarres jamais vues auparavant.

Vous devez certainement être au courant maintenant de tout ce qui vous a été prédit au sujet de ces derniers temps, depuis les prophètes du passé jusqu’aux voyants d'aujourd'hui, et qui se déroule à présent sous vos yeux.

Donc, vous devez voir clairement que nous vivons une heure qui appelle à la vigilance et à la préparation pour la fin des temps, maintenant plus que jamais auparavant. Je sais que Je prêche à un grand nombre de ceux qui, parmi vous, sont membres de la chorale [= font partie du petit reste], mais Je ne saurais trop insister maintenant : vous devez vous préparer à ces temps difficiles à venir.

Voulez-vous répondre à mon appel aujourd'hui ? Voulez-vous faire partie du plan du Père pour permettre à mon Fils, votre Seigneur et Sauveur, de conduire l'humanité vers un avenir de paix sur la Terre?

Que chacun de vous prenne le temps, tout en méditant ce message, de décider de ce qu'il va faire maintenant, à cette heure, pour contribuer au plan du Père Céleste pour sauver l'humanité de sa propre destruction.

Le choix est évident : vous devez vous préparer à aider le Père Céleste, le Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, et votre Mère du Ciel, à amener cette Nouvelle Ère, ici sur Terre.

Ainsi soit-il. Rendons grâce à Dieu. Maintenant, s'il vous plaît, répondez à mon appel !
Repost 0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:26

Prédictions hallucinantes
Jusqu'au 11 septembre 2001, ce livre n'était qu'un récit de NDE (expérience proche de la mort) parmi d'autres, mais ensuite...

 

Membre de la jet-set, millionnaire, cocai-nomane et un peu alcoolique, rien ne prédisposait Ned Dougherty à s'occuper de choses spirituelles jusqu' á ce que son coeur le lâche brutalement sur le trottoir de sa discothéque.
Sanglé dans l'ambulance avec des urgentistes autour de lui tentant de le réanimer, l'homme d'affaires se sent soudain quitter son corps et flotter au-dessus de lui. Il ne comprend pas et cherche aussitôt sa Rolex lorsqu'un tunnel lumineux s'ouvre devant lui et dans lequel il reconnaît un ami, mort 15 ans auparavant.

 

Ned Dougherty traverse le tunnel "hors du corps "et lá commence son incroyable odyssée : il se retrouve en présence de la Femme de Lumière qui lui montre son avenir personnel, ainsi que celui du monde.
Dans ces visions, l'homme d'affaires assiste á des scènes apocalyptiques, difficilement plausibles pour lui, comme par exemple celle des Twin Towers s'effondrant presque ensemble dans un fracas assourdissant de débris et de sirènes, ou celle d'une vague haute comme un immeuble, décimant toute la côte Est, déclenchant la chute économique des Etats-Unis par les faillites des assurances entraînant, dans leur sillage, celle des banques.

Son livre mentionnant qu'un attentat terroriste majeur pourrait frapper New York ou Washington, avec de graves répercussions sur le mode de vie aux États-Unis "est sorti dans les librairies américaines 6 mois avant le l l septembre. Mais ce n'est qu'après ce drame que le public a plébiscité" Voie express pour le Paradis", première expérience aux frontières de la mort sans "enluminures "qui montre, aussi, á quel point notre enfance conditionne notre vie d'adulte. 

 

Et voici à présent un extrait de l'interview de Ned Dougherty réalisée à Paris le 11 janvier 2004 et ajoutée à l'édition française de son livre.

"Ned, bénéficiez-vous de dons spirituels et lesquels ?

Ned Dougherty : Grâce à mon expérience, j'ai acquis une sorte de " don médiumnique ". Mais cela s'est avéré insupportable à vivre dans ce monde et j'ai prié intensément pour que l'on m'en débarrasse. Je voyais par exemple le futur de mes amis et j'essayais de tout faire pour les empêcher de commettre tel ou tel acte ; mais eux me prenaient pour un dingue. Une fois, j'ai vu la mort de l'une de mes amies et cela m'a posé tellement de problèmes que je ne veux même pas en parler. Le don qui m'est resté est celui de guérir avec mes mains.

Vos visions vous ont permis de voir la chute économique des États-Unis. Mais cette chute entraîne aussi celle du reste du monde… Qu'en pensez-vous à la lumière de vos visions ?

Ned Dougherty : Notre colossal déficit qui s'empile depuis des années, associé aux dépenses militaires totalement délirantes de Bush, ne présage rien de bon. Ce qui viendra s'ajouter à cela concerne les visions que j'ai eues d'un raz-de-marée phénoménal sur la côte est des Etats-Unis. Ma vision de cet événement est très claire et précise, et elle me conduit à penser qu'il est imminent, qu'il se situe dans un futur très proche.

Je n'ai appris que plusieurs années après mon expérience aux frontières de la mort qu'il existe des failles sous l'océan Atlantique, spécialement du côté des îles Canaries. Selon les sismologues, ces failles vont bouger et la question n'est pas de savoir comment mais tout simplement quand. Quand se produira ce tremblement de terre, nous n'aurons que 8 heures pour évacuer l'ensemble de la côte est avant l'arrivée du raz-de-marée. La destruction totale qui en résultera affectera aussi toutes les installations portuaires et bases militaires sur les côtes de la Virginie et de la Caroline du Sud. La perte de tous ces biens sera un désastre pour les compagnies d'assurance qui déposeront leur bilan, entraînant dans leur faillite l'ensemble des banques. Ensuite, cela causera d'énormes pannes d'électricité. Il y aura une réaction en chaîne catastrophique du Maine jusqu'à la Floride en passant par New York, qui affectera finalement l'ensemble du pays. J'ai vu ce raz-de-marée aussi clairement que je vous vois. La vague s'élèvera entre 80 et 100 mètres au-dessus du niveau de la mer. Alors imaginez… J'ai vu la même scène de la 57ème rue de Manhattan. New York était inondée. La Floride disparaissait de Key Biscayne jusqu'au sud de Miami. Une vague haute comme un immeuble de vingt étages…

De Las Palmas à New York, la vague mettra 8 heures pour traverser l'Atlantique


Vous dites que les côtes américaines seront détruites et que seuls ceux qui vivent dans des montagnes ont des chances de survivre. Pouvez-vous préciser ?

Ned Dougherty : En fait, au cours de mes visions, j'ai pu voir le raz-de-marée sous trois " angles " différents : à partir du sanctuaire d'East Port avec une vue de plusieurs centaines de mètres au-dessus de la mer ; ensuite du croisement de la 57ème rue et de Lexington Avenue à New York ; et finalement j'ai eu une sorte de vision globale de Key Biscayne jusqu'au sud de Miami Beach. Ma perception était que l'inondation affectera toute la côte est des Etats-Unis, du Maine jusqu'à la Floride. Ceux qui vivent sur la côte seront, comment dire… effacés. Simplement parce qu'après le tremblement de terre, il n'y aura que 8 heures pour évacuer la population avant l'arrivée de " la vague ". Imaginez ce qu'une évacuation d'environ 80 millions de personnes peut signifier !

Avoir un enfant qui va affronter tous ces cataclysmes ne vous fait-il pas peur ?

Ned Dougherty : Je suis comme tous les parents, je veux protéger mes enfants. Cependant, ils ne nous appartiennent pas. Et ils ont voulu venir dans ce monde.

Quel conseil particulier donneriez-vous aujourd'hui à vos lecteurs francophones ?

Ned Dougherty : De prier, parce que cela peut changer des choses tout de suite dans leur vie. Et de prier tous les jours, pour soi et pour le monde, parce que ce que j'ai vu de l'avenir est quand même inquiétant. "


Extraits de l'interview de Ned Dougherty du 11 janvier 2004

 

Outrevie.com

HorizonForet-3"Vers un nouveau paradigme"

2012 et après

Repost 0
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 11:25

(extrait du Petit Journal, page 437 – 17 oct 1937)

 

Je Te remercie, Mon Dieu, pour toutes les grâces

Dont Tu me combles sans cesse,

Et qui m'éclairent, comme la lumière du soleil,

Par elles Tu me montres le chemin sûr.

 

Merci, mon Dieu, de m'avoir créée,

De m'avoir du néant appelée à l'existence,

D'y avoir marqué Ta divine empreinte,

Et de ne l'avoir fait que par amour.

 

Merci mon Dieu pour le saint baptême,

Qui m'incorpora à la famille divine,

C'est un don inconcevable et grand,

Qui transforme nos âmes.

 

Merci Seigneur, pour la sainte confession,

Pour cette source de grande miséricorde qui est intarissable,

Pour cette inconcevable source de grâces,

Qui rend la blancheur aux âmes souillées par le péché.

 

Je Te remercie, Jésus, pour la sainte Communion,

Par laquelle Toi-même Tu Te donnes à nous,

Je sens comme Ton Cœur bat en ma poitrine,

Comme Toi-même Tu épanouis la vie divine en moi.

 

Je Te remercie ô Saint-Esprit, pour le sacrement de la confirmation,

Qui m'a armée chevalier à Ton service,

Et donne force à l'âme à chaque instant,

Et me protège du mal.

 

Je Te remercie, mon Dieu, pour la grâce de la vocation,

A Ton service exclusif,

Me donnant la possibilité de T'aimer exclusivement,

C'est un honneur sans pareil pour mon âme.

 

Je Te remercie, Seigneur, pour les vœux perpétuels,

Pour ce lien de pur amour,

D'avoir daigné joindre Ton Cœur au mien,

Et Tu as uni Ton Cœur au mien par un lien de pureté.

 

Je Te remercie, Seigneur, pour le sacrement de l'extrême-onction

Qui me fortifiera pour la lutte dans mes derniers moments,

Et m'aidera à parvenir au salut, et donnera force à mon âme,

Afin que nous nous réjouissions éternellement.

 

Merci, mon Dieu, pour toutes les inspirations,

Dont Ta bonté me comble,

Pour ces illuminations intérieures de l'âme,

Qu'on ne peut exprimer, mais que le cœur ressent.

 

Merci, Sainte Trinité, pour cette foule de grâces,

Dont Tu me combles à chaque instant, ma vie durant,

Ma gratitude croîtra à mon entrée dans l'aube éternelle,

Lorsque j'entonnerai pour la première fois un chant à Ta gloire.

 

Amen.DIEU-LE-PERE-ENFANT-JESUS-ET-COLOMBE-copie-1.jpg

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 18:52

Ave Maris Stella


Ave maris stella,
Dei mater alma
Atque semper virgo
Felix caeli porta

Sumens illud ave
Gabrielis ore
Funda nos in pace
Mutans Evae nomen

Solve vincla reis
Profer lumen caecis
Mala nostra pelle
Bona cuncta posce

Monstra te esse matrem
Sumat per te preces
Qui pro nobis natus
Tulit esse tuus

Virgo singularis
Inter omnes mitis
Nos culpis solutos
Mites fac et castos

Vitam praesta puram
Iter para tutum
Ut videntes Jesum
Semper collaetemur

Sit laus Deo Patri
Summo Christo decus
Spiritui sancto
Tribus honor unus

Salut, étoile de la mer
Mère nourricière de
Dieu
Et toujours vierge,
Bienheureuse porte du
ciel

En recevant cet ave
De la bouche de Gabriel
Et en changeant le nom d’
Ève
Établis-nous dans la P
aix

Enlève leurs liens aux coupables
Donne la L
umière aux aveugles
Chasse nos maux
Nourris-nous de tous les biens

Montre toi notre mère
Qu’Il accueille par toi nos
prières
Celui qui, né pour nous,
Voulut être Ton Fils

Vierge sans égale,
Douce entre tous,
Quand nous serons libérés de nos fautes
Rends-nous doux et chastes

Accorde-nous une vie innocente
Rends sûr notre chemin
Pour que, voyant
Jésus,
Nous nous réjouissions éternellement

Louange à Dieu le Père,
Gloire au Christ Roi
Et à l’Esprit saint,
À la Trinité entière un seul
hommage

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 16:33

 

La dévotion à la Divine Miséricorde constitue un authentique mouvement spirituel au sein de l’Église catholique. Elle a été promue par la religieuse polonaise Faustine Kowalska (1905-1938) appartenant à la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde.

Sainte sœur Faustine est connue dans le monde entier pour avoir fait peindre la fameuse icône du Christ Miséricordieux d'après l'apparition dont elle avait été favorisée pour faire connaître au monde la Miséricorde du Cœur de Jésus.

Divine Miséricorde002

Le Saint-Père a béatifié sœur Faustine le 18 avril 1993 et l’a canonisée le 30 avril 2000. C’est lors de la canonisation que le pape a annoncé l’institution du Dimanche de la Miséricorde divine.

«Il est alors important que nous recevions entièrement le message qui provient de la Parole de Dieu en cedeuxième Dimanche de Pâques, qui dorénavant, dans toute l'Église, prendra le nom de "Dimanche de la Divine Miséricorde" »

« Les flammes de la Miséricorde me brûlent. Je veux les répandre sur les âmes». (Petit Journal - & 49)

« Je donne aux hommes un moyen avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la Miséricorde. Ce moyen, c’est cette image, avec l’inscription : " Jésus, j’ai confiance en Vous ! »

« Mon cœur se réjouit de ce titre de Miséricordieux. Proclame que la Miséricorde est le plus grand attribut de Dieu. Toutes les œuvres de mes mains sont couronnées de Miséricorde ».

« Tout ce qui existe est contenu dans les entrailles de ma miséricorde, plus profondément que l’enfant dans le sein de sa mère. Oh ! combien douloureusement me blesse l’incrédulité en ma bonté. Les âmes périssent malgré mon amère Passion. Je leur offre une dernière planche de salut c'est la fête de Ma Miséricorde. Si elles n'adorent pas Ma Miséricorde elles périront pour l'éternité. »

(Petit Journal de Sœur Faustine, § 965)

Ce sont les péchés de méfiance qui me blessent le plus douloureusement" (Petit Journal de Sœur Faustine, § 1074-1075


Promesses du Christ auxâmes qui propagent la vénération de Sa Divine Miséricorde :

  • « Dis-leur qu'aucune âme faisant appel à ma miséricorde n'a été déçue ni n'a éprouvé la honte. »

  • « Ma fille, parle au monde entier de mon inconcevable Miséricorde. Je désire que la Fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. (NB. la confession peut être faite dans les jours qui précèdent ou suivent ce Dimanche de la Miséricorde)

  • « En ce jour les écluses de ma Miséricorde sont ouvertes. Je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma Miséricorde. Toute âme qui s’approchera de la confession et de la sainte Communion recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition.
    En ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoule la grâce. Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate (…) »

  • « Je les protège durant toute leur vie, comme une tendre mère son nourrisson, »

  • « et à l’heure de la mort, Je ne serai pas pour elles un Juge, mais le Sauveur miséricordieux. En cette dernière heure, l’âme n’a plus rien pour sa défense si ce n’est ma miséricorde ; heureuse l’âme qui, sa vie durant, se plongeait dans la source de la miséricorde, car la justice ne l’atteindra pas. »

  • « Je promets que l’âme qui honorera cette image, ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis dès ici bas, et spécialement à l’heure de la mort. Moi-même je la défendrai comme Ma propre gloire. »

  • « Si l'on récite ce chapelet de la Miséricorde auprès d'un agonisant, je me tiendrai entre le Père et l'âme agonisante, non pas en tant que Juge juste, mais comme Sauveur miséricordieux. »

  • « Le genre humain ne trouvera pas la paix tant qu'il ne se tournera pas vers la source de ma Miséricorde ». (Petit Journal - § 698) »


Jésus demande une fête de la Miséricorde

Cette demande a été clairement formulée à une religieuse polonaise, sainte Faustine Kowalska (1905-1938). Le message de sœur Faustine a été noté dans le Petit Journal quelle a rédigé à la demande de Jésus et de ses confesseurs. Elle y a fidèlement noté tous les souhaits de Jésus, de même qu’elle a décrit l’union intime de son âme avec Dieu. 

En 1931 :  « Je désire qu’il y ait une Fête de la Miséricorde…le premier dimanche après Pâques (…) doit être la Fête de la Miséricorde » 

Les flammes de la Miséricorde me brûlent. Je veux les répandre sur les âmes ». (Petit Journal - & 49) 

En 1936 :  « La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles. Je désire qu’elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques. » (Petit Journal - & 698) 

Dimanche 30 avril 2000 : institution de la Fête de la Miséricorde  

C’est le jour où sœur Faustine a été canonisée par Jean-Paul II. En même temps, le pape décide que, dorénavant, dans toute l’Église, ce dimanche prendra le nom de « Dimanche de la Miséricorde divine ». 

La place de cette fête dans l’année liturgique a été choisie par Jésus Lui-même. Cela montre le rapport étroit qui existe entre le mystère pascal de notre Rédemption et cette fête. Les textes de la liturgie de ce dimanche évoquent plusieurs fois la Miséricorde. 

La Fête de la Miséricorde est d’abord un jour où l’on honore spécialement Dieu dans ce mystère. 

Mais c’est aussi un jour de grâce pour tous, et surtout pour les pécheurs. Jésus a attaché à cette Fête de grandes promesses : 

" Ma fille, parle au monde entier de mon inconcevable Miséricorde. Je désire que la Fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. 

En ce jour les écluses de ma Miséricorde sont ouvertes. 

Je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s'approcheront de la source de ma Miséricorde. Toute âme qui s’approchera de la confession et de la sainte Communion recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition. 

En ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoule la grâce. Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate (…) 

Le genre humain ne trouvera pas la paix tant qu'il ne se tournera pas vers la source de ma Miséricorde ». (Petit Journal - § 698)


Neuvaine à la Miséricorde divine 

C’est une neuvaine que Jésus m’ordonna d’écrire et de réciter avant la Fête de la Miséricorde. On la commence le Vendredi Saint. 

Je désire - dit Jésus à Sœur Faustine -
 que durant neuf jours, tu amènes les âmes à la source de ma miséricorde, afin qu'elles puisent force et fraîcheur, ainsi que toutes les grâces dont elles ont besoin dans les difficultés de la vie et particulièrement à l'heure de la mort. Chaque jour tu amèneras un groupe d'âmes différent et tu les plongeras dans l'océan de ma miséricorde. Et moi, je ferai entrer toutes ces âmes dans la demeure de mon Père (...). Et chaque jour, par ma douloureuse passion, tu solliciteras de mon Père des grâces pour ces âmes. (1209) 

On peut bien sûr dire cette belle neuvaine à tout moment de l’année ! 


Le Chapelet de la Miséricorde Divine 

Prière où l'on utilise son chapelet pour, avec de courtes formules, implorer du Père le pardon de nos péchés et de ceux du monde entier. Prière simple, facile à mémoriser, d'une efficacité garantie par Jésus miséricordieux Lui-même (prière dictée par Lui à sainte Faustine). 

Cette prière a été enseignée et ensuite dictée par Jésus à sœur Faustine le 13 septembre 1935. Elle est facile à mémoriser et elle fait appel au plus fort des arguments : 
Dieu ne peut rejeter nos demandes si nous les Lui présentons par les mérites de la Passion de son Fils Bien-Aimé

Les demandes sont faites pour nous et pour le monde entier, y compris pour les âmes du Purgatoire. 
La prière de ce chapelet est donc à la fois un acte de confiance en Dieu et un acte d’amour du prochain, deux conditions indispensables pour être exaucés. 
Par ce chapelet, tu obtiendras tout, si ce que tu demandes est conforme à ma volonté
 (Petit Journal - § 1731). 

Les prières pour célébrer l’Heure de la Miséricorde (à 15 heures)  
Prières inspirées à sainte Faustine pour répondre à la demande de Jésus : puiser plus particulièrement à sa Miséricorde à l’heure de sa mort (trois heures de l’après-midi). 

L’encyclique « Dives in Misericordia »

Dans ce document, publié au début de son pontificat, le 30 novembre 1980, le Pape Jean-Paul II nous parle longuement de la Miséricorde divine. C’est un texte qu’on ne peut pas résumer ici… mais c’est une étape importante dans la voie qui aboutira à l’institution de la Fête de la Miséricorde. 

L’image du Christ miséricordieux 
 

 

 

L’image de 1956 est une reproduction du tableau peint en 1934 par Eugène Kazmierowski, sur les indications de soeur Faustine Kowalska, à qui le Christ a demandé la réalisation de ce tableau : "Peins une image pareille à ce modèle et signe : " Jésus, j'ai confiance en toi ". Je désire que cette image soit vénérée tout d'abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier. Je promets à ceux qui la vénéreront qu'ils ne périront pas. Je leur promets dès ce monde la victoire sur l'ennemi, mais surtout à l'heure de la mort. Je les défendrai moi-même, comme ma gloire."  

Jésus est apparu à sainte Faustine en lui disant : « peins un tableau de ce que tu vois, avec l’inscription «Jésus, j’ai confiance en Vous ! » (Petit Journal - §47) 

Et il a ajouté :  « Je promets que l’âme qui honorera cette image ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis dès ici-bas, et spécialement à l’heure de la mort. Moi-même, je la défendrai comme ma propre gloire… » (Petit Journal -§48) 

« Ceux qui, pleins de confiance, recourront à cette image, les maisons, les villes même où elle sera vénérée, je les épargnerai et les protégerai. » 

« Je vis Jésus vêtu d’une tunique blanche. De la tunique entr’ouverte sortaient deux grands rayons, l’un rouge, l’autre pâle »… (Petit Journal - §47) 
« Ces deux rayons indiquent le Sang et l’Eau : le rayon pâle signifie l’Eau, qui purifie les âmes ;le rayon rouge signifie le Sang, qui est la vie des âmes… Ces rayons protègent les âmes de la colère de mon Père. » (Petit Journal - § 300)

Comment répandre la dévotion au Christ Miséricordieux

Si vous souhaitez répandre la dévotion au Christ Miséricordieux, nous pouvons vous communiquer quelques adresses où il vous sera possible de vous procurer, images, livrets de prières et reproductions de l’icône dans différentes tailles.


Consultez le SITE : Eucharistie Sacrement de la Miséricorde.http://eucharistiemisericor.free.fr

ou adressez-vous à : Pierre-Bernard et Josiane Francart

p.francart@wanadoo.fr
(source :
http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=misericorde_divine#G1)

*Images et autres diffusions de la Divine Miséricorde sur le site : http://www.asonimage.fr catalogue des éditions catholiques (« Rassemblement à Son Image »)



 

  Icône peinte à Vilnius

Image 1956

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 20:47

Lettre adressée le 28 janvier 1996 au Cardinal Ratzinger par le Père Christian Curty, prêtre-exorciste pour les deux diocèses d’Avignon et de Marseille à l’époque et de Lyon actuellement  :

JPEG - 24.2 ko
P. Christian Curty

"Monsieur le Cardinal,

Permettez-moi de revenir sur ma lettre précédente, concernant Madame VassulaRydén, car je suis étonné et perplexe devant la procédure employée par la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi en ce qui concerne cette affaire.

Habituellement, la Curie Romaine et spécialement votre Sacrée Congrégation traite de ces affaires avec beaucoup de respect et de bonté envers les personnes soumises à son jugement, et en toute conformité avec les exigences du Code de Droit Canonique (spécialement les articles 220 et 221) et l’on se souvient toujours de l’étonnante patience et du doigté déployés à l’égard notamment des Pères Schillebeeckx et Boff.

Mais dans le cas présent, à défaut du Droit Canon, est-il sûr qu’on ait bien respecté l’Esprit évangélique ? Y avait-il vraiment urgence et grave danger pour la foi et les mœurs, pour s’être ainsi écarté des méthodes habituelles en portant un jugement qui ressemble fort à une condamnation sur la foi, la communion à l’Église et les écrits de Mme V. Rydén, sans l’avoir au préalable avertie (est-il vrai qu’elle a appris sa condamnation par la presse ?) et sans lui donner la possibilité de défendre sa cause, et sans même interroger les nombreux prêtres catholiques qui la connaissent et tout particulièrement son directeur spirituel, le Père O’Carroll.

Étant prêtre exorciste, il m’est arrivé bien des fois d’affronter en un redoutable face-à-face l’adversaire, le véritable Anti-Christ, et j’ai la douloureuse habitude d’entendre de la bouche de ce menteur et rebelle des « messages » qui n’ont guère de consonance avec ce que reçoit Mme V. Rydén.

Étant, par ailleurs, graphologue (diplômé), je me suis intéressé de près aux « modalités » auxquelles fait allusion la Notification et j’ai bien étudié le script des "messages" de Mme Rydén.

JPEG - 36.5 ko
Antichrist

Or, ils ne correspondent ni à la tenue manuelle de l’écriture automatique ni au contenu des messages spirites.

Les messages de Mme V. Rydén ont une rigueur doctrinale remarquable, la consonance biblique et une grande hauteur spirituelle, qu’on ne trouve nullement dans les révélations spirites.

Aussi, indépendamment de la personnalité de Mme V. Rydén et de sa conduite chrétienne (orthodoxe) et morale dont peut vous parler le Père O’Carroll, et pour m’en tenir strictement aux messages qu’elle dit recevoir du Christ lui-même, permettez-moi de vous soumettre mes conclusions :

Je laisse délibérément de côté l’hypothèse d’unesupercherie ingénieuse et perverse ; le contenu des messages dépasse de trop haut la personne et les possibilités (théologiques et littéraires) de Mme V. Rydén.

En toutes ces manifestations non-ordinaires (mystiques ou pathologiques), trois possibilités se présentent pour le discernement :

  • L’ORIGINE DIABOLIQUE : totalement à écarter ! Car l’esprit maudit ne peut durablement imiter ou contrefaire la voix du Christ. Et le diabolo ne risque pas d’inviter l’Église divisée à se réconcilier dans l’Unité et sous le primat de "Pierre", et moins encore de souligner l’importance vitale de l’Eucharistie.
  • L’ORIGINE PSYCHIQUE :
    • soit d’ordre paranormal ; mais l’étude des « modalités » (écriture, ambiance, etc.) élude totalement tout phénomène de médiumnité ou de transe.
    • soit d’ordre inconscient ; cela supposerait un inconscient génial aux intuitions étonnamment théologiques (qui dépassent le "bagage" mémorial de la réceptrice), d’une logique harmonieuse, constante et sans faille. Ce qui ne s’est jamais trouvé, à ma connaissance. D’autant plus que cet Inconscient, loin de s’enrouler sur lui-même, reste constamment ouvert sur un Être mystérieux dont la personnalité n’est nullement le reflet de ce que nous savons de Mme V. Rydén mais au contraire ressemble étrangement au Christ de la foi et de l’Église. L’Inconscient serait-il capable dans la durée d’une telle construction architecturale d’une grande beauté littéraire et d’une si profonde doctrine théologique ?
  • Reste L’ORIGINE SURNATURELLE. Celle-ci s’impose (pour de multiples raisons que je ne puis développer ici) et, j’ajoute, nous engage. Car s’il s’agit bien du Seigneur qui parle à son Église ; il ne nous est pas permis de traiter ces messages avec mépris ou indifférence, en se contentant d’une lecture rapide et superficielle, et moins encore par le refus, dont nous aurions alors à répondre.
JPEG - 31.6 ko
Paul VI

Ces messages sont centrés non pas sur la personne deVassula qui n’est que l’instrument et la messagère, mais sur le Mysterium Fidei et le Mysterium Ecclesiae. Au cœur du message : la primauté de "Pierre" qui est en danger. Et vous savez mieux que moi la montée incessante et dangereuse de la contestation et de la confusion qui mettent en péril le Corps Ecclésiaste. Cette parole qui vient d’En-Haut nous invite avec insistance à la réconciliation de toute l’Église, unedans le cœur de Dieu mais divisée chez et par les disciples du Christ. Un geste est demandé (tant souhaité par Paul VI) : célébrer ensemble, le même jour, la Pâque du Seigneur. Si nous accomplissons ce petit pas, le Seigneur fera le reste.

Votre Sacrée Congrégation a cru devoir prendre position sur ces messages. Mais alors une question se pose : Nous prêtres de l’Église catholique (et évêques, nombreux hors de France) qui avons cru en ces messages et qui les tenons comme venant de la bouche même du Seigneur, somme-nous vraiment dans l’erreur ? Et sortons-nous de l’obéissance à l’Église, en croyant reconnaître la voix de son Maître et Pasteur, qui nous invite à la conversion et à l’Unité de la Foi "afin que les hommes croient" ? Sommes-nous toujours dans la communion de l’Église lorsque nous percevons dans ces écrits non pas un appel à une « communauté pan-chrétienne » mais une invitation faite à toute l’Église divisée dans ses membres, pour se rassembler sous la seule houlette de "Pierre" ? aussi, et pardonnez-moi mon audace, ne serait-il pas nécessaire de nommer une commission qui étudierait de manière sereine et objective les écrits (publiés et non publiés) de Mme V. Rydén, et qui interrogerait cette personne en toute équité. Trop de chrétiens sont en effet troublés par la Notification de votre Sacrée Congrégation qui ne donne aucune motivation précise de son jugement, ce qui heurte profondément leur sensibilité évangélique et blesse leur foi dans le Christ Jésus, dont ils croyaient et pensent toujours entendre la Voix à travers ces messages !

C’est pourquoi, Monsieur le Cardinal, vous qui êtes mon Père dans la Foi et mon frère dans le Christ, à genoux devant la Croix du Sauveur qui ébranle les puissances des enfers et qui nous sauve du "Père du Mensonge", je vous dis : « C’EST LE SEIGNEUR ! Puissions-nous l’écouter ! »

En fils soumis de la Sainte Église, ma Mère, qui seule possède les Paroles de la Vie Éternelle, mais blessé dans mon cœur devant cette décision qui heurte ma Foi au Christ et que je ne puis comprendre."

P. Christian Curty
Prêtre exorciste

Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 19:17

Jesus-Children-.jpg

Le Seigneur écoute tes prières et tes chants d'amour

Il ne peut jamais résister aux petits enfants

qui possèdent Son Amour dans leur coeur !

 

 

Sophie

Repost 0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 13:54

          "Au cours de la célébration de la Sainte Eucharistie (dans les années 50-60) une personne photographia le Prêtre au moment de la Consécration. A sa grande surprise, le développement du négatif révéla cette image. jesus-marie-joseph-photo-miraculeuse.jpg

          Le Père Christian-Michel S.A.C nous dit: « Stupéfait et doutant de son authenticité, j'ai moi-même, comme Prêtre, envoyé cette photo en Italie, près de Rome, pour la faire « évaluer » par une âme privilégiée en qui j'avais toute confiance et qui me répondit: :      

« Cette image est vraiment authentique, c'est la Sainte Famille de Nazareth. Elle est précieuse pour être apportée dans toutes les familles; elle apporte la Bénédiction de Dieu. Avec elle, viennent la Foi, la prière et la Présence Divine. Avec elle, Jésus vient dans la maison ».

Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 23:17

Emission « un cœur qui écoute » sur KTO, du 22/03/2010, présenté par Hubert de Torcy :

RAISON – Descartes commenté par Laurence Devillairs, philosophe et éditeur au Seuil

 

« Où élire domicile quand philosophie et foi semblent proclamer des vérités contradictoires ? Faut-il capituler devant le mystère de la foi, se cramponner à la raison philosophique ? Laurence Devillairs, philosophe et éditeur au Seuil, nous raconte le choix du rationalisme de Descartes, l'inconfort d'une crise éxistentielle et enfin ce temps de grâces quand les deux ailes de l'Esprit, foi et raison, s'unissent pour devenir lumineuse.

L'existence de Dieu est alors très évidemment démontrée ! »

René Descartes (XVI° siècle), un des fondateurs de la philosophie moderne : auteur du cogito (Cogito, ergo sum est une expression latine qui signifie « je pense, donc je suis »)

 

Citation de Laurence Devillairs : (extrait de la fin de la troisième méditation de Descartes)

«  Il me semble très à propos de m'arrêter quelque temps à la contemplation de ce Dieu tout parfait, de peser tout à loisirs ses merveilleux attributs, de considérer, d'admirer et d'adorer l'incomparable beauté de cette immense lumière au moins autant que la force de mon esprit, qui en demeure en quelque sorte ébloui, me le pourra permettre. Car, comme la foi nous apprend que la souveraine félicité de l'autre vie ne consiste que dans cette contemplation de la majesté Divine, ainsi, expérimentons-nous dès maintenant qu'une semblable méditation, quoiqu'incomparablement moins parfaite, nous fait jouir du plus grand contentement que nous soyons capable de ressentir en cette vie. »

 

« Non seulement Descartes parle beaucoup de Dieu, mais il en parle dans un style surprenant, quand on pense qui est Descartes : celui que l'on considère comme le porte-drapeau d'un rationalisme triomphant.... là on voit qu'il parle de contemplation, d'adoration, d'admiration, de lumière, de beauté. Pour un peu on se dirait que ce n'est pas René Descartes qui l'a écrit. Surprise totale.

 

Lorsqu'on lit René Descartes on ne se doute pas qu'à la fin d'une méditation il vient donner une preuve de l'éxistence de Dieu sous forme d' un exercice rationaliste : la raison qui va jusqu'à Dieu et jusqu'à prouver son existence. En fait Descartes parle de Dieu en terme de croyant et dit qu'il faut qu'on s'arrête et qu'on contemple ce Dieu, parce que cette contenplation qu'on peut faire maintenant en cette vie, c'est une anticipation du bonheur suprême qu'on aura dans le Ciel.

C'est quand même invraisemblable que ce rationaliste parmi tous les rationalistes, le René Descartes du fameux « cogito » nous dise que « ce qui est important c'est que je m'arrête et que je contemple ce Dieu merveilleux. »

 

Pour beaucoup entrer en philosophie c'ést renoncer à Dieu. C'est l'affrontement de la Foi contre la raison C'est ce que doit affronter tout philosophe. Se poser la question du renoncement à Dieu parce qu'on entre en philosophie : on en passe tous par là qu'on soit croyant ou pas, philosophe ou pas.

 

C'est inéluctable principalement pour des raisons qui ne sont pas de Foi mais de raison. Quand on est croyant on sait où est la vérité et comment elle se dit : la Foi est tout d'abord une question de vérité, avant tout. C'est aussi une question de pratique mais déjà une question de vérité : Jésus est la Vérité.

La philosophie c'est aussi une question de vérité, et elle prétend dire la vérité et montrer où la vérité se trouve.Cet affrontement entre Foi et raison est inéluctable parce qu'on se retrouve avec deux instances assez fortes qui disent où est la vérité. Bref, on se retrouve avec plusieurs vérités et s'il y en a plusieurs : il n'y en a plus car il ne peut pas y avoir plusieurs vérités. C'est une forme de quête pour le monopole de la vérité.

Le philosophe Pascal, pour sa part, ne dit pas que la philosophie a tort ou bien a raison, mais il montre que la philosophie ne peut pas tenir ses promesses. Il démontre que la philosophie est une discipline qui est forcément déceptive.

Selon Pascal, la philosophie promet de dire aux hommes qui ne cherchent que cela, où est la vérité et où est le bonheur, mais en fait la philosophie ne nous donne que misère et mensonges. Alors que la Foi remplit son contrat : elle tient ses promesses et nous dit où est la vérité et nous dit comment être heureux.

Toujours selon Pascal, la philosophie peut être utile mais elle n'a pas la certitude et l'utilité de la Foi. Avec Pascal on a deux camps bien distincts : la Foi et la raison. La raison ne tenant pas ses promesses, c'est la Foi qui a raison.

Un croyant ne doit (ne devrait) jamais choisir la solution de facilité en ce qui concerne la vérité. On ne doit jamais accepter le confort d'une vérité « facile et douillette » comme la dépeint la philosophie. Au contraire on doit rechercher nos propres certitudes. Il est possible qu'on obtienne la plus grande de nos certitudes en passant par le plus grand des inconforts....

Une vérité facilement réglée peut nous rendre heureux parce que c'est réglé une fois pour toute, en étant pascalien par exemple avec la Foi d'un côté et la raison de l'autre, et avec la Foi seule qui a raison. Ici le risque c'est qu'on ne pense plus : car le confort empêche de penser. Le confort est un peu comme une épine dans le talon du style « il faut penser encore plus et encore mieux pour arriver à encore plus de confort ».

La pensée, elle, est forcément une forme d'inquiétude qui est l'inverse du confort mais qui a le mérite d'aller jusqu'au bout dans le cheminement de nos pensées. Le confort de pensée est donc à éviter semble t-il. Les solutions de confort, les solutions intellectuelles ou même spirituelles de confort, mieux vaut s'en méfier : elles nous figent et nous font somnoler intellectuellement et spirituellement parlant.

On peut tout à fait être chrétien et faire de la philosophie. Bien sûr ! Soit on refuse la Foi parce que l'on considère que c'est une forme de pensée maladive ou pas du tout rationnelle, soit on est pascalien et on dit qu'il n'y a que la Foi qui a raison (« la raison n'a jamais raison »), soit on choisit la troisième voie (la plus difficile) qui est de montrer comment la raison offre une voie rationnelle d'accès à Dieu (voie parfaitement rationnelle), et où jamais la raison n'abandonne ses prétentions ni se tait face à la Foi, et où jamais la Foi n'est malmenée par la raison.

Là, pas de réduction de la Foi à un contenu purement rationnel et pas de soumission de la raison face à la Foi. C'est ce qui est interessant chez Descartes : maintenir jusqu'au bout les éxigences du rationalisme mais montrer aussi que ces éxigences ne laissent pas de côté la question de la Foi en Dieu.

 

L'expérience fondatrice dans sa vie c'est de se rendre compte qu'on n'a pas mérité la Foi qu'on a, et qu'on n'a rien fait pour l'avoir, ou bien que tout ce qu'on a pu faire pour l'avoir ça ne menait à rien, mais qu'à un moment donné, avec la grâce de Dieu, quand on croit avoir tout fait, tout compris, quand on croit le plus en soi là on se rend compte que ce n'est pas nous mais Dieu qui nous donne la Foi.

La Foi n'est certes pas une denrée qu'on achète dans un rayon de magasin, c'est un don de Dieu. Pour avoir la Foi il faut la demander à Dieu. Aucune pensée philosophe ni aucune prière particulère, juste la demander à Dieu tout simplement.

Ce ne sont ni les sentiments ni la poésie qui sont les meilleurs alliés de la Foi. Ni non plus une pratique de la Foi ascétique, ou extatique ou autre... C'est la raison qui est le meilleur allié de la Foi, un esprit bien nourri est un esprit qui croit mieux et qui prie mieux. Mais la Foi ne se nourrit pas que de raison, de culture et de connaissances, elle se nourrit aussi de charité, de simplicité, d'humilité et d'abandon dans la Providence misécordieuse du Tout-Puissant.

(source : http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/nouveautes/un-coeur-qui-ecoute-raison/00048891)

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens