Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 00:43

L’Église Gallicane n’est pas reconnue par l’Église Catholique et ne compte que 500 fidèles en France environ. Elle est en quelque sorte «indépendante» si l’on puis dire. C’est une des rares églises qui pratique l’exorcisme.

Le gallicanisme, par définition, est une doctrine religieuse et politique cherchant à promouvoir l'organisation de l'Église catholique en France de façon largement autonome par rapport au pape.

D'une part, le gallicanisme réduit l'intervention du pape au seul pouvoir spirituel, et ne lui reconnaît pas de rôle dans le domaine temporel. D'autre part, s'il reconnaît au pape une primauté spirituelle et juridictionnelle, il cherche à la limiter fortement, au bénéfice des conciles généraux dans l'Église (c'est le conciliarisme), des évêques dans leurs diocèses et des souverains dans leurs États. En pratique, cela se traduit surtout par une mainmise étroite du souverain français sur les nominations et les décisions des évêques. 

Il convient de distinguer le gallicanisme ecclésiastique, qui est une position théologique et ecclésiologique, et le gallicanisme parlementaire, qui est une doctrine politique et administrative.

 

L'Église gallicane

La doctrine gallicane commence à se formuler après l'opposition entre Philippe le Bel(Fontainebleau, avril/juin 1268 - Fontainebleau,29 novembre 1314)et le pape Boniface VIII. Les légistes du roi qui sont en lutte contre ce qu'ils jugent des abus de la justice spirituelle justifient l’indépendance du pouvoir temporel par rapport au pouvoir spirituel d'abord sur le plan judiciaire.

Le pape publie la bulleUnam sanctam, le 8 novembre 1302, dans laquelle il affirme "Il est de nécessité de salut de croire que toute créature humaine est soumise au pontife romain : nous le déclarons, l’énonçons et le définissons". Le roi réagit vivement en envoyant Guillaume de Nogaretpour tenter d'enlever le pape à Anagnien 1303. C'est un échec.

Philippe VI réunit en 1329 l'assemblée de Vincennes afin d'avoir un avis sur les conflits entre la justice temporelle et la justice spirituelle. Pierre de Cuignières défend la supériorité de la justice du roi dans le domaine temporel de la Couronne.

Pendant le grand schisme d'Occident, le concile de Paris se réunit entre 1396et 1398, l'Université de Paris propose de décréter que les Conciles sont supérieurs au pape et l'indépendance temporelle du roi.

En mai 1398, le troisième concile de Paris vota la soustraction d'obédience à Benoît XIII. Le parlement de Paris vota le 11 septembre 1406 la suppression des annates, menus et communs services, procurations et autres taxes apostoliques à partir du 27 juillet 1398. L’église gallicane décida de reconnaître l’autorité du pape seulement au spirituel le 14 janvier 1407. Le concile de Paris de 1408édicta des décrets sur l'organisation de l'église gallicane.

Au concile de ConstanceJean Gerson, chancelier de l'Université de Paris, défendit la supériorité du concile sur le pape. Par son décret Frequens, le concile se déclara institution permanente de l’Église en charge du contrôle de la papauté. Le concile de Bâle confirme le décret Frequens de Constance mais le pape Eugène IV le transfère à Bologne ce qui amène le concile à ouvrir un procès contre le pape. Le pape décide finalement de déplacer le concile à Ferrare en1437. Les pères du concile de Bâle se déplacent à Lausanne. Le conflit entre les pères du concile et le pape se termina en 1449 quand le pape Nicolas V ratifie tous les décrets de Bâle et de Lausanne

Au XVe siècle le Royaume de France fait une première tentative de gallicanisme : en 1438, le roi Charles VII par la Pragmatique Sanction de Bourges, limite les prérogatives papales et affirme la supériorité des décisions des conciles deBâle et de Constance sur celles du pape.

Au xviie siècle, le plus illustre représentant de ce courant est Bossuet, évêque de Meaux, qui rédige les quatre articles gallicans de 1682 signés par l'assemblée des évêques de France. Bossuet y reprend les décisions du concile de Constance (1414-1418) qui rappelait que le concile œcuménique (assemblée de tous les évêques et abbés) était l'organe suprême en matière d'autorité et d'enseignement au sein de l'Église.

À la fin du XVIIe siècle, le gallicanisme s'implante largement dans le clergé français, d'une part grâce aux théories deBossuet, largement approuvées, d'autre part grâce aux positions gallicanes des jansénistes qui reprochent au pape son intervention à l'intérieur du clergé français. Le clergé français du XVIIIe siècle est donc largement gagné aux idées gallicanes, ce qui permet, au début de la Révolution française, l'adoption de la Constitution civile du clergé. Cette constitution religieuse, d'inspiration gallicane1, fait quasiment des membres du clergé des fonctionnaires salariés par l'État sous réserve de prêter un serment de fidélité à la constitution à partir du 4 janvier 1791. Après une longue hésitation, le pape Pie VI condamne cette Constitution civile, ce qui a pour conséquence une division du clergé français entre jureurs et réfractaires.

L'Église constitutionnelle, en place jusqu'en 1801, se considère comme une Église gallicane, c'est-à-dire catholique, romaine (les évêques reconnaissent la primauté spirituelle du pape, à qui ils adressent une lettre de communion), mais qui a ses libertés propres. Elle ne se veut en aucun cas une Église schismatique.

 

L'effacement progressif de l'idée gallicane au XIXe siècle

Soucieux de rétablir la paix civile, Napoléon Bonaparte négocie le Concordat avec le pape Pie VII. À cette occasion, en 1801, le souverain pontife, à la demande du chef de l'État, dépose l'ensemble de l'épiscopat français : évêques élus en vertu de la Constitution civile du clergé comme prélats d'Ancien Régime survivants : c'est la fin des principes de l'Église gallicane, et la reconnaissance, implicite, de la primauté de juridiction du pape. Certains évêques et prêtres réfractaires, d'esprit gallican, refusent de se soumettre et fondent la Petite Église.

Le gallicanisme tend à se réduire à une doctrine administrative pour justifier l'intrusion du pouvoir dans les affaires religieuses. Ainsi les Articles organiques imposés unilatéralement par Napoléon Bonaparte sont d'essence gallicane : enseignement de la Déclaration de 1682 dans les séminaires, interdiction de publier un texte pontifical sans l'accord du gouvernement, nomination des évêques par le gouvernement, réglementation très stricte de l'exercice du culte… Leur principal artisan, Portalis, explique ainsi que « d’après les vrais principes catholiques, le pouvoir souverain en matière spirituelle réside dans l’église et non dans le Pape, comme, d’après les principes de notre ordre politique, la souveraineté en matière temporelle réside dans la nation et non dans un magistrat particulier ». Après la Restauration, l'ultime sursaut du gallicanisme parlementaire (c'est-à-dire politique) se manifeste avec la parution en 1845 du Manuel sur le droit ecclésiastique français de Dupin.

Ainsi subordonné à l'État et à ses intérêts, le gallicanisme perd de plus en plus de terrain au sein du clergé. Le catholicisme français se romanise progressivement, avec la victoire des ultramontains, en philosophie, en théologie morale, dans la liturgie et dans les formes de la piété. Dans cette évolution, Félicité Robert de Lamennais et son livreEssai sur l'indifférence en matière de religion, écrit de 1817 à 1823, a joué un rôle pionnier. Il qualifie ainsi le gallicanisme de « dégoûtant mélange de bêtise et de morgue, de niaiserie stupide et de sotte confiance, de petites passions, de petites ambitions et d’impuissance absolue de l’esprit ». D'ailleurs, tous ses partisans sont des adversaires farouches du gallicanisme : Mgr Goussetdom Guéranger, Rohrbacher… L'Univers de Louis Veuillot devient l'organe de ce clergé ultramontain et intransigeant.

Néanmoins, certaines institutions religieuses restent fidèles à un gallicanisme modéré : la faculté de théologie de laSorbonne, le séminaire de Saint-Sulpice… Grâce au Concordat – c'est le gouvernement qui nomme les évêques –, les gallicans modérés restent présents dans l'épiscopat : Mgr Mathieu archevêque de Besançon, Mgr Dupanloup évêque d'Orléans, Mgr Affre et Mgr Darboy archevêques de Paris… Leur opposition à la centralisation romaine rejoint celle des défenseurs d'un catholicisme libéral, comme Montalembert, ou d'un néo-gallicanisme ouvert à la démocratie, dont le théoricien est Mgr Maret, professeur à la Sorbonne.

Mais en 1870 a lieu à Rome la proclamation du dogme de l'infaillibilité pontificale par le concile Vatican I. Cette décision, quoique fortement contestée par les évêques français, sonne le glas du gallicanisme. Plus globalement, la fin du gallicanisme ecclésiastique s'explique par la déconfessionalisation progressive de l'État, et la disparition de l'Ancien Régime, fondé sur l'alliance mystique du trône et de l'autel.

La loi de séparation de l'Église et de l'État en 1905 supprime les liens entre l'Église de France et l'État.

L’Église gallicane aujourd’hui

Il subsiste toutefois aujourd'hui plusieurs Églises gallicanes n’interférant pas les unes avec les autres comme :

Doctrine

Si l'église gallicane se déclare aujourd'hui proche de l'église catholique romaine, elle s'en distingue notamment par les tolérances ci-après :

  • Acceptation du mariage des prêtres et des évêques

  • Diaconat féminin

  • Rejet de la confession obligatoire

  • Bannissement des excommunications

  • Liberté en matière de jeûne et d'abstinence

  • Participation des fidèles au gouvernement de l'Église

  • Élection des évêques par le clergé et les fidèles

  • Prise en considération du monde animal dans la réflexion de l'Église. 

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gallicanisme)

 

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 20:18

Réseau d’espionnage imposé par Obama


Gouvernement mondial

Barack Obama est un instrument docile entre les mains de la Haute Finance et de la Franc-Maçonnerie. Ces deux forces occultes nous acheminent vers un gouvernement mondial avec l’implantation de la puce sous la peau de chaque individu. Obama agit en dictateur.

En 2013, sous prétexte d’améliorer le service de santé, il imposera l’implantation de la puce sous la peau à tous les Américains. Cette puce sera obligatoire pour chaque Américain qui

voudra bénéficier des services de santé et pour l’achat des médicaments.

Cette implantation de la puce sous la peau des êtres humains ne menace pas seulement les Américains. C’est un plan international des financiers internationaux et des mondialistes pour contrôler tous les êtres humains de l’univers entier.

 

Cette puce sous-cutanée n’inclura pas seulement le dossier médical. Achats et ventes, allées et venues, vie privée, assurances automobiles, comptes de banque, statut civil, statut religieux, vie familiale, faits et gestes seront inscrits dans la puce électronique. Nous serons épiés dans les moindres détails de notre vie. Ce sera un espionnage sans précédent par ordinateur.

Si le plan des financiers du gouvernement mondial avec une monnaie unique s’accomplit, la

puce sous-cutanée sera l’unique moyen d’achat ou de vente. Elle remplacera toutes les monnaies des pays. Plus d’argent américain, ni canadien, ni européen, etc. Ceux qui refuseront l’implantation de la puce, comment pourront-ils se procurer les biens et les services nécessaires à la vie ?

 

Les fonctions du cerveau contrôlées seront malheureusement suivies partout à travers le monde. Selon le Docteur Kilde, «les micro puces d’aujourd’hui fonctionnent par le moyen des ondes transmises par radiofréquence, (un signal continu, unique à chaque personne) et elles permettent de suivre les allées et venues de la personne. Avec l’aide des satellites, la personne qui porte la puce sous la peau peut être tracée partout sur le globe».

D’après le Docteur Kilde, les fonctions du cerveau peuvent aussi être contrôlées à distance par des super ordinateurs et peuvent même être modifiées par le changement de fréquences.”

 

Refusons la puce sous la peau

Dieu a créé l’homme avec un corps et il lui a donné une âme faite à son image et à sa ressemblance. Les facultés de l’âme — l’intelligence, la mémoire et la volonté — doivent être libres et être au service de Dieu, nullement contrôlées, manipulées par des puces sous la peau.

Soyons vigilants. Refusons l’implant. Combattons ce plan infernal qui ressemble à ce passage de l’Apocalypse: La Bête de l’Apocalypse « Par ses manoeuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom (666). » — Apocalypse de saint Jean (13, 16-17).

Sommes-nous rendus au temps prédit par saint Jean dans l’Apocalypse ? Le 28 février 2002, cette question a été posée au Père John Echert, spécialiste dans les saintes Écritures, au poste de télévision catholique de Mère Angelica, aux Etats-Unis. Voici une traduction des extraits de la réponse du Père Echert:“Il y a eu beaucoup de débats concernant la « Marque de la Bête » et sur la manière dont une telle chose pourra se manifester physiquement.

Sans pouvoir donner une explication précise, ce que nous pouvons affirmer c’est qu’elle représente une alliance avec le pouvoir de Satan, plutôt en 2013, la puce sous la peau pour les Américains Réseau d’espionnage imposé par Obama qu’avec Dieu. C’est la parodie (imitation ironique) de la marque que les chrétiens portent en raison de leur baptême et du Signe de la Croix qu’ils font sur eux-mêmes.

Depuis peu, il y a des appareils de microtechnologie, disponibles actuellement, qui

permettent de placer sous la peau d’un être humain un processeur-repéreur qui le retrace et fournit l’identification de celui qui le porte. Quoique généralement, je recommande la

prudence lorsqu’il s’agit de choses concernant certains aspects de l’Apocalypse, je déclare

néanmoins catégoriquement ceci : Je ne me soumettrai pas à une telle procédure et je ne

permettrai pas qu’une telle puce soit implantée sur ma personne, peu importe les conséquences.

Une telle invasion sur la vie privée, représente un contrôle excessif du gouvernement sur les individus et correspond de trop près à ce que pourrait être la « Marque de la Bête » de l’Apocalypse. Personne de nous peut savoir avec certitude si nous approchons ou pas de l’énigmatique avertissement de l’Apocalypse concernant la venue de l’Antichrist et de la «Marque de la Bête», mais je vois que la micro puce implantée sous la peau ressemble suffisamment à cela pour la refuser.

Alors, ne paniquez pas pour le moment, mais prenez simplement la résolution de vivre fidèles au Christ et, si le jour arrive où on tentera de vous imposer quelque chose d’aussi terrible que de vous implanter sous la peau la micro puce, je vous recommande de la refuser. Dieu a marqué les siens et Il les protégera spirituellement.” — Père Echert

 

(source : Yvette Poirier - Journal Vers Demain, 1101 rue Principale, Rougemont, QC Canada J0L 1M0 - Tél. 1 450 469 2209 - télécopieur (fax): 1 450 469 2601 - courriel (e-mail): info@versdemain.org)

 

 

 

 

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 23:41

Euthanasie : le « droit de mourir » pourrait vite devenir un

« devoir de mourir »

"Jeanne Smits a traduit une déclaration des sept évêques néo-zélandais contre les dangers de l'euthanasie. Extraits :

E"Quelle genre de société aurions-nous si l'euthanasie était légalisée ? Des personnes souffrant de maladies progressives très avancées pourraient bien ne plus oser faire confiance à leurs médecins et à leurs infirmières.

Nous devons poser la question : en quoi cela affecterait-il la considération sont nous entourons traditionnellement les professions médicales et infirmières ? Quel impact cela aurait-il sur la capacité des médecins et infirmiers d'aider ceux qui ne seraient pas tout à fait sûrs de pouvoir leur faire confiance ? L'expérience des pays qui ont déjà légalisé l'euthanasie montre que la demande d'euthanasie ne peut pas être limitée à un groupe clairement délimité.

Aux Pays-Bas, l'euthanasie était accessible dans un premier temps aux seuls adultes mourant d'une maladie terminale, s'ils étaient en mesure de donner leur consentement éclairé et si leur demande d'euthanasie avait été plusieurs fois réitérée.

Depuis 1973 toutes ces restrictions ont peu à peu disparu et l'on peut désormais donner une injection létale aux nouveau-nés, aux adolescents handicapés, ainsi qu'aux personnes souffrant de démence et de dépression. Dans certains cas il n'y a pas eu de demande explicite d'euthanasie de la part de la personne concernée.

Dès lors que nous autorisons l'accès à l'euthanasie à certains, les raisons avancées pour limiter ainsi l'accès commencent à sembler arbitraires. On a tôt fait d'arguer que le fait de priver d'euthanasie ceux qui ne sont pas capables de donner leur consentement constitue une injustice. On soutient aussi que le fait de permettre l'euthanasie pour certaines affections et non pour d'autres est discriminatoire. Il faudrait nous attendre à une semblable érosion des frontières et des garde-fous ici aussi, particulièrement en raison de l'ambiguïté qui existe déjà à propos des personnes que l'on perçoit comme incapables ou presque incapables de contribuer quoi que ce soit à la société alors qu'elles « engloutissent » de grandes portions des ressources pour la santé. En d'autres termes, la légalisation de l'euthanasie exposera davantage la vie de ceux dont certains pourraient être tentés de croire qu'ils gagneraient à être morts. [...]

De plus, dans une société où l'euthanasie devient légale, les handicapés, les malades et les vieux peuvent plus facilement en venir à se voir eux-mêmes comme un poids financier et émotionnel trop lourd.

Le « droit de mourir » pourraient bien vite devenir un « devoir de mourir ». Et ce ne serait pas un libre choix. Les plus vulnérables au sein de notre société dépendent des protections que les institution légales et médicales leur offrent actuellement.

[...] La légalisation de l'euthanasie sapera la confiance en la profession médicale et menacera les groupes les plus vulnérables de notre société. Elle enverrait ce message : que la vie de certains ne vaut pas d'être vécue. Son introduction porterait gravement atteinte à l'habitude de bien soigner et serait néfaste pour le développement d'une société capable de prendre soin de chacun.

Nous devons nous assurer que nos lois promeuvent une société qui a une place pour les plus vulnérables – de la place dans nos cœurs, de la place dans nos foyers et dans d'autres lieux de soins – plutôt que de leur « montrer la porte »."

(source : Michel Janva - Posté le 20 octobre 2011 à 07h26)

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 23:38

"Lu sur avortementivg :

E"Le 13 octobre 2011, la revue Ultrasound in Obstetrics and Gynecology a publié la synthèse d’études, réalisées par des chercheurs britanniques, sur les trop nombreuses erreurs de diagnostics prénatals (DPN) qui conduisent à des interruptions de grossesse (IVG). Ce constat alarmant fait suite à 4 études, menées par des chercheurs de l’Imperial College London, du Queen Charlottes and Chelsea Hospital et de la Leuven University (Belgique), sur l’utilisation de l’échographie en début de grossesse. Lors de ce premier examen, la mesure de l’embryon, qui ne fait que 5-6 mm à peine, sert à déterminer la viabilité de la grossesse ou le risque de fausse-couche. Les obstétriciens se fient au diamètre moyen du sac gestationnel quand l’embryon lui-même ne peut être vu et à la longueur de l’embryon, si aucun battement de cœur n’est détecté.

Si les directives varient et si les critères qui permettent de détecter une grossesse dite "à risque" diffèrent d’un pays à l’autre, les chercheurs ont estimé qu’il pourrait y avoir près de 400 erreurs de diagnostic chaque année, rien qu’au Royaume-Uni."

(source : Michel Janva - Posté le 20 octobre 2011 à 08h13)

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 23:21

La franc-maçonnerie fait sa pub à Chalon-sur-Saône

            "Cet entretien de la Grand commandeur de la fédération maçonnique du Droit humain a été donné à l'occasion d'une conférence publique sur la franc-maçonnerie. Morceaux choisis.

EfmComment démontrer avec simplisme que la franc-maçonnerie n'est pas une secte :

"Dans une secte, on vous accueille à bras ouverts et on va même parfois vous chercher en vous présentant cela sous des jours détournés. Une fois entré, on vous prend votre argent régulièrement et vous avez un mal fou à en sortir. Chez nous c'est tout l'inverse : vous avez du mal à y entrer, on ne vous prend pas votre fortune et il est très facile d'en sortir - il suffit que vous en ayez envie".

         Et la soumission au secret? Et la soumission au Maître, aux "valeurs"? Et la notion de "personne compatible" développée plus bas? Il est quand même expliqué ci-dessous que l'ouverture maçonnique a des limites :

"Ce qui est vraiment déterminant, dans l'entrée en maçonnerie, est que la personne soit compatible avec les valeurs que nous défendons. Quelqu'un qui fait partie d'un mouvement d'extrême droite, par exemple, ne peut pas espérer rentrer en maçonnerie. Car un parti d'extrême droite aura des connotations soit racistes, soit antisémites, soit d'exclusion, et nous sommes foncièrement le contraire de tout ça. Nous sommes là pour rassembler et pas pour diviser - et pour nous le concept de race n'existe pas".

          Quelle rodomontade! L'influence maçonnique n'est pas un mythe, puisqu'elle est décrite ci-dessous. Mais on refuse encore de parler de lobbies :

"à chaque fois que nous menons des réflexions concernant d'importants problèmes comme le cinquième risque, les violences faites aux femmes ou encore la gestation pour autrui, le fruit de notre travail est envoyé à l'Assemblée nationale et au Sénat. Récemment, par exemple, nous venons d'obtenir une réponse de la part d'une sénatrice, qui nous demandait l'état de nos réflexions sur la gestation pour autrui.

Figurez-vous qu'en ce moment, des projets de loi sont à l'examen pour lesquels les francs-maçons du Droit humain sont à l'origine de certaines réflexions. Je ne peux vous en dire davantage car c'est toujours à l'état de projet mais on s'aperçoit que les députés et les sénateurs se sont saisis de nos propositions pour établir des projets de loi sur la fin de vie par exemple. Sur les questions éthiques, en général, nous sommes particulièrement écoutés".

         L'engagement maçonnique, à l'origine d'une Révoluton française encore inachevée :

'Autrefois, quand on construisait les mairies et que le fronton portait les trois mots "Liberté, Egalité, Fraternité", ces mots avaient encore un sens... Si on veut bien savoir ce que recouvrent chacun de ces termes auxquels les francs-maçons ajoutent "Laïcité" et "Dignité", le programme est tout tracé !"

Hg        L'occasion nous est donnée de rappeler que, pour les catholiques, la route est claire :

La lettre encyclique de Léon XIII, Humanum genus, condamnant le relativisme philosophique et moral de la franc-maçonnerie, est sans détour : cette "secte" (sic) est incompatible avec la foi catholique.

Le rappel du cardinal Ratzinger, alors préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, écrivait ces mots sans appel :

"Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion".

Les deux livres présentés ci-joints sont édités chez Téqui (ici et )."


(source : Lahire http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/page/2/) 

Repost 0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 21:29
" On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l'on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure."
 
" La France contre les robots (1946) Georges Bernanos

 

(source : http://fautpaspousser-malo17.blogspot.com/)

Repost 0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 19:55
 conduire-en-etat-d-ivresse.jpg
accident regardez bien l'image et lisez bien le texte
Cela va te prendre quelques minutes de ton temps si précieux . . .

Alors je ne vais pas t'écrire 1 millions de
mots pour te convaincre mais simplement te dire :

- ' Lis bien cette histoire, Tu sauras pourquoi plus bas . . . . . '

Dans un magasin je me suis retrouvée dans l'allée des jouets.
Du coin de l'oeil, j'ai remarqué un petit garçon d'environ 5 ans,
qui tenait une jolie poupée contre lui.
Il n'arrêtait pas de lui caresser les cheveux
et de la serrer doucement contre lui.
Je me demandais à qui était destinée la poupée.
Puis, le petit garçon se retourna vers la dame près de lui :
- ' Ma tante, es-tu certaine que je n'ai pas assez de sous ? '
La dame lui répondit avec un peu d'impatience :
' Tu sais que tu n'as pas assez de sous pour l'acheter '.
Puis sa tante lui demanda de rester là et
de l'attendre quelques minutes, puis elle partit rapidement.
Le petit garçon tenait toujours la poupée dans ses mains.
Finalement, je me suis dirigée vers lui et
lui ai demandé à qui il voulait donner la poupée.
- ' C'est la poupée que ma petite soeur
désirait plus que tout pour Noël, elle était sûre que le Père Noël
la lui apporterait '. Je lui dis alors qu'il allait peut-être lui apporter,
il me répondit tristement : - ' Non, le Père Noël ne peut pas aller
là où ma petite soeur se trouve maintenant...
Il faut que je donne la poupée à ma maman pour qu'elle la lui apporte '.

Il avait les yeux tellement tristes en disant cela.
- ' Elle est partie rejoindre Jésus. Papa dit que maman va aller retrouver
Jésus bientôt elle aussi, alors j'ai pensé qu'elle pourrait
prendre la poupée avec elle et la donner à ma petite soeur'.
Mon coeur s'est presque arrêté de battre.
Le petit garçon a levé les yeux vers moi et m'a dit :
- ' J'ai dit à papa de dire à maman de ne pas partir tout de suite.
Je lui ai demandé d'attendre que je revienne du magasin '.
Puis il m'a montré une photo de lui, prise dans le magasin,
sur laquelle il tenait la poupée en me disant :
- 'Je veux que maman apporte aussi cette photo avec elle, comme ça,
elle ne m'oubliera pas. J'aime ma maman et j'aimerais qu'elle ne
me quitte pas, mais papa dit qu'il faut qu'elle aille avec ma petite soeur'.
Puis il baissa la tête et resta silencieux.
Je fouillais dans mon sac à mains, en sortis une liasse de billets
et je demandais au petit garçon :
- ' Et si on recomptait tes sous une dernière fois pour être sûrs ?
- ' OK ' , dit-il, ' Il faut que j'en ai assez '.
Je glissais mon argent avec le sien et nous avons commencé à compter.
Il y en avait amplement pour la poupée et même plus.
Doucement, le petit garçon murmura :
- ' Merci Jésus pour m'avoir donné assez de sous '.
Puis il me regarda et dit :
- 'J'avais demandé à Jésus de s'arranger pour que j'ai assez de sous
pour acheter cette poupée afin que ma maman puisse
l'apporter à ma petite soeur. Il a entendu ma prière.
Je voulais aussi avoir assez de sous pour acheter une rose blanche
à ma maman, mais je n'osais pas lui demander.
Mais il m'a donné assez de sous pour acheter la poupée et la rose blanche.
Vous savez, ma maman aime tellement les roses blanches...'

Quelques minutes plus tard, sa tante revint, et je m'éloignais
en poussant mon panier. Je terminais mon magasinage
dans un état d'esprit complètement différent de
 celui dans lequel je l'avais commencé.

Je n'arrivais pas à oublier le petit garçon. Puis, je me suis rappelée
un article paru dans le journal quelques jours auparavant qui parlait
d'un conducteur en état d' ivresse qui avait frappé une voiture dans
laquelle se trouvait une jeune femme et sa fille.
La petite fille était morte sur le coup et la mère gravement blessée.
La famille devait décider s'ils allaient la faire débrancher du respirateur.
Est-ce que c'était la famille de ce petit garçon ?

Deux jours plus tard, je lus dans le journal que la jeune femme était morte.
Je ne pus m'empêcher d'aller acheter un bouquet de roses blanches
et de me rendre au salon mortuaire où était exposée la jeune dame.
Elle était là, tenant une jolie rose blanche dans sa main,
avec la poupée et la photo du petit garçon dans le magasin.

J'ai quitté le salon en pleurant sentant que ma vie changerait pour toujours.

L'amour que ce petit garçon éprouvait pour sa maman et sa soeur
était tellement grand,
tellement incroyable et en une fraction de seconde,
un conducteur ivre lui a tout enlevé...

Maintenant, tu as deux choix :
1) Envoyer ce message à tes contacts
2) Faire comme si tu l'avais pas lu et qu'il ne t'avait pas touché.

Si tu l'envoies, peut-être que tu empêcheras quelqu'un de conduire après avoir consommé de l'alcool et peut être que tu remettras en place sa vision de la vie.

J' ESPÈRE QUE TU FERAS COMME MOI : C'EST A DIRE QUE TU L'ENVERRAS A TOUS TES AMIS ! ! ! !
Cela va te prendre quelques minutes de ton temps si précieux . .
    Bouquet-rond-de-roses-blanches.jpg
Repost 0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 13:56

Posté le 29 septembre 2011 à 07h58

Pour en finir avec les "frères" de Jésus

 

Laurent Dandrieu cite des extraits de la nouvelle biographie écrite par Jean-Christian Petitfils sur Jésus-Christ.

J "Cette question des “frères de Jésus” a fait couler beaucoup d’encre. Aujourd’hui, nombre de protestants se sont détournés de l’opinion des premiers réformateurs, Luther, Zwingli et Calvin, attachés à la virginité perpétuelle de Marie, pour adopter la thèse d’une Marie “mère de famille nombreuse”, défendue dès le IVe siècle par un certain Helvidius. Quelques catholiques commencent à les suivre, sous l’influence du père John Paul Meier aux États-Unis, du père François Refoulé et du journaliste Jacques Duquesne en France. « Jésus, écrit Jean-Claude Barreau dans sa Biographie de Jésus, avait des frères et des sœurs. C’est une certitude historique, même si l’Église postérieure voulut en faire un fils unique. »

Le premier argument de ces auteurs est de faire valoir que le mot grec adelphos utilisé dans les Évangiles pour qualifier Jacques, Joseph, Siméon et Jude désigne bien des frères de même sang. Pour des cousins, un autre mot aurait été choisi : anepsios. […]  Il faut en effet considérer les “frères de Jésus” comme des cousins à la manière orientale, ainsi que l’avait fait saint Jérôme. De même qu’en Afrique aujourd’hui, la fratrie, dans le monde sémitique de l’Antiquité, s’étendait aux cousins, membres d’une même famille au sens large, une famille comparable à la familia romaine. En hébreu et en araméen, ‘ah (ou ) signifie dans la Bible indifféremment un frère de sang, un demi-frère, un neveu ou un cousin. 

Dans le Livre de Tobie, d’abord rédigé en araméen, comme le prouvent les textes de Qumrân, les mots “frère” et “sœur” englobent non seulement la fraternité de sang, mais aussi la famille proche. Alors que l’araméen emploie le mot unique hâ pour un frère ou un cousin, les traductions grecques utilisent indifféremment adelphos et anepsios. On peut penser qu’il en a été de même avec les Évangiles, écrits en grec, mais imprégnés d’un fort substrat araméen et des conventions linguistiques de la culture sémitique. “Frère” désigne tout simplement un parent, y compris chez Paul.

Sur la croix, Jésus, avant de mourir, dit à sa mère : « Voici ton fils », en parlant de Jean, le disciple bien-aimé, puis, s’adressant à celui-ci : « Voici ta mère. » On ne peut mettre en doute ces paroles rapportées par Jean, témoin direct, dans son Évangile, insiste le père Grelot. Incompréhensibles, dans le contexte culturel du judaïsme, seraient ces propos si Marie avait eu d’autres enfants. Obli­gation leur aurait été faite de s’occuper de leur mère qui aurait eu interdiction d’abandonner la maison des siens pour aller vivre ailleurs."

(source : Michel Janva - http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/page/1/)

 

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 21:08

Publicités dans le métro pour l'adultère

"Depuis quelques jours de larges affiches s’étalent dans les couloirs du métro parisien vantant les mérites du site internet « Gleeden » qui se présente avec morgue et cynisme comme le « 1er site de rencontres extraconjugales ». Cette campagne n’est en effet rien d’autre qu’un encouragement et une incitation à l’adultère. Outre l’aspect amoral et sordide de ces affiches et de leurs slogans racoleurs, rappelons que si l’adultère n’est plus une faute pénale depuis 1975, il reste une faute civile, contrevenant à l’article 212 du Code Civil. Le Bloc Identitaire invite tous les parisiens soucieux de la protection de la famille et de l’enfance ainsi que de la simple décence à s’adresser à la régie publicitaire de la RATP, Média Transports, pour lui exprimer, avec courtoisie, leur réprobation et demander l’arrêt immédiat de cette campagne d’affichage :

 Média transports : 1, rond-point Victor Hugo - 92137 Issy-les-Moulineaux cedex - 01 46 90 52 00 -  Direction marketing : jean.jourdan@mediatransports.com"

 

Gleeden: la campagne "pro-adultère" qui choque

"Une incitation à l’adultère"

"Amoral, pour certains. "Ce qui me choque le plus, c’est l'existence d'un tel site, le fait que des personnes puissent s'investir dans de tels projets et les promouvoir de loin ou de près, ou plus exactement l'espèce de confiance qui se dégage du slogan avec le jeu de mots sur la fidélité, explique Myriam, jeune blogueuse chrétienne. C'est le reflet de toute notre société qui prône la satisfaction de tous les désirs et passions sans les passer au crible de la raison... Même engagés, on est tous tentés de se faire plaisir avec un autre ou une autre, mais justement, est-ce vraiment le plaisir spontané qui doit nous guider ? Je crois en la faculté de l'homme à tenir une promesse, même si dans l'immédiat, cela va parfois à l'encontre de ses désirs."

Michel Janva, du blog catholique pas spécialement progressiste Le Salon Beige, rejoint son point de vue et réprouve "cette campagne vantant l'adultère devant les millions d'usagers."

"Il est tout à fait indécent de faire la promotion de l'infidélité, notamment devant des mineurs, à l'heure où la société ressent le besoin de resserrer les liens fondamentaux, déclare-t-il, poursuivant : Pourquoi dénigrer l'institution familiale ? La famille est la cellule de base de la société et les enfants sont les premiers à souffrir de la séparation de leurs parents."

Il insiste sur les conséquences du divorce : "Ce désordre entraîne des préjudices graves : pour le conjoint, qui se trouve abandonné, pour les enfants, traumatisés par la séparation des parents, et pour son effet de contagion, qui en fait une véritable plaie sociale." Selon lui, "vouloir faire du profit sur cette plaie sociale [la séparation, ndlr] est tout à fait indécent."

Pour le Bloc Identitaire, c’est carrément "choquant". Le mouvement devenu parti politique, né après la dissolution d’Unité Radicale (et connu pour ses positions radicales justement), appelle les Parisiens à se plaindre à la régie publicitaire de la RATP, Média Transports. Dans un communiqué intitulé "Pas de promotion de l’adultère dans les couloirs du métro !", publié mardi sur son site, on peut lire :

"Cette campagne n’est en effet rien d’autre qu’un encouragement et une incitation à l’adultère s’imposant aux regards de tous les usagers du métro, et notamment des plus jeunes !"

"Simon Charles, du Bloc Paris, à l’origine de la contre-offensive, détaille : "Ce qui nous gêne vraiment, c’est que ce soit affiché dans le métro, c’est-à-dire l’espace public. Il y a des personnes qui nous ont dit que leurs enfants avaient vu les publicités et leur avaient demandé ce qu’était une relation extraconjugale !"

Selon lui, "Ce qui est incroyable, c’est la réaction de la jeunesse face à cette perte de valeurs. Car beaucoup de jeunes sont d’accord avec nous. Or il y a ce fantasme des publicitaires, qui pensent que la jeunesse se doit d’être décadente… Mais c’est plutôt la génération des soixante-huitards qui prône cette attitude libertaire. Aujourd’hui, les jeunes sont plutôt en quête de stabilité." Soutenu ou non par cette "majorité silencieuse des usagers du métro qui subissent l’agression publicitaire tous les jours" (qu’il pense incarner), le Bloc prévoit en tout cas d’autres actions dans les prochains jours si Média Transports ne cède pas."

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 21:58

24/09/2011  Prions pour ces âmes, gardons toujours espoir en la misericorde divine.



"Une horreur ! Le plus grand crime contre l'humanité ! Un génocide passé sous silence ! Et vous connaissez les méthodes employées aussi horribles les unes que les autres !
NOTRE DAME DES DOULEURS pleure ses enfants avortés.. déchiquetés, broyés ou brulés et jetés dans les poubelles des hopitaux et des cliniques.
Certains foetus alimentent un marché générant des sommes considérables entre les cliniques et l'industrie pharmaceutique et laboratoire pour recherche médicale. Je suis révolté ! Ceux qui pratiquent et encouragent l'avortement en toute connaissance de cause commettent un très grave péché mortel et ils devront répondre de leurs actes barbares et inhumains lors du Jugement particulier. Que ces enfants martyres sachent qu'ils sont aimés !"

"La haine sans fin qu'a satan contre le genre humain !"

 

40 Days for Life : Ecce nunc tempus acceptabile »

"Oui, nous y sommes : « C’est maintenant le moment favorable » ( 2 Corinthiens, 6, 2) puisque c’est aujourd’hui que commence notre Sainte Quarantaine et que débute aussi la 8ème campagne des 40 Days for Life. En vérité, elle a commencé dès hier dans de très nombreuses villes des États-Unis où les pacifiques combattants pour la vie se sont réunis devant des avortoirs pour des « kickoff events », des coups d’envoi. Quelques premières photos de ces événements ci-dessous.
Encore un grand merci à tous ceux qui se sont déjà inscrits à notre petite chaîne de prière commune pour soutenir les 40 Days for Life. Comme vous le savez, c’est très simple : la récitation d’une dizaine d’Ave chaque jour pendant toute la campagne (donc jusqu’au dimanche des Rameaux). On peut s’inscrire en cours de route (c’est ici qu’on confirme son inscription) : les ouvriers sont les bienvenus à la vigne, à tout moment, même ceux de la onzième heure…
 D’autres nouvelles, je l’espère, dès demain… Stay tuned !

À Omaha (Nebraska), Shawn Carney, le coordinateur national des 40 Days for Life s’adresse aux militants des Nebraskans United for Life." http://www.americatho.org/evangile-de-la-vie/40-days-for-life-%c2%ab-ecce-nunc-tempus-acceptabile-%c2%bb

 

 

"Gianna Jessen est une Américaine, aujourd’hui âgée de 33 ans, née à Los Angeles (Californie). C’est une chrétienne, dont j’ignore encore si elle est catholique, mais c’est une militante pro-vie, et une militante pro-vie miraculée dont sa mère a voulu se débarrasser alors qu’elle en était à six mois et demi de grossesse !

L’abominable avorteur de Planned Parenthood a eu recours à une injection dite “saline” pour tuer cette enfant à naître. Gianna a survécu à ce qui aurait du la tuer, et plaisante aujourd’hui sur cet abominable avorteur obligé de signer le certificat de naissance de celle qu’il avait voulu tuer…

La vidéo que je ne vous propose pas de voir, mais que je vous supplie de regarder, a été filmée eu Australie, à Melbourne, en 2008. Tout est sous-titré en français (avec un très léger décalage, sur mon navigateur, entre l’image et la parole). Vous allez y découvrir un témoignage bouleversant, très “américain” dans son style, c’est-à-dire mêlant humour et profonde réflexion. Vous devez voir et écouter Gianna. Et vous devez faire circuler ce témoignage."

"Les infanticides, les avortements, l'euthanasie... reviennent au même : LE MEURTRE... LA MORT D'INNOCENTS ËTRES HUMAINS.

On laisse la mort et ses ténèbres, au lieu de laisser la vie et sa lumière. On peut avoir des paroles disant que la vie humaine n'est pas respectée dans l'assassinat d'un pauvre innocent, ce sont des mensonges alors que cette même Nation a des paroles et des actes qui autorisent l'avortement et l'euthanasie.

Tant que l'on tuera des vies humaines, la haine, la colère, la violence, et les guerres ne cesseront jamais.  

Que l'amour et le respect de la vie soit une grâce accordée par Dieu à tous ses enfants afin que le monde devienne meilleur, juste, droit et prospère, et que ce ne soit plus la culture de la mort qui recouvre la terre comme maintenant, mais l'AMOUR."

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens