Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 00:37

Dieu veut nous sauver

Les âmes du Purgatoire sont abandonnées ; toutes les anciennes indulgences restent valables

« vous les hommes, vous êtes des sots et des nigauds quand, le jour de la Toussaint, vous ne priez pas tout spécialement pour les âmes du Purgatoire, parce que ce jour-là, on peut beaucoup obtenir pour ces pauvres âmes grâce à l'intercession des Saints.

C'est pour elles une journée pas comme les autres, très importante, les Saints leur obtiennent des faveurs. Mais elles en retirent le plus d'avantages quand on peut prier le plus possible sur leurs tombes, pendant toute cette journée, comme on faisait autrefois. Elle est toujours valable, l'indulgence quand on prie sur les tombes des défunts dans cette intention. Les indulgences que les papes ont promulguées autrefois sont valables à partir du jour où elles ont été promulguées et elles ne peuvent plus être abrogées. »

Jules Eugene Lenepveu The Martyrs in the Catacombs

 

Le grand secours que l'on donnait autrefois aux défunts

« Autrefois, il y avait des milliers, oui, des milliers d'âmes du Purgatoire qui pouvaient quitter le Purgatoire ces jours-là, grâce à ces indulgences que les papes d'alors avaient promulguées. Oui, autrefois, les âmes du Purgatoire recevaient vraiment beaucoup plus de secours parce que les hommes, surtout les catholiques, passaient souvent toute la nuit en prière, sur les tombes ou près des cercueils, comme c'était l'usage.

Les défunts recevaient alors beaucoup de soulagement dans leurs souffrances, grâce aux prières de leurs parents et voisins. Souvent, c'était la moitié des habitants du village qui venaient prier pour les défunts. La moitié ou même tout le village se réunissait en prière quand il y avait eu un décès au village. Et ces défunts avaient alors infiniment plus de secours, et ces âmes pouvaient à leur tour obtenir des grâces du Ciel pour leurs connaissances d'ici-bas, grâces qu'ils ne reçoivent pratiquement plus actuellement. Autrefois, c'est en pleurant et en priant beaucoup que l'on pensait à ces pauvres défunts. »

 

Les morgues deviennent des lieux de supplice pour les défunts, parce que plus personne ne prie pour eux

« La nuit, à plusieurs reprises, on les aspergeait d'eau bénite. On était, pour ainsi dire, presque avec eux en Purgatoire. Aujourd'hui, il en va tout autrement : on amène les défunts très rapidement à la morgue, de sorte que l'on ne peut plus les voir et qu'on les oublie très vite, et on peut lors vaquer à d'autres occupations. Il y avait un très grand avantage quand le corps restait ou pouvait rester à la maison.

Les âmes du Purgatoire se plaignent d'être actuellement emmenées à la morgue, dans ces endroits frais et dotés de tout le confort. Qu'est-ce que cela peut bien leur faire d'être ainsi déposées dans ces endroits réfrigérés ? Cela ne leur apporte rien du tout.

Elles aimeraient beaucoup mieux que l'on rafraîchisse leur âme, car elles doivent supporter des tourments et souffrir en Purgatoire. Elles seraient soulagées si on voulait bien ne pas cesser de prier près de leur cercueil. Il en était ainsi autrefois, lorsque la plupart des personnes qui se rendaient à la maison mortuaire ou venaient simplement faire une visite, récitaient un ou même plusieurs Notre Père. Elles étaient encouragées à prier pour les défunts, parce qu'elles les voyaient en face d'eux. Aujourd'hui, bien peu de gens peuvent se rendre à la morgue. Car, la plupart du temps, et même presque toujours, elle est fermée. Le plus souvent, il faut commencer par demander la clef, de sorte que l'on n'y va plus si souvent. On dit : " Ma foi, je l'ai souvent vu de son vivant, je sais bien comment il était. " On repousse alors l'idée d'aller à la morgue et on ne prie pas. Mais autrefois, on se rendait au domicile et on s'associait à la douleur des parents qui pleuraient autour du corps de leur défunt. Et puis, cela incitait tout le monde à prier pour cette âme et c'était, au moins, l'occasion de venir en aide aux proches du défunt et de les réconforter. On faisait dire aussi beaucoup plus de Messes, même si, à l'époque, les hommes étaient beaucoup moins riches que maintenant. C'est le monde moderne qui vous a apporté tout cela. Ces morgues ne sont pas la meilleure invention, loin de là !

Cela ne leur ferait pas tort, aux hommes, de sentir l'odeur d'un cadavre. Ils verraient qu'ils sont peu de chose ici-bas, et qu'un jour aussi, ils se décomposeront et qu'ils n'ont aucune raison d'être orgueilleux. Cela ne leur ferait vraiment pas tort. Ce serait, somme toute, une bonne chose si le corps du défunt pouvait rester à la maison, même s'il devait y avoir des odeurs nauséabondes.

Certes, à morgue, il n'y a pas d'odeur, mais aussi pas de prière pour secourir les défunts. On se rendrait compte aussi qu'un jour il nous faut mourir, qu'on va à la morgue et puis aussi que plus personne ne prie. C'est une terrible vérité qui devrait faire réfléchir les hommes et qui devrait les remuer. Même si les hommes devaient veiller un cadavre nauséabond pendant trois nuits en priant pour son âme, cela vaudrait beaucoup mieux pour eux plutôt que de s'enfoncer dans leur orgueil, voilà la vérité.

Quand dans leur fol orgueil qui monte jusqu'au Ciel, ces hommes meurent et qu'ensuite ils doivent rester en Purgatoire quelques années, une dizaine, des centaines ou même des milliers d'années, selon les cas, pour y expier leurs péchés, et qu'ils n'ont jamais prié devant un cadavre nauséabond et qu'ils ne pensent plus du tout que chacun doit retourner en poussière, à l'exception de quelques Saints qui, par permission divine, ont été préservés de la putréfaction. Mais eux, ils sont déjà Saints. Ils ont beaucoup moins besoin de prières que ceux qui viennent de mourir et qui sont comme des malheureux allongés dans leur cercueil, et pour lesquels personne ne prie, et qui, si je puis dire, meurent de froid dans cette morgue où on les a déposés. »


L'incinération des corps n'est pas acceptée par le Ciel

« Le Ciel n'aime pas non plus que l'on incinère les corps. Après l'incinération du corps, il n'en reste plus grand chose. Il n'est plus possible, de ce fait, d'accompagner le corps à l'Église ou au cimetière. Il ne reste plus qu'un peu de poussière et de cendre. Le Très-Haut ne veut pas de l'incinération des corps. Il y aurait bien assez de place sur la terre pour construire des cimetières. On ne devrait pas construire tant d'autoroutes, qui ne sont pas vraiment utiles, et qui sont aussi l'occasion pour les hommes de commettre des péchés. Au lieu de construire des autoroutes, on devrait plutôt réserver ces endroits, ou d'autres zones libres, pour y aménager des cimetières, où ces pauvres morts pourraient reposer. On ne devrait pas non plus occuper tant de terrains pour les courses de chevaux et il ne faudrait pas beaucoup de place pour construire des cimetières. En fait, si on le voulait vraiment, on aurait assez de place pour enterrer les défunts, sans que l'on soit obligé de les incinérer. Mais, - comme malheureusement cela est déjà passé dans les moeurs de votre monde moderne et dans la mentalité de l'Église progressiste, on devrait, au moins, s'imposer le devoir, en guise de pénitence, de prier et de faire des sacrifices pour ces pauvres âmes. »


On est coupable quand on oublie de prier pour les âmes du Purgatoire

« Chacun ne pense qu'à soi et veut sauver sa peau. Chacun voudrait, le plus possible, éviter de regarder la mort en face. Quelques fleurs, quelques préparatifs, cela, on veut bien le faire, parce qu'on y est obligé. Cela, il suffit de le payer avec de l'argent. On préfère, en fin de compte, payer 20, ou 50, ou même des centaines de francs, plutôt que de s'agenouiller soi-même près de ce défunt et de prier le Très-Haut et les Saints pour aider cette pauvre âme et lui procurer quelque soulagement.

" Seigneur, donne-leur le repos Éternel, et que Ta Lumière brille sur eux à jamais. "

" Seigneur, accorde-leur de reposer en paix. "

C'est encore et toujours l'une des prières les plus efficaces qu'on puisse dire en faveur d'une pauvre âme tourmentée. Par contre, ces âmes du Purgatoire, elles, supplient qu'on leur vienne en aide, elles crient après les hommes, et ceux-ci passent aveuglément devant ces pauvres âmes tourmentées qui étaient pourtant parmi eux, jadis, ou même qui étaient leurs amis ou leurs parents.

Quelle attitude lamentable, qui crie vengeance au Ciel ! Quel comportement peu fraternel ! Quelle façon d'agir répugnante et dégoûtante au possible ! Aucun amour, aucun sentiment pour ces pauvres âmes ! Les hommes ne viennent pratiquement pas en aide à ces pauvres âmes. Que peuvent bien représenter quelques misérables prières, récitées à la hâte, ainsi que quelques fleurs, en comparaison avec ces souffrances infligées par le Feu du Purgatoire ?...

En outre, ces défunts devraient rester dans la mémoire des survivants. De plus, ce visage, désormais inanimé, mais toujours vivant dans l'âme qui survit en Purgatoire, ce visage devrait rester gravé dans la mémoire de ceux qui restent. Les hommes, et l'Église aussi, sont tombés bien bas, à tel point qu'ils en sont venus à ne plus penser du tout aux pauvres âmes du Purgatoire !

L’Église elle-même, c'est comme si elle ne pouvait plus leur accorder la paix qu'elle leur accordait autrefois. Ces morts se retourneraient dans leurs tombes, s'ils le pouvaient encore. Mais ils ne peuvent que soupirer, gémir et se tordre de douleur, dans l'au-delà, au Purgatoire. Dites-le aux hommes, proclamez-le ! Dites-le dans vos sermons ! »

 

À chaque Messe, on doit faire mémoire des âmes du Purgatoire qui sont les plus tourmentées

« Les hommes devraient aussi, en particulier lorsqu'ils assistent à la Messe, penser aux âmes du Purgatoire qui appellent au secours, secours qu'elles ne peuvent pas recevoir si ce n'est de la part des hommes qui prient pour elles. Elles reçoivent de l'aide du Ciel quand on prié pour elles, et aussi d'Elle là-haut parce qu'elle a pitié de ces pauvres âmes, à condition toutefois qu'elles l'aient honorée de leur vivant, sinon il ne lui est même pas permis à la Sainte Vierge de les aider, parce que cela est tout à fait contraire à la loi et à la justice.

Les hommes ont un privilège incomparable. Ils peuvent à tout moment demander des secours pour les âmes du Purgatoire. Bien sûr, la Sainte Vierge peut aussi les consoler, implorer le Très-Haut, et leur procurer quelque consolation, mais Elle peut le faire d'une manière beaucoup plus forte quand les hommes lui adressent des prières, ainsi qu'au Très-Haut, aux Anges gardiens.

Les âmes du Purgatoire vous appellent ! La Sainte Trinité, la Sainte Vierge et les Archanges ont pitié des tourments et des lamentations de ces pauvres âmes pour que celles-ci puissent, au moins, obtenir une petite prière ou une simple pensée de la part des hommes. Dites aux fidèles qu'ils doivent, chaque fois qu'ils assistent à la Messe, appeler à l'aide les Saints du jour, les Anges du jour, le Très-Haut qui a souffert sur la Croix, La Très Sainte Trinité dans toute sa majesté, en faveur de ces pauvres âmes dont vous voulez et devez faire mémoire.

Bien sûr, dans les missels, on en parle un peu, les fidèles peuvent toutefois penser à ces pauvres âmes tourmentées, particulièrement lors de la Sainte Communion où il peuvent réciter une prière supplémentaire en mémoire des défunts : ils pourraient dire :


" O Seigneur aujourd'hui, j'ai eu la joie de Te recevoir. Toute la Cour céleste s'est ainsi approchée de moi. Je n'en suis pas digne. J'offre cette Sainte communion pour telle ou telle personne et pour l'Église. Mais souviens-Toi aussi tout particulièrement des âmes du Purgatoire et de celles 'qui sont les plus délaissées. "


Voilà ce qu'on devrait rappeler aux hommes, car les âmes du Purgatoire sont si facilement oubliées. Elles sont déjà presque totalement tombées dans l'oubli.

Tous les hommes doivent savoir et ne doivent pas oublier deprier sur les tombes, puisque c'est là qu'on peut si facilement les délivrer. Ils pourraient dire un Notre Père, un Je vous salue Marie, un Gloire au Père et ajouter : "Seigneur, donne-leur le repos éternel. " Qu'ils récitent donc ces prières avec ferveur et qu'ils implorent le Ciel afin que le Très-Haut délivre l'âme du défunt. Ainsi, dans Sa miséricorde, II la délivrera, et si elle se trouve déjà au seuil du Paradis, elle peut être délivrée tout de suite. Ce faisant, vous rendez à cette pauvre âme du Purgatoire un service d'une valeur inestimable puisque même quelques jours ou quelques heures leur paraissent des périodes de temps d'une longueur infinie, au milieu de leurs tourments. Alors que vous, il vous suffit de faire si peu de chose pour les aider. »

 

Les cierges bénis et l'eau bénite soulagent les âmes du Purgatoire

« Ce mois-ci tout particulièrement ainsi que le jour de la Toussaint et le jour des morts, on devrait faire brûler des cierges et des bougies bénites. Elles en auraient plus de consolation. Il vaudrait mieux le faire toute l'année et on devrait aussi verser beaucoup d'eau bénite pour les âmes du Purgatoire.

Tout doit avoir été bien béni auparavant. A chaque fois qu'on fait brûler un cierge béni, même si ce n'est qu'un petit bout de cierge, elles sont consolées et soulagées. Elles ont tant besoin de secours. Cela représente beaucoup pour elles, bien plus que ce que l'on peut penser.

Elles sont dans une situation semblable à celle de quelqu'un qui serait dans une épouvantable prison, attaché par les mains et les pieds subissant bien des tourments et qui ne pourrait plus se déplacer. Et c'est comme si, grâce à ce cierge béni, ce prisonnier voyait une petite lueur pénétrer dans sa cellule par la fenêtre et que quelqu'un lui disait ceci : " un jour, tu pourras sortir. Tiens bon ! tiens bon ! prends patience, persévère avec beaucoup de patience ! C'est bien de ta faute, si tu es là, c'est bien toi qui as péché, mais regarde cette lumière qui te fait comprendre qu'un jour tu quitteras cet endroit. " Voilà comment un cierge béni et de l'eau bénite peuvent soulager efficacement les douleurs et les supplices des âmes délaissées du Purgatoire. »

« N.B : Autrefois, dans de nombreuses régions, on faisait mémoire des âmes du Purgatoire en priant et en faisant brûler des cierges bénis sur les tombes, surtout pendant la veillée de Noël et le Jour de Noël. Plus qu'à tout autre moment de l'année, des âmes quittent le Purgatoire pendant la nuit de Noël, comme cela a déjà été révélé par le Ciel à différentes âmes privilégiées. »


A nos prières, les Anges gardiens descendent en Purgatoire

« On peut aussi envoyer au Purgatoire son Ange gardien, et les autres Anges aussi. Ils veulent consoler les âmes du Purgatoire, et c'est ainsi qu'ils le font : ils ne vont pas directement dans les degrés les plus bas, car ils n'en ont pas le droit. Ils ne peuvent y aller que si le Très-Haut les y autorise, parce que de telles âmes ont beaucoup, beaucoup péché. Mais, en dehors de ces cas-là, ils peuvent accéder à tous les degrés du Purgatoire pour consoler les pauvres âmes qui s'y trouvent. »

 

Les secours procurés par la prière aux âmes du Purgatoire profitent à ceux qui prient pour elles

« Comme nous devrions nous efforcer de changer de vie ! Ô vous, les hommes, vous avez tant de pouvoir entre les mains et vous faites si peu de choses, vraiment si peu de choses ! Vous passez devant les tombes de ceux que vous avez connus, comme des aveugles et des indifférents, devant ceux, qui, pourtant, ont vécu aussi, qui peut-être ont eu autant de succès que vous, dans la vie, et qui peut-être, eux aussi, ont été beaux, vivants, impulsifs et pleins de cordialité.

On les oublie, ou plutôt, on oublie de prier pour eux. On ne les oublie peut-être pas habituellement, mais, on prie beaucoup trop peu pour eux. On devrait, en cette époque de l'année...en ce mois des défunts, et tout particulièrement demain ou cette nuit, on devrait consacrer quelques heures à la prière pour les âmes du Purgatoire, si on en est capable et si on a une santé qui permet de le faire. Il y a un très bon petit livre de prières pour les âmes du Purgatoire, avec beaucoup d'indulgences, et où chaque indulgence est efficace, qu'elle soit de 300, 500, 700 jours ou de 5, 7, ans, etc. On devrait réciter toutes les prières de ce petit livre, plusieurs fois, ces jours-ci.

On ne pourrait pas faire de plus belle et de plus grande offrande. Mais les âmes du Purgatoire recevraient une aide considérable, elles vous en seraient éternellement reconnaissantes et cela vous serait compté en retour pour vous, car elles prieraient pour vous, afin que, vous aussi, vous puissiez devenir meilleurs et persévérer dans le bon chemin, et pour que plus tard, vous ayez beaucoup moins de Purgatoire à faire. Voilà ce que vous pouvez et devez faire. Celui qui ne ferait pas tout ce qu'il peut pour ces pauvres âmes du Purgatoire, ne serait qu'un fou, un sot, un individu sans cœur, un paresseux. »

 

(source : http://www.marie-julie-jahenny.fr/les-anges-nos-puissants-mediateurs.htm#Exorcisme_du_1er_novembre_1982 )

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de pecesita26
  • Le blog de pecesita26
  • : La vie est une chance, saisis-laLa vie est beauté, admire-laLa vie est béatitude, savoure-laLa vie est un rêve, fais-en une réalitéLa vie est un défi, fais-lui faceLa vie est un devoir, accomplis-leLa vie est précieuse, prends-en soinLa vie est amour, jouis-enLa vie est promesse, remplis-laLa vie est tristesse, surmonte-laLa vie est hymne, chante-leLa vie est combat, accepte-leLa vie est une aventure, ose-laLa vie est bonheur, mérite-le (Mère Teresa)
  • Contact

Profil

  • pecesita26
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. 
Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de
  • Dieu aura éprouvé bien des fois l'âme qui veut L'imiter en tout, notamment dans la patience, par des humiliations de plus en plus fortes. Au début l'âme ne comprendra pas que Dieu l'appelle à la patience. Mais si l'âme s'applique à de

Recherche

Archives

Liens